Bernard CARTON

docteur ès sciences, attaché de recherche au C.N.R.S.

BARYUM

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 335 mots

Du grec barus, lourdSymbole chimique : BaNuméro atomique : 56Masse atomique : 137,34 gPoint de fusion : 725 0CPoint d'ébullition : 1 640 0CDensité (à 20 0C) : 3,5.Deuxième membre de la famille des alcalinoterreux (après le calcium), dont C. W. Scheele découvrit la base (baryte) dans la pyrolucite. Le métal fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baryum/#i_0

FLUORURE D'HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 618 mots

Formule brute : HFMasse moléculaire : 20,01 gPoint d'ébullition : 19,5 0CPoint de fusion : — 83,1 0CTempérature critique : 188 0C.Gaz incolore d'odeur piquante fumant dans l'air.Le fluorure d'hydrogène bout déjà à la température ordinaire, mais, refroidi, il forme un liquide léger, mobile et très hygroscopique. Au point d'ébullit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fluorure-d-hydrogene/#i_0

FRÉONS

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 218 mots

Nom commercial des chlorofluorocarbures (CFC). Ce sont des composés incolores, inodores, ininflammables, non corrosifs à l'état gazeux ou liquide. Les Fréons ne sont pas toxiques par eux-mêmes, mais certains de leurs produits de décomposition peuvent être dangereux.Les premiers membres de ce groupe apparurent comme réfrigérants dans les années 1930. On les utilise encore parfois comme gaz propulse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/freons/#i_0

GUTTA-PERCHA

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 197 mots

Matériau jaunâtre ou brunâtre, ayant l'apparence du cuir, la gutta-percha provient du latex de certains arbres de Malaisie, du Pacifique Sud et d'Amérique du Sud, en particulier Pallaquium oblongifolia et, jadis, P. gutta. Pour recueillir le latex, on abat l'arbre et on découpe des anneaux dans l'écorce ; quand on le cul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gutta-percha/#i_0

IODHYDRIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 251 mots

Formule brute : HIMasse moléculaire : 127,91 gPoint d'ébullition : — 34 0CPoint de fusion : — 50,8 0CTempérature critique : 150,5 0C.Gaz incolore, d'odeur piquante fumant à l'air, se condensant en un liquide incolore, l'iodure d'hydrogène est très soluble dans l'eau, qui, à la température ambiante, dissout 400 volumes de gaz par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-iodhydrique/#i_0

MÉSOMÉRIE

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 349 mots

On rencontre parfois des cas où un choix ne peut être fait entre plusieurs structures à peu près également stables d'un même corps et dont aucune ne permet à elle seule de rendre compte de toutes les propriétés de la substance. On appellera mésomérie l'état d'une telle molécule, la forme stable étant intermédiaire entre les structures extrêmes ; on dit parf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesomerie/#i_0

MYLAR

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 189 mots

Nom de marque d'une matière plastique dérivée du xylène et utilisée principalement en film.Le film de Mylar est un diélectrique que l'on emploie dans certains condensateurs et transformateurs, ainsi que dans les microphones. En ruban fin, le Mylar sert comme isolant thermoplastique des fils métalliques en raison de sa bonne cohésion diélectrique, de sa résistance à la tension et aux produits chimi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mylar/#i_0

POLARISATION, électrochimie

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 266 mots

On appelle tension de polarisation la différence entre la force électromotrice théorique d'une pile et la force électromotrice réelle. Une pile électrochimique fonctionnant dans des conditions irréversibles comme source d'électricité verra, par exemple, sa tension s'abaisser au-dessous de la valeur théorique ; inversement, s'il y a électrolyse, la tension aux bornes sera supérieure à la valeur thé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polarisation-electrochimie/#i_0

PYROLYSE

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 304 mots

Décomposition d'un corps par action de la chaleur. Les nouvelles substances formées (produit de pyrolyse) proviennent de réarrangements atomiques ou moléculaires ; on a l'habitude de distinguer deux étapes de réaction : les réactions primaires de scission radicalaire et les réactions secondaires de condensation.Si un autre élément intervient dans la réaction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyrolyse/#i_0

STRONTIUM

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 304 mots

De Strontian, ville d'Écosse.Symbole chimique : SrNuméro atomique : 38Masse atomique : 87,62Point de fusion : 769 0CPoint d'ébullition : 1 384 0CDensité (à 20 0C) : 2,54Métal alcalinoterreux mou, de reflet argenté quand il est fraîchement coupé, de couleur jaunâtre si on l'expose à l'air libre, constituant environ 0,02 p. 100 de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/strontium/#i_0

SULFURE D'HYDROGÈNE ou HYDROGÈNE SULFURÉ

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 346 mots

Formule brute : H2SMasse moléculaire : 34,08Point de fusion : — 85,5 0CPoint d'ébullition : — 60,7 0CTempérature critique : 100,38 0CGaz incolore, d'odeur caractéristique d'œufs pourris, assez soluble dans l'eau où il cristallise avec sept molécules d'eau ; il apparaît toujours dans la décomposition des substances organiques cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfure-d-hydrogene/#i_0

TAMPONS SYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 195 mots

Mélange de solutions dont le pH ne varie pratiquement pas si on lui ajoute de petites quantités d'acide ou de base, ou si on le dilue. On obtient une solution tampon en mélangeant un acide faible et l'un de ses sels de base forte (exemple du mélange acide acétique-acétate de sodium), ou une base faible et l'un de ses sels d'acide fort (ammoniaque-chlorure d'ammonium).Dans la pratique, il est impor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-tampons/#i_0

TAUTOMÉRIE

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 140 mots

Cas particulier de transposition intramoléculaire, résultant de réarrangements rapides et réversibles (isomérie dynamique). Plus précisément, on appelle ainsi la transformation d'un corps chimique en un isomère différent du premier par l'emplacement d'un atome et par la disposition des liaisons, cette transformation aboutissant à un équilibre. Il s'agit donc d'une relation entre deux isomères de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tautomerie/#i_0

TROPYLIUM CATION

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 124 mots

Cation aromatique C7H7+. Son nom provient de celui de l'alcaloïde atropine (isolé de l'Atropa belladona). L'atropine conduit, après hydrolyse, déshydratation et réaction d'Hoffmann, à un hydrocarbure non saturé appelé tropilidène ou encore cycloheptatriène. Le cation tropylium est l'ion correspondant au tropilidène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cation-tropylium/#i_0