SUJET

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le signifiant et le désir

Le sujet se définit comme l'effet du signifiant ; mais le signifiant ne cesse d'effacer la trace du sujet grâce auquel il déroule ses chaînes. Ce que Lacan résume dans la formule suivante : « Le signifiant est ce qui représente un sujet pour un autre signifiant. » Si le sujet est représenté par le signifiant, ce n'est pas pour un autre sujet : un signe y suffirait. Si le sujet est représenté par le signifiant, c'est par rapport à d'autres signifiants que précisément il n'est pas.

Soit donc le sujet dans les limbes. Il semble d'emblée forclos du jeu des signifiants et pourtant il ne peut advenir comme sujet que dans la mesure où le jeu des signifiants le fait signifier, le pétrifiant par le mouvement même où il le met au monde. Or, lorsque la relation s'établit entre l'innommable du sujet et la spécificité des signifiants qui s'organisent à sa place, l'ordre dans la mise en place de la chaîne signifiante devient essentiel : si un signifiant unaire représente d'abord le sujet, le signifiant binaire aura pour effet d'annuler ce même sujet, dont il révélera l'inconsistance. De fait, comment le sujet parviendrait-il à se penser comme une unité parmi d'autres ? Le sujet s'apparaît toujours à lui-même comme « exception », comme « moins-un ». Autrement dit, la fonction accordée au sujet comme à « un un » ne saurait être celle de l'unité unifiante (Einheit), mais celle de l'unité distinctive (Einzigheit) que Lacan appelle le « trait unaire ».

Or, si la psychanalyse donne au phallus une fonction privilégiée dans l'identification du sujet, c'est parce que le phallus, pris comme concept de la jouissance et distingué de toute réalité anatomique, devient le signifiant de la distance qui sépare le désir de son objet, comme il est celui de l'impuissance du signifiant à rejoindre un signifié univoque, comme il est la métonymie par excellence. De fait, le sujet, ne pouvant se signifier lui-même en vertu de son propre clivage, attend de l'autre quelque espèce d'initiative privilégiée, telle qu'il le signifie enfin en lui-même. Bref, le désir, où Descartes avait d'emblée reconnu la marque du sujet, m'attache à l'autre moins comme désiré que comme désirant, c'est-à-dire à l'autre en tant qu'il a lui-même quelque manque à combler. Le désir se définit alors comme « désir de l'Autre », formule volontairement ambiguë, puisque le désir apparaît à la fois comme émanant de l'Autre et comme se rapportant à l'Autre, mais à cet Autre qui, doté d'une majuscule, n'est que le « pur sujet », le sujet mythique, retourné dans ce lieu de naissance d'où il s'abolit comme sujet incarné. « Vénus est proscrite du monde » et la substance du sujet n'est pas autre chose que la jouissance dont il est coupé, un mur et un monde séparant l'homme de la femme, comme l'homme de lui-même.

C'est pourquoi « il n'y a pas d'autre signe du sujet que celui de son abolition comme sujet », et c'est pourquoi la psychanalyse, en tentant de « subjectiver » ce que le désir « assujettit », ne rend à lui-même qu'un sujet troué, qu'un sujet castré, auquel elle a appris à connaître le « manque-à-être » fondamental qui se dissimule derrière son désir. Mais, si l'objet du désir n'en est que le prétexte, si ce que Lacan nomme l'objet a n'est qu'un voile dissimulant au sujet sa carence, encore est-ce à ce niveau que s'instaure l'élan du sujet vers autrui dans un mouvement métonymique qui est celui même de l'existence.

Dans cette perspective, une des originalités de Lacan est d'exploiter les ressources de la topologie de façon à donner de la structure subjective les représentations les plus concises possibles. Situant le sujet de par une « exclusion interne à son objet » – ce qui, au fond, ne fait que commenter la définition freudienne du symptôme comme « inneres Ausland » (étranger intérieur) –, Lacan découvre pour le sujet cet « indice topologique » qu'est le signe générateur de la bande de Mœbius et qu'il appelle le « huit intérieur ». Tore trafiqué par une torsion et un collage, le ruban de Mœbius nous enseigne l'existence d'une surface pour laquelle les notions d'envers et d'endroit n'ont plus cours. Au lieu de distinguer les deux côtés, comme on le fait pour Janus bicéphale, l'on passe insensiblement sur ce qui serait l'autre côté, dans le cas d'un cylindre ordinaire. Considérons plus attentivement n [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SUJET  » est également traité dans :

ACTING OUT

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 161 mots

Acting out , expression anglaise utilisée principalement en psychanalyse et en thérapie de groupe pour désigner une transgression de la règle fondamentale de verbalisation, dans l'association libre, ou celle du « faire comme si », dans le psychodrame, l' acting out définit un acte impulsif dont le caractère autoagressif ou hétéroagressif (contre le thérapeute, le moniteur ou les autres membres du […] Lire la suite

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  L'amour comme mythe endopsychique »  : […] Qu'une privation essentielle caractérise l'amour, telle sera, en effet, l'intuition centrale de Freud, aux yeux duquel le sujet paie, en aimant, l'amende d'une partie de son narcissisme. Se dessaisissant de sa personnalité au profit de l'aimé, il élève celui-ci au rang d'idéal sexuel, quand il ne le substitue pas simplement à ce qui constituait auparavant son idéal du moi ; cette démission, Pasca […] Lire la suite

AUTEUR

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN, 
  • François-René MARTIN
  • , Universalis
  •  • 3 116 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Une parole anonyme »  : […] La pratique de la signature des œuvres, développée dès le vi e  siècle avant J.-C., indique le détachement progressif du nom d'auteur par rapport à une collectivité, et le laisse assumer un texte qui n'est plus imputable à une transcendance. Mais cette pratique n'est pas là pour perpétuer l'auteur. C'est ailleurs que le nom d'auteur est établi et conservé. D'abord dans des pratiques du texte, que […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

