Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SLOVÉNIE

Nom officiel

République de Slovénie (SI)

    Chef de l'État

    Nataša Pirc Musar (depuis le 23 décembre 2022)

      Chef du gouvernement

      Robert Golob (depuis le 