STYLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le style comme instrument de généralisation

Bien avant que se constitue une stylistique, le style se propose comme un concept opératoire pour un savoir dont la principale ambition est de recenser et de classer. C'est ainsi qu'au Moyen Âge on distingue, dans la littérature, trois styles : élevé, moyen et bas, qui permettent, par exemple dans l'œuvre de Virgile, de situer respectivement L'Énéide, les Géorgiques et les Bucoliques (cf. Auerbach, Mimésis). Pareillement définit-on, dans l'art du mobilier, le style Louis XV et le style Louis XVI. La fonction du concept est alors généralisante : il permet de définir et de classer différents objets sous une même rubrique. Cette rubrique peut désigner, pour certains objets ou certains arts préalablement déterminés, une période historique, comme lorsqu'on parle d'un style Louis XV. Ce principe de classement est à certains égards le plus simple. Rien de plus aisé que de couper l'histoire en tranches. Mais on voit aussitôt que cette procédure ne peut s'appliquer qu'après coup et, par conséquent, ne peut assumer une fonction prescriptive (sauf dans le cas où telle époque du passé est proposée comme modèle à imiter) ; et que le critère est exposé à toutes les vicissitudes de l'histoire : peut-on, par exemple, définir le style roman par des dates, alors qu'on a construit des églises romanes lorsque s'édifiaient déjà des monuments gothiques ?

Il faut donc, même si l'histoire fournit d'utiles points de repère, chercher un autre principe de classement, dans une certaine mesure transhistorique. Ce peut être le genre, qui s'offre naturellement à une pensée généralisante : le genre est, à l'intérieur d'un art lui-même situé dans une classification, le moyen d'en ordonner les productions. Ainsi distingue-t-on architecture religieuse, civile, militaire ; ou encore peinture d'histoire, paysage, portrait, nature morte ; ou encore poésie lyrique, dramatique, épique. Le style définit alors la particularité d'un genre : il y a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  STYLE  » est également traité dans :

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

La notion de style appelle des définitions différentes selon les disciplines. En histoire de l'art, elle s'articule sur deux niveaux interdépendants : l'attributionnisme (traduction réductrice de connoisseurship) et l'histoire des formes. Sur le plan pratique, elle désigne la manière caractéristique d'une personnalité ou d'un groupe d'indiv […] Lire la suite

ALAṂKĀRA-ŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 2 034 mots

Le terme alaṃkāra-śāstra , littéralement « enseignement des ornements », désigne, en fait, l'art poétique sanskrit en général. Outre l'étude des figures de style, cette branche importante de la scolastique sanskrite comprend une esthétique de la poésie, une psychologie à l'usage de la littérature, une méthode de critique littéraire, et quelques sujets adventices utiles au poète. […] Lire la suite

CONTRE SAINTE-BEUVE, Marcel Proust - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 253 mots

Dans le chapitre « « Le moi de l'écrivain ne se montre que dans ses livres » »  : […] Contre Sainte-Beuve est un ouvrage virtuel et doit être considéré comme tel. Si certains passages, devenus célèbres, comme le début du projet de Préface, ou la description de la méthode de Sainte-Beuve, ou telle note particulièrement suggestive (« les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère. Sous chaque mot, chacun de nous met son sens ou du moins son image qui est souvent un […] Lire la suite

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 584 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le grain des mots »  : […] La parenté que nous venons d'évoquer entre le temps du récit et celui de la musique, due à une similitude de moyens techniques qui investissent notre « durée concrète » ou, tout au moins, changent son rythme de désespoir, nous invite à examiner de plus près ce vecteur essentiel de la création qu'est l'écriture, c'est-à-dire le lexique, la phonétique, la grammaire et la rhétorique que met en jeu l […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce que la critique littéraire ? »  : […] Ce double emploi est source de confusion. Ainsi la critique journalistique semble plus conforme à l'étymologie du mot, qui signifiait en grec tri, évaluation, jugement (du verbe kríno , juger ; kritikós , juge de la littérature, apparaît au iv e  siècle avant J.-C., comme distinct de grammatikós , grammairien). Dans la presse, on prononce des jugements sur les livres qui paraissent, on tranche ent […] Lire la suite

DU SUBLIME, Pseudo-Longin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 740 mots

Dans le chapitre « « Un livre d'or » (Casaubon) »  : […] Nous ne connaissons le texte qu'à partir d'un manuscrit lacunaire du x e  siècle. Il a longtemps été attribué à Longin, rhéteur grec et homme d'État du iii e  siècle après J.-C., mis à mort par les Romains ; mais la critique interne permet de le dater plus sûrement du i er  siècle, et son recours à un exemple biblique (le Fiat lux de la Genèse), unique dans un traité païen, suggère une proximité […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Descartes à Kant »  : […] La fin de la Renaissance est marquée par le mysticisme (sainte Thérèse d'Avila, saint Jean de la Croix) ou l'étrange (Paracelse, Böhme) ; par des poétiques de la violence (comme celle de l'éclatement de l'ordonnance chez Dürer), par l'austérité initiale de la Contre-Réforme, puis par le maniérisme et enfin par le baroque. Le classicisme ne s'impose qu'au xvii e siècle, d'abord dominé par les arts […] Lire la suite

