CROYANCES (sociologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans son acception la plus simple, la notion de croyance sert à désigner l’adhésion à des idées, des opinions, des valeurs sans qu’une démonstration rationnelle, empirique ou théorique n’ait conduit à l’élaboration et l’adoption des croyances en question. Classiquement donc, la croyance reposerait sur une parole d’autorité, un ouï-dire, des raisons non vérifiées en elles-mêmes : croire, c’est se fier à quelqu’un ou quelque chose (texte, récit, mythe, etc.) indépendamment de faits empiriquement établis ou démontrés. Comme l’écrit Emmanuel Bourdieu : « La croyance précède toujours, pour ainsi dire, les expériences ou les arguments, qu’on invoque, éventuellement pour la justifier. » C’est ainsi que l’on peut comprendre la phrase attribuée à saint Augustin : « credo quia absurdum » (« j’y crois parce que c’est absurde »). Sitôt en effet que des preuves sont produites à l’appui d’une assertion, celle-ci cesserait d’être une croyance pour devenir une vérité.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : chargé de recherche en sociologie au C.N.R.S., Centre universitaire de recherches sur l'action publique et le politique, université de Picardie Jules Verne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Romain PUDAL, « CROYANCES (sociologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyances/