STYLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le discours de la stylistique

On ne tentera pas d'esquisser l'histoire de la stylistique. D'autant que généralement elle ne porte que sur le style de la langue ou du discours littéraire et non sur l'ensemble des arts. C'est la limite qu'elle s'imposait déjà sous son ancien nom de rhétorique. Car la rhétorique est une technique du langage considéré comme un art. Elle est à la fois descriptive et normative : grammaire de l'expression littéraire, elle détermine les moyens que le langage met à la disposition de l'écrivain et de l'orateur ; instrument de critique, elle pose les règles propres à chaque genre, qui fixent la composition, le vocabulaire, la syntaxe et les figures, et elle juge les œuvres en fonction de ces règles. La stylistique moderne, animée par le même souci de positivité que la linguistique à laquelle elle se rattache, renonce aux fonctions normative et critique. Mais, si elle s'interdit de juger les œuvres, elle ne renonce pas à leur examen. Du même coup elle se partage entre deux disciplines, qui répondent aux deux conceptions du style que nous avons distinguées «  : d'une part ce que Pierre Guiraud appelle une stylistique de l'expression, d'autre part une stylistique de l'individu. La première, descriptive, met en lumière le pouvoir ou les propriétés de la langue, la seconde, génétique, traite de l'art singulier de l'écrivain. Ainsi Bally, auteur de la première Stylistique parue en 1905, étudie le génie de la langue : considérant que sa fonction est d'exprimer la pensée et les sentiments, il assigne à la stylistique l'étude des moyens que le lexique et la syntaxe apportent pour l'expression des sentiments. Par contre, Spitzer, promoteur de la New Stylistics, étudie le génie d'un auteur, tel qu'il apparaît dans sa langue, c'est-à-dire dans le système des procédés que son œuvre met en jeu et qui assure l'expression de la pensée aussi bien que de l'affectivité. Ce qui reste commun à ces deux entreprises, c'est l'idée que la stylistique est liée à la fonction sémantique de la langue, et par conséquent au discours – au texte – où cette fonction s'exerce. Comme dit Jakobson, la grammaire de la poésie – étude des moyens d'expression poétique en puissance dans la langue – est inséparable de la poésie de la grammaire – étude des effets obtenus dans le texte par le recours à ces moyens. Si l'on s'attache aux propriétés stylistiques de la langue, « on ne peut les expliquer par le seul mécanisme de la langue, mais uniquement par celui du discours » (T. Todorov et O. Ducrot), donc en considérant au moins « l'aspect verbal » des textes, lequel réfère immédiatement à l'aspect sémantique. Dès lors, si l'opposition entre les deux visées demeure irréductible, elle ne l'est pas entre leurs procédures ; car, si l'on veut élaborer une stylistique de la langue, ce ne peut être qu'en tant que la langue est une possibilité de discours, et donc sur les discours qu'elle autorise et qui sont des œuvres singulières ; inversement, cette singularité est autorisée par la langue où elle trouve à se manifester, et son examen en appelle à une théorie de cette langue : l'étude des effets implique l'étude des moyens.

C'est à partir de là que l'on peut étendre la notion de style à tous les arts, comme l'a tenté Gilles Granger. Cette notion s'explicite alors dans les termes de code et de message qu'a imposés le structuralisme. Le message, c'est à la fois l'œuvre et ce qui est signifié par elle : le sens, ou plutôt, si l'on suit Guillaume, l'effet de sens qui résulte, dans le texte et par le contexte, de l'actualisation d'une des possibilités de sens que la langue confère au signe. Le code, c'est le système des moyens convenus par lesquels le message est transmis, et donc des contraintes qui, pour l'émetteur et le récepteur, constituent ces moyens. Le style est une propriété du message, dans la mesure où il est codé. Comme dit Guiraud : « Il n'y a d'effets de style que dans le message et par rapport au message ; mais cet effet est conditionné par des valeurs qui ont leur source dans le code » (La stylistique). Ces valeurs qui s'attachent à chaque signe sont des possibilités de sens. On examinera rapidement comment ces deux notions sont reprises chez Granger par une stylistique générale. Que [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  STYLE  » est également traité dans :

