ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mort et résurrection d'une sociologie de l'économie

La sociologie économique ainsi conçue s'efface ensuite assez rapidement de l'horizon intellectuel des sciences sociales. En économie, le succès de l'économie mathématique et de l'économétrie, qui s'affirment à partir des années 1930 dans le prolongement de la « révolution néoclassique », ne laisse guère de place à une problématique sociologique (autre que « résiduelle »), malgré les travaux quantitatifs de Simiand. En sociologie émergent d'autres sous-disciplines telles que la sociologie du travail, qui s'épanouit surtout dans l'après-guerre, en particulier en Europe, parallèlement à l'apogée du « fordisme ». En un sens, c'est d'ailleurs autour de la question du travail et des relations professionnelles que subsiste, dans l'immédiat après-guerre, un regard proprement sociologique sur les réalités économiques. Jusqu'à aujourd'hui, la sociologie du travail et de l'emploi, la sociologie des organisations ou encore la sociologie des relations professionnelles apparaissent comme des domaines frontaliers de la sociologie économique qui participent d'une mise en contexte sociologique des réalités et des pratiques économiques, en intégrant d'ailleurs, de plus en plus, les mêmes dimensions que la sociologie économique (comme les trajectoires biographiques, la socialisation, etc.).

La sociologie économique en tant que telle réapparaît avec force dans les années 1970 aux États-Unis et, depuis lors, elle est redevenue l'une des principales et plus dynamiques branches de la discipline. On parle dans les années 1970-1980 de « nouvelle sociologie économique », par opposition à des travaux plus spéculatifs, datant de l'après-guerre, ceux de Talcott Parsons et Neil J. Smelser notamment, face auxquels se sont élevés les « nouveaux sociologues économiques ».

La sociologie économique américaine contemporaine est le plus souvent présentée à partir de trois grands courants : l'analyse structurale des marchés (incarnée notamment par Harrison White, Mark Granovetter, Ronald S. Burt...) ; l'approche organisationnelle ou « néo-institutionnelle » (Paul Di Maggio, Walter Powell, Nicole Biggart, Neil Fligstein...), qui s'est tout particulièrement épanouie dans les business schools ; et enfin l'approche ethnographico-culturelle de la vie économique (Viviana Zelizer, Mitchel Abolafia...), plus minoritaire. L'espace intellectuel de la « nouvelle sociologie économique » américaine est balisé par ces trois pôles, même si des auteurs comme Neil Fligstein échappent au moins partiellement à ce découpage.

Comme le montre une étude réalisée par Bernard Convert et Johan Heilbron en 2004, ces pôles correspondent d'ailleurs à des « réseaux » d'interconnaissance et d'intercitations qui délimitent de grandes zones à l'intérieur du monde académique. Ils renvoient également à des positions et à des trajectoires sociales et académiques différentes. Une opposition s'établit ainsi, par exemple, entre un pôle « scientifique » (ou « positiviste ») et un pôle plus « littéraire » (ou « interprétatif »), les deux correspondant à des formes différentes de capital académique. Une autre opposition sépare les sociologues les plus « critiques » et les plus « engagés », fortement marqués par l'économie marxiste (et/ou, en Europe, par le christianisme social) des sociologues plus détachés des luttes politiques, parfois assez proches de l'économie néoclassique, au moins par leur goût pour les modèles formels et leur proximité avec la théorie de l'action rationnelle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur de sociologie à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'  » est également traité dans :

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite

CROYANCES (sociologie)

  • Écrit par 
  • Romain PUDAL
  •  • 1 225 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historicité de la raison ou peut-on ne pas croire ? »  : […] En réalité, nous adhérons tous à un ensemble de croyances : nous « croyons » que la terre est ronde, que E = mc 2 ou qu’il y a eu la Première Guerre mondiale… Mais comment le savons-nous ? C’est à l’école ou dans nos familles que nous l’avons appris ; bref, nous n’en avons pas l’expérience directe ni même la démonstration la plupart du temps, mais nous y croyons. Les croyances sont donc transmis […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'institutionnalisme  »  : […] La théorie néoclassique n'a pas remplacé la théorie classique sans difficulté, notamment en dehors de l'Angleterre. En Allemagne, l'école historique souligne les dimensions institutionnelle, politique et sociale des phénomènes économiques. Plutôt que privilégier la notion d'équilibre, l'analyse s'attache à analyser les évolutions des comportements, dynamiques et structures économiques. Introduite […] Lire la suite

HOMO ŒCONOMICUS (P. Demeulenaere) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 459 mots

L' Homo hierarchicus et l' Homo aequalis ont fourni, au cours des précédentes décennies, leur thème et leur titre aux ouvrages classiques de Louis Dumont. Parallèlement, l' Homo ideologicus a été mis en scène par Jean Baechler, notamment dans la préface qu'il a donnée à L'Esprit du jacobinisme d'Augustin Cochin. On a traité, dans la même période, de l' Homo ethicus , de l' Homo religiosus , de […] Lire la suite

LA SIGNIFICATION SOCIALE DE L'ARGENT (V. A. Zelizer)

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 1 001 mots

La traduction de The Social Meaning of Money , publié aux États-Unis en 1994 (coll. Liber, Seuil, 2005), permet au public francophone d'accéder directement à ce qui est devenu un « classique » de la nouvelle sociologie économique américaine, consacré à la question, centrale en cette période de « marchandisation » généralisée, des usages sociaux de l'argent. On trouve tout d'abord dans l'ouvrage d […] Lire la suite

MARCHÉ (sociologie)

  • Écrit par 
  • Valérie ASENSI, 
  • Gilles LAFERTÉ
  •  • 1 320 mots

Le «  grand partage disciplinaire » a longtemps réservé l’étude du marché à la science économique, ne démentant pas l’adage « les affaires sont les affaires » : sur le marché, l’esprit de calcul et, en particulier, de calcul économique primerait sur tout autre lien social. La notion de marché s’est donc construite à partir d’hypothèses propres à la pensée modélisatrice de la science économique : a […] Lire la suite

ORLÉAN ANDRÉ (1950- )

  • Écrit par 
  • Yamina TADJEDDINE
  •  • 1 267 mots
  •  • 1 média

L’économiste théoricien français André Orléan est un défenseur de l’unité des sciences sociales, reconnu pour ses travaux sur le mimétisme, la monnaie et les conventions financières. […] Lire la suite

RÉSEAUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • François DENORD
  •  • 1 548 mots

Dans le chapitre « Une approche relationnelle »  : […] À l'exception des recherches menées dans le domaine de la sociologie des sciences (« Théorie de l'acteur réseau » de Michel Callon et Bruno Latour, in La science telle qu'elle se fait , 1991), la sociologie des réseaux ( social networks ) s'est essentiellement affirmée dans le monde anglo-saxon. Trois ensembles de travaux sont à l'origine de son essor : la sociométrie apparue dans les années 1930 […] Lire la suite

SIMIAND FRANÇOIS (1873-1935)

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 360 mots

François Simiand est une figure centrale des sciences sociales françaises du début du xx e  siècle. Brillant élève de l’École normale supérieure, reconnu par Henri Bergson comme l’« esprit le plus remarquable […] et le mieux doué à coup sûr pour la philosophie », il s’engage cependant auprès d’Émile Durkheim et participe à ses combats pour la promotion de la sociologie dans l’université, en parti […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric LEBARON, « ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-de-l-economie/