STYLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le style comme instrument de singularisation

La liberté de l'artiste ne s'exerce pas seulement dans le choix préalable du style, elle peut se manifester par la contestation des traits qui le définissent dans la théorie et des règles qui le définissent dans la pratique, par l'invention de nouveaux traits et de nouvelles règles. Ainsi peuvent se créer de nouveaux genres qui se substituent aux anciens. Mais ce qui nous intéresse ici – et qui intéressera aussi le stylisticien – c'est, quels que soient son avenir et son incidence sur la systématique, le moment de l'invention, qui est celui de la pratique. Cette pratique n'est pas nécessairement individuelle (encore qu'elle le soit le plus souvent ou par quelque côté : la construction de la cathédrale suppose un maître d'œuvre, le jeu du corps de ballet un chorégraphe), mais elle est individuante : toute grande œuvre est une création singulière, et l'on pourra même dire que son authenticité se mesure à sa singularité. Les œuvres mineures sont les œuvres standardisées, où n'apparaît point la marque de l'ouvrier sur son ouvrage ; et s'il y a des genres mineurs, ce sont ceux qui ne sollicitent ou ne tolèrent pas cette marque, à savoir la transgression des règles qui les constituent, comme le conte, le roman policier, la chanson, le western. Mais peut-être ces genres mêmes, dont le style est impérieusement prédéterminé, autorisent-ils une certaine personnalisation. L'individuation du style en effet n'implique pas nécessairement la subversion des règles, mais au moins un certain degré de liberté dans la façon de les assumer : l'artisan le plus respectueux, le plus laborieux peut être un artiste si son effort même pour appliquer docilement des normes à un matériau rebelle le conduit comme malgré lui à conjuguer tradition et invention, sinon apprentissage et révolte, et à imprimer ainsi sa marque à son œuvre.

Il faut évoquer ici l'analyse où Barthes, dans Le Degré zéro de l'écriture, réfléchissant sur la littérature et la façon dont elle se signifie au lecteur, oppose le style à l'écriture. La notion d'écriture se rapproche de ce que l'on a appelé le style collectif : elle fait, là au moins où elle est plurielle, l'objet d'un choix ; en opérant ce choix, l'écrivain accepte le pacte qui le lie à la société, il se situe dans une aire sociale, s'engage dans une histoire, prend parti. Le style, lui, a ses références « au niveau d'une biologie ou d'un passé, non d'une histoire » ; il constitue un langage autarcique, où se révèle la solitude de l'écrivain ; il fonctionne à la façon d'une nécessité, « comme une espèce de poussée florale », exprimant le pacte qui noue la chair au monde : il est du côté de la Nature. La poésie moderne illustre assez bien cette idée ; d'autres arts comme la danse ou la peinture, que ce n'est pas le propos de Barthes d'évoquer, indiquent, mieux encore, comment le style est issu des profondeurs du corps : il est la trace d'un geste. Mais il en est aussi la maîtrise ; et c'est pourquoi, si naturel qu'il soit, il se conquiert.

Cette marque de l'ouvrier sur son ouvrage n'est pas expression de soi au sens où on l'entend trop souvent ; elle ne manifeste pas un parti pris délibéré de s'exhiber ou de parler de soi ; ce n'est pas l'auteur qui parle en première personne, c'est l'œuvre qui parle, en personne : c'est elle qui porte témoignage du geste, du travail singulier qui l'a produite, et le créateur n'est rien d'autre que le fils de ses œuvres. L'étude du style implique donc l'étude de l'œuvre : l'étude de la marque de l'ouvrier, et non l'étude de l'ouvrier. Elle vise à expliciter ce qu'il y a d'incomparable dans cette œuvre, ce par quoi, même si on peut l'inscrire dans un genre, elle échappe aux lois du genre pour s'affirmer unique. La fonction du concept de style est donc exactement inverse ici de celle que nous lui assignions tout à l'heure. Avant que ne cherche à s'élaborer une science du style, cette fonction se manifeste au mieux dans la pratique de l'expertise, qui a été longtemps la principale tâche que revendiquait l'histoire de l'art : le jugement d'attribution requiert la détermination des traits qui peuvent singulariser une œuvre. Dans quelle mesure l'investigation de ces traits peut-elle être théorisée ? Y a-t-il une science de l'individuel ? Ce sont les questions que se posera une stylistique scientifique, qui elle aussi a hésité entre les deux notions de style que nous avons exposées.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  STYLE  » est également traité dans :

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

La notion de style appelle des définitions différentes selon les disciplines. En histoire de l'art, elle s'articule sur deux niveaux interdépendants : l'attributionnisme (traduction réductrice de connoisseurship) et l'histoire des formes. Sur le plan pratique, elle désigne la manière caractéristique d'une personnalité ou d'un groupe d'indiv […] Lire la suite

ALAṂKĀRA-ŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 2 034 mots

Le terme alaṃkāra-śāstra , littéralement « enseignement des ornements », désigne, en fait, l'art poétique sanskrit en général. Outre l'étude des figures de style, cette branche importante de la scolastique sanskrite comprend une esthétique de la poésie, une psychologie à l'usage de la littérature, une méthode de critique littéraire, et quelques sujets adventices utiles au poète. […] Lire la suite

CONTRE SAINTE-BEUVE, Marcel Proust - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 253 mots