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

La notion de style appelle des définitions différentes selon les disciplines. En histoire de l'art, elle s'articule sur deux niveaux interdépendants : l'attributionnisme (traduction réductrice de connoisseurship) et l'histoire des formes. Sur le plan pratique, elle désigne la manière caractéristique d'une personnalité ou d'un groupe d'indiv […] Lire la suite

ALAṂKĀRA-ŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 2 034 mots

Le terme alaṃkāra-śāstra , littéralement « enseignement des ornements », désigne, en fait, l'art poétique sanskrit en général. Outre l'étude des figures de style, cette branche importante de la scolastique sanskrite comprend une esthétique de la poésie, une psychologie à l'usage de la littérature, une méthode de critique littéraire, et quelques sujets adventices utiles au poète. […] Lire la suite

CONTRE SAINTE-BEUVE, Marcel Proust - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 253 mots

Dans le chapitre « « Le moi de l'écrivain ne se montre que dans ses livres » »  : […] Contre Sainte-Beuve est un ouvrage virtuel et doit être considéré comme tel. Si certains passages, devenus célèbres, comme le début du projet de Préface, ou la description de la méthode de Sainte-Beuve, ou telle note particulièrement suggestive (« les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère. Sous chaque mot, chacun de nous met son sens ou du moins son image qui est souvent un […] Lire la suite

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le grain des mots »  : […] La parenté que nous venons d'évoquer entre le temps du récit et celui de la musique, due à une similitude de moyens techniques qui investissent notre « durée concrète » ou, tout au moins, changent son rythme de désespoir, nous invite à examiner de plus près ce vecteur essentiel de la création qu'est l'écriture, c'est-à-dire le lexique, la phonétique, la grammaire et la rhétorique que met en jeu l […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce que la critique littéraire ? »  : […] Ce double emploi est source de confusion. Ainsi la critique journalistique semble plus conforme à l'étymologie du mot, qui signifiait en grec tri, évaluation, jugement (du verbe kríno , juger ; kritikós , juge de la littérature, apparaît au iv e  siècle avant J.-C., comme distinct de grammatikós , grammairien). Dans la presse, on prononce des jugements sur les livres qui paraissent, on tranche ent […] Lire la suite

DU SUBLIME, Pseudo-Longin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 740 mots

Dans le chapitre « « Un livre d'or » (Casaubon) »  : […] Nous ne connaissons le texte qu'à partir d'un manuscrit lacunaire du x e  siècle. Il a longtemps été attribué à Longin, rhéteur grec et homme d'État du iii e  siècle après J.-C., mis à mort par les Romains ; mais la critique interne permet de le dater plus sûrement du i er  siècle, et son recours à un exemple biblique (le Fiat lux de la Genèse), unique dans un traité païen, suggère une proximité […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Descartes à Kant »  : […] La fin de la Renaissance est marquée par le mysticisme (sainte Thérèse d'Avila, saint Jean de la Croix) ou l'étrange (Paracelse, Böhme) ; par des poétiques de la violence (comme celle de l'éclatement de l'ordonnance chez Dürer), par l'austérité initiale de la Contre-Réforme, puis par le maniérisme et enfin par le baroque. Le classicisme ne s'impose qu'au xvii e siècle, d'abord dominé par les arts […] Lire la suite

SUBLIME

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition du sublime »  : […] Écrivant ces lignes, Flaubert évacuait une vieillerie devenue scolaire : le sublime avait cessé d'être un concept vivant. Ce faisant, néanmoins, et comme toujours avec une sûreté infaillible, Flaubert condensait en quelques mots toute – ou presque toute – la théorie du sublime. Il en retraçait même la généalogie. Il disait que : – le sublime est un sentiment qui naît au spectacle grandiose de la n […] Lire la suite