L'idée même que quelqu'un, racontant sa vie, fasse quelque chose d'important, quelque chose même qui puisse être fait, s'impose comme une évidence qui semble interdire le moindre questionnement. Une sorte de violence, comme venue du sujet lui-même, du sujet enfin devenu lui-même, est là pour nous en imposer. L'égard dû à la personne humaine, ou à l'être réputé unique de la génétique, ou à l'indiv […] Lire la suite

AUTRE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 1 307 mots

Le débat philosophique sur autrui est inséparable de la question du primat de la conscience : comment expliquer l'existence d'une autre conscience, sous quelles modalités la rencontrer ? La doctrine qui va produire un impact certain sur les réflexions proprement psychologiques est celle de la sympathie. Développée au xviii e  siècle, elle forme le cœur de l'ouvrage de Max Scheler, Nature et for […] Lire la suite

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La psychose »  : […] Bion a élaboré ses conceptions concernant la psychose pendant les années 1950-1962 et les a explicitées dans Second Thoughts (1967). Il reprend au modèle de l'appareil psychique, présenté par Freud dans l'aporétique chapitre VII de L'Interprétation des rêves (1900), le thème de la conscience comme organe de perception périphérique, en double contact, centripète et centrifuge, avec la réalité ex […] Lire la suite

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Dans le chapitre « Les propriétés du concept »  : […] La tradition rationaliste établit une différence tranchée entre la connaissance intuitive et la connaissance conceptuelle, en lesquelles elle voit deux niveaux irréductibles de savoir. La tradition empiriste, en revanche, conçoit plutôt ces deux modes de connaissance comme des réalisations, selon des degrés différents, d'une seule et même modalité fondamentale. Que les concepts soient compris comm […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de la connaissance »  : […] La question se complique du fait que la connaissance ne peut être analysée selon un modèle unique. Il y a une forme de connaissance qui est liée à la présence physique de la chose connue et à une interaction entre celle-ci et le système nerveux (par l'intermédiaire des organes des sens) : c'est la perception sensible. Mais il est aussi possible de se représenter un objet qui n'est pas physiquement […] Lire la suite

CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 10 466 mots
  •  • 1 média

Le mot latin conscientia est naturellement décomposé en « cum scientia ». Cette étymologie suggère non seulement la connaissance de l'objet par le sujet, mais que cet objet fait toujours référence au sujet lui-même. Le terme allemand Bewusstsein comporte la même résonance de sens. L'emploi du substantif conscience fausse la solution du problème qu'il implique, car la conscience n'est pas plus un […] Lire la suite

CONSCIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 718 mots

Dans le chapitre « Le sujet cartésien »  : […] Jusqu’ici, c’est la dimension « douloureuse » de la conscience que nous avons évoquée. Elle peut cependant présenter un tout autre visage, celui qu’a dessiné et imposé la philosophie cartésienne. Descartes (1596-1650) est incontournable si nous avons l’intention de nous réconcilier avec la conscience. Qu’est-ce donc que le « cogito » (le « Je pense donc je suis ») cartésien ? C’est la découverte […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 août 2022 Ukraine – Russie. Menaces sur la centrale nucléaire de Zaporijia.

Des négociations s’engagent au sujet de l’envoi à Zaporijia d’une mission de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Le 24, jour de la fête nationale en Ukraine qui célèbre l’indépendance du pays en 1991, une frappe russe sur la gare ferroviaire de Tchaplyne, située entre Dnipro et Donetsk, près du Donbass, fait au moins vingt-cinq morts. […] Lire la suite

20 août 2022 Monténégro. Motion de censure contre le gouvernement de Dritan Abazović.

Le Parlement adopte une motion de censure contre le gouvernement de Dritan Abazović à la suite de la conclusion d’un accord controversé entre le pouvoir et l’Église orthodoxe serbe, religion majoritaire dans le pays, au sujet de la propriété des monastères et des églises. Les détracteurs de cet accord, au premier rang desquels le président Milo Đukanović, l’estiment trop favorable à l’Église. […] Lire la suite

16-18 août 2022 Vatican – Canada. Rejet par le Vatican des accusations portées contre le cardinal Marc Ouellet.

Le 16, une action collective en justice est engagée à Québec par une centaine de personnes contre la Corporation archiépiscopale catholique romaine et l’archevêque catholique romain de la province, au sujet d’accusations d’agressions sexuelles qui visent quatre-vingt-huit religieux et employés laïques du diocèse, sur une période remontant à 1940. Il est reproché aux deux institutions de ne pas être venues en aide aux victimes, de n’avoir rien fait pour prévenir ces actes et de n’avoir pas dénoncé les agresseurs à la justice. […] Lire la suite

4 août 2022 France. Report du projet de loi sur l'immigration.

Il indique que le sujet fera préalablement l’objet d’un « grand débat » au Parlement, précédé par une concertation « avec tous les partis, les partenaires sociaux, les associations et les représentants de la société civile ». […] Lire la suite

23-30 juillet 2022 Santé. Décret par l'OMS d'une urgence de santé publique de portée internationale au sujet de la « variole du singe ».

Le 23, le directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus décrète une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI), soit le plus haut niveau d’alerte de l’OMS, au sujet de l’épidémie de l’orthopoxvirose simienne, appelée « variole du singe », qui se développe rapidement dans de nombreux pays où elle n’est pas endémique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « SUJET », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sujet/