Dans le chapitre « « Le moi de l'écrivain ne se montre que dans ses livres » »  : […] Contre Sainte-Beuve est un ouvrage virtuel et doit être considéré comme tel. Si certains passages, devenus célèbres, comme le début du projet de Préface, ou la description de la méthode de Sainte-Beuve, ou telle note particulièrement suggestive (« les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère. Sous chaque mot, chacun de nous met son sens ou du moins son image qui est souvent un […] Lire la suite

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le grain des mots »  : […] La parenté que nous venons d'évoquer entre le temps du récit et celui de la musique, due à une similitude de moyens techniques qui investissent notre « durée concrète » ou, tout au moins, changent son rythme de désespoir, nous invite à examiner de plus près ce vecteur essentiel de la création qu'est l'écriture, c'est-à-dire le lexique, la phonétique, la grammaire et la rhétorique que met en jeu l […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce que la critique littéraire ? »  : […] Ce double emploi est source de confusion. Ainsi la critique journalistique semble plus conforme à l'étymologie du mot, qui signifiait en grec tri, évaluation, jugement (du verbe kríno , juger ; kritikós , juge de la littérature, apparaît au iv e  siècle avant J.-C., comme distinct de grammatikós , grammairien). Dans la presse, on prononce des jugements sur les livres qui paraissent, on tranche ent […] Lire la suite

DU SUBLIME, Pseudo-Longin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 740 mots

Dans le chapitre « « Un livre d'or » (Casaubon) »  : […] Nous ne connaissons le texte qu'à partir d'un manuscrit lacunaire du x e  siècle. Il a longtemps été attribué à Longin, rhéteur grec et homme d'État du iii e  siècle après J.-C., mis à mort par les Romains ; mais la critique interne permet de le dater plus sûrement du i er  siècle, et son recours à un exemple biblique (le Fiat lux de la Genèse), unique dans un traité païen, suggère une proximité […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Descartes à Kant »  : […] La fin de la Renaissance est marquée par le mysticisme (sainte Thérèse d'Avila, saint Jean de la Croix) ou l'étrange (Paracelse, Böhme) ; par des poétiques de la violence (comme celle de l'éclatement de l'ordonnance chez Dürer), par l'austérité initiale de la Contre-Réforme, puis par le maniérisme et enfin par le baroque. Le classicisme ne s'impose qu'au xvii e siècle, d'abord dominé par les arts […] Lire la suite

SUBLIME

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition du sublime »  : […] Écrivant ces lignes, Flaubert évacuait une vieillerie devenue scolaire : le sublime avait cessé d'être un concept vivant. Ce faisant, néanmoins, et comme toujours avec une sûreté infaillible, Flaubert condensait en quelques mots toute – ou presque toute – la théorie du sublime. Il en retraçait même la généalogie. Il disait que : – le sublime est un sentiment qui naît au spectacle grandiose de la n […] Lire la suite

EUPHUISME

  • Écrit par 
  • Georges GRANJOUX
  •  • 1 594 mots

Dans le chapitre « L'euphuisme, style maniéré »  : […] L'euphuisme se caractérise par l'emploi quasi mécanique de certains procédés : – Procédés de structure et de rhétorique : le parallélisme des phrases et des propositions à l'intérieur des phrases ; l'utilisation de l'antithèse ; l'emploi fréquent des questions rhétoriques, souvent en séries. Ces procédés peuvent être associés dans le même paragraphe, voire dans la même phrase ; ils sont liés au c […] Lire la suite

FLAUBERT GUSTAVE

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 9 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « système » de Flaubert »  : […] La nouvelle poétique inaugurée par Flaubert n'est pas fondée sur les présupposés d'une doctrine ou d'une école littéraire, ni sur une vision du monde singulière qui serait celle de l'auteur. Elle résulterait plutôt d'une série passablement formelle de « contraintes » que Flaubert s'est progressivement donnée pour écrire et qui ont fini par se traduire en termes de méthodes de travail. Impersonnali […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-24 avril 2005 Vatican. Mort du pape Jean-Paul II et élection de Benoît XVI

style particulier de son pontificat marqué par ses très nombreux voyages à l'étranger. Le 4, la basilique Saint-Pierre de Rome accueille la dépouille de Jean-Paul II devant laquelle des centaines de milliers de personnes venues du monde entier se recueillent. Le 8, les obsèques de Jean-Paul II se déroulent en présence de quatorze rois, reines et princes […] Lire la suite

11-17 mars 1994 Slovaquie. Remplacement du Premier ministre Vladimír Mečiar par Jozef Moravcik

style populiste et autoritaire dénoncé par ses adversaires comme par ses alliés. Le 14, Michal Kovac charge Jozef Moravcik, ministre des Affaires étrangères, de former un nouveau cabinet. Le 16, Jozef Moravcik présente un gouvernement de coalition où les anciens communistes du Parti de la gauche démocratique et les chrétiens démocrates font leur entrée […] Lire la suite

26-30 août 1991 Cambodge. Progression vers un règlement du conflit

style occidental, pluraliste, multipartiste ». Les négociations butent encore sur le mode de scrutin à adopter pour élire, vers la fin de 1992, une Assemblée constituante. Mais ce dernier obstacle sera levé le 19 septembre lors d'une nouvelle réunion du C.N.S. à New York.  […] Lire la suite

13-14 septembre 1990 France – Tchécoslovaquie. Visite d'État du président François Mitterrand à Prague

style bon enfant, marquée par la conclusion de trois accords culturels, mais plutôt décevante sur le plan des perspectives économiques.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mikel DUFRENNE, « STYLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/style/