EUPHUISME

  • Écrit par 
  • Georges GRANJOUX
  •  • 1 594 mots

Dans le chapitre « L'euphuisme, style maniéré »  : […] L'euphuisme se caractérise par l'emploi quasi mécanique de certains procédés : – Procédés de structure et de rhétorique : le parallélisme des phrases et des propositions à l'intérieur des phrases ; l'utilisation de l'antithèse ; l'emploi fréquent des questions rhétoriques, souvent en séries. Ces procédés peuvent être associés dans le même paragraphe, voire dans la même phrase ; ils sont liés au c […] Lire la suite

FLAUBERT GUSTAVE

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 9 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « système » de Flaubert »  : […] La nouvelle poétique inaugurée par Flaubert n'est pas fondée sur les présupposés d'une doctrine ou d'une école littéraire, ni sur une vision du monde singulière qui serait celle de l'auteur. Elle résulterait plutôt d'une série passablement formelle de « contraintes » que Flaubert s'est progressivement donnée pour écrire et qui ont fini par se traduire en termes de méthodes de travail. Impersonnali […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-24 avril 2005 Vatican. Mort du pape Jean-Paul II et élection de Benoît XVI

Les hommages se multiplient à travers le monde, mettant en lumière l'importance historique de Jean-Paul II, notamment son rôle majeur dans l'effondrement du communisme en Europe de l'Est, son action en faveur du dialogue avec les autres religions ou encore le style particulier de son pontificat marqué par ses très nombreux voyages à l'étranger. Le 4, la basilique Saint-Pierre de Rome accueille la dépouille de Jean-Paul II devant laquelle des centaines de milliers de personnes venues du monde entier se recueillent. […] Lire la suite

27-28 novembre 1994 Norvège – Union européenne. Rejet par Oslo de l'adhésion à l'Union européenne

Le Premier ministre travailliste Gro Harlem Brundtland avait prôné le oui, rejetant l'« isolationnisme », tandis que Anne Enger Lahnstein, présidente du Parti centriste (agrarien), avait pris la tête du mouvement en faveur du non qui regroupait les chrétiens-populaires, les socialistes de gauche, une partie des travaillistes, les libéraux et les écologistes, tous attachés à la sauvegarde du style de vie norvégien. […] Lire la suite

11-17 mars 1994 Slovaquie. Remplacement du Premier ministre Vladimír Mečiar par Jozef Moravcik

), et notamment de son opposition avec le chef de l'État Michal Kovac, ainsi que de son style populiste et autoritaire dénoncé par ses adversaires comme par ses alliés. Le 14, Michal Kovac charge Jozef Moravcik, ministre des Affaires étrangères, de former un nouveau cabinet. Le 16, Jozef Moravcik présente un gouvernement de coalition où les anciens communistes du Parti de la gauche démocratique et les chrétiens démocrates font leur entrée au côté des centristes du H. […] Lire la suite

26-30 août 1991 Cambodge. Progression vers un règlement du conflit

100 des effectifs des forces militaires en présence ainsi que sur l'instauration à Phnom-Penh d'une « démocratie libérale de style occidental, pluraliste, multipartiste ». Les négociations butent encore sur le mode de scrutin à adopter pour élire, vers la fin de 1992, une Assemblée constituante. Mais ce dernier obstacle sera levé le 19 septembre lors d'une nouvelle réunion du C. […] Lire la suite

13-14 septembre 1990 France – Tchécoslovaquie. Visite d'État du président François Mitterrand à Prague

L'émergence de cette idée, qualifiée de « brillante » par le président Havel, constitue le point fort d'une visite au style bon enfant, marquée par la conclusion de trois accords culturels, mais plutôt décevante sur le plan des perspectives économiques.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mikel DUFRENNE, « STYLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/style/