SUBLIME

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 168 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition du sublime »  : […] Écrivant ces lignes, Flaubert évacuait une vieillerie devenue scolaire : le sublime avait cessé d'être un concept vivant. Ce faisant, néanmoins, et comme toujours avec une sûreté infaillible, Flaubert condensait en quelques mots toute – ou presque toute – la théorie du sublime. Il en retraçait même la généalogie. Il disait que : – le sublime est un sentiment qui naît au spectacle grandiose de la n […] Lire la suite

EUPHUISME

  • Écrit par 
  • Georges GRANJOUX
  •  • 1 594 mots

Dans le chapitre « L'euphuisme, style maniéré »  : […] L'euphuisme se caractérise par l'emploi quasi mécanique de certains procédés : – Procédés de structure et de rhétorique : le parallélisme des phrases et des propositions à l'intérieur des phrases ; l'utilisation de l'antithèse ; l'emploi fréquent des questions rhétoriques, souvent en séries. Ces procédés peuvent être associés dans le même paragraphe, voire dans la même phrase ; ils sont liés au c […] Lire la suite

FLAUBERT GUSTAVE

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 9 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « système » de Flaubert »  : […] La nouvelle poétique inaugurée par Flaubert n'est pas fondée sur les présupposés d'une doctrine ou d'une école littéraire, ni sur une vision du monde singulière qui serait celle de l'auteur. Elle résulterait plutôt d'une série passablement formelle de « contraintes » que Flaubert s'est progressivement donnée pour écrire et qui ont fini par se traduire en termes de méthodes de travail. Impersonnali […] Lire la suite

FORMALISME (arts)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 870 mots

En histoire de l'art, le formalisme ne peut être dissocié d'une interrogation sur le style. En cela, son objet est l'analyse de l'art, conçu, pour reprendre les termes de l'historien de l'art et critique Meyer Schapiro (1904-1996), comme « un système de formes qui possèdent une qualité et une expression significatives rendant visibles la personnalité d'un artiste et la conception générale d'une c […] Lire la suite

SUBLIME, littérature

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 351 mots

« Sublime » est d'abord un terme technique, emprunté par la théorie littéraire à la rhétorique, décalque du latin sublimis , qui traduit le grec hupsos  : « élevé », « en hauteur ». Il qualifie donc le « style élevé », celui de la grande éloquence, qui vise à provoquer l'admiration de l'auditeur, et à le transporter. Mais le propre de cette notion est que, dès l'Antiquité, elle paraît problémati […] Lire la suite

GENRES PICTURAUX

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 640 mots

Dans le chapitre « Naissance des genres »  : […] Dans son Histoire naturelle , Pline l'Ancien, érudit romain du i er  siècle, rapporte l'histoire de plusieurs peintres légendaires, tel Pyraïkos, « peintre de saletés », dont les œuvres pleines de vie avaient atteint une cote extraordinaire sur le marché de l'art, ou Parrhasios, dont l'aptitude à reproduire fidèlement les objets avait pu tromper l'œil expert de son contemporain Zeuxis. D'une part, […] Lire la suite

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le goût et les styles »  : […] Il convient de distinguer entre l'histoire du goût et l'histoire des styles : le goût intervient avant que les conceptions, les thèmes nouveaux ne connaissent la diffusion qui constitue un style. C'est précisément l'orientation commune d'une société vers telle ou telle forme de beauté, soudain révélée, qui suscite l'élaboration d'un style. Adoptée d'abord par un cercle restreint, propagée peu à p […] Lire la suite

GRANGER GILLES GASTON (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Elisabeth SCHWARTZ
  •  • 1 695 mots

Dans le chapitre « L’épistémologie comparative »  : […] C’est en ce sens que la philosophie de Granger est bien une « philosophie de professeur » dont il n’aurait pas renié la définition laborieuse. Il aimait évoquer le mot de Kant à propos du « ton grand seigneur adopté naguère en philosophie », qu’il devait placer en exergue du livre publié peu après son arrivée au Collège de France ( Pour la connaissance philosophique, 1988), dans lequel sa méthode […] Lire la suite

LAUTRÉAMONT ISIDORE DUCASSE dit COMTE DE (1846-1870)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 3 193 mots

Dans le chapitre « « Les Chants de Maldoror » »  : […] Les Chants de Maldoror obéissent à une structure à laquelle l'auteur s'est employé à rester fidèle, malgré l'évidente évolution dont témoigne leur contenu. La publication de 1868 (le seul premier Chant ) présentait, en effet, certaines parties dialoguées avec indications scéniques qui furent supprimées par la suite. Elles portent la marque des textes où, pour commencer, Lautréamont puisa son insp […] Lire la suite

MIMÉSIS, Erich Auerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 793 mots

Dans le chapitre « La cicatrice d'Ulysse »  : […] Le « réalisme » est spontanément associé à un courant littéraire, apparu en France autour de 1850, et qui correspond à une sorte d'âge d'or du roman. Or Auerbach montre qu'un tel souci est présent dès l'origine de la littérature occidentale, et même dans sa double origine : Homère et la Bible – selon deux « types fondamentaux », deux approches stylistiques très différentes, qu'il détaille à parti […] Lire la suite

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Entre littérature et philosophie »  : […] Dans son ouvrage pionnier consacré aux Morales du Grand Siècle (1948), Paul Bénichou avait souligné qu'il abordait la littérature en tant que « creuset où notre expérience directe de la vie et de la société s'élabore déjà philosophiquement mais sans rien perdre encore de sa force immédiate ». Il remarquait aussitôt que la littérature française, en général, répondait « plus que toute autre » à c […] Lire la suite

NATUREL, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 466 mots

L'un des principes de base de l'esthétique classique. Le naturel « exprime la conformité de l'œuvre d'art à un modèle idéal qu'on appelle conventionnellement la nature » (R. Bray). Cette définition permet de comprendre les ambiguïtés de la notion. Quelle nature ? La nature humaine sans doute, et non la nature extérieure. Mais, écrit Pascal « on ne sait ce que c'est que ce modèle naturel qu'il faut […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-24 avril 2005 • Vatican • Mort du pape Jean-Paul II et élection de Benoît XVI.

l'importance historique de Jean-Paul II, notamment son rôle majeur dans l'effondrement du communisme en Europe de l'Est, son action en faveur du dialogue avec les autres religions ou encore le style particulier de son pontificat marqué par ses très nombreux voyages à l'étranger. Le 4, la basilique Saint [...] Lire la suite

27-28 novembre 1994 • Norvège - Union européenne • Rejet par Oslo de l'adhésion à l'Union européenne.

avait prôné le oui, rejetant l'« isolationnisme », tandis que Anne Enger Lahnstein, présidente du Parti centriste (agrarien), avait pris la tête du mouvement en faveur du non qui regroupait les chrétiens-populaires, les socialistes de gauche, une partie des travaillistes, les libéraux et les écologistes, tous attachés à la sauvegarde du style de vie norvégien.  [...] Lire la suite

11-17 mars 1994 • Slovaquie • Remplacement du Premier ministre Vladimír Mečiar par Jozef Moravcik.

avec le chef de l'État Michal Kovac, ainsi que de son style populiste et autoritaire dénoncé par ses adversaires comme par ses alliés. Le 14, Michal Kovac charge Jozef Moravcik, ministre des Affaires étrangères, de former un nouveau cabinet. Le 16, Jozef Moravcik présente un gouvernement [...] Lire la suite

26-30 août 1991 • Cambodge • Progression vers un règlement du conflit.

de transition, mais aussi sur une réduction de 70 p. 100 des effectifs des forces militaires en présence ainsi que sur l'instauration à Phnom-Penh d'une « démocratie libérale de style occidental, pluraliste, multipartiste ». Les négociations butent encore sur le mode de scrutin à adopter pour élire, vers la fin de 1992, une Assemblée constituante. Mais ce dernier obstacle sera levé le 19 septembre lors d'une nouvelle réunion du C.N.S. à New York.  [...] Lire la suite

13-14 septembre 1990 • France - Tchécoslovaquie • Visite d'État du président François Mitterrand à Prague.

, dès 1991, des « assises » chargées de réfléchir sur l'avenir de l'Europe élargie sous forme de confédération. L'émergence de cette idée, qualifiée de « brillante » par le président Havel, constitue le point fort d'une visite au style bon enfant, marquée par la conclusion de trois accords culturels, mais plutôt décevante sur le plan des perspectives économiques.  [...] Lire la suite

11-21 mai 1985 • Vatican - Pays-Bas - Luxembourg - Belgique • Visite du pape Jean-Paul II au Benelux

tournée semble être une étape dans l'évolution du style des voyages pontificaux, qui pourraient désormais être orientés vers l'écoute plutôt que vers la diffusion d'un message préparé à l'avance.  [...] Lire la suite

11-12 octobre 1983 • Chine • Lancement de la campagne de rectification du parti

Les 11 et 12, le comité central du P.C. chinois tient sa deuxième session. Il décide le lancement de la campagne de « rectification générale » du style de travail du parti et de « consolidation » de ses organisations, prévue par le XIIe congrès. Cette opération, qui concerne [...] Lire la suite

1er-29 mars 1982 • Pologne • Lancement d'une campagne d'épuration

le calendrier de la reprise en main du parti et de l'administration tandis que, le 13, Mieczyslaw Rakowski, vice-Premier ministre, annonce une épuration dans l'enseignement. Partout, le « style de travail » de chacun sera évalué et des décisions d'exclusion pourront être prises. Le 19, l'Association [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Mikel DUFRENNE, « STYLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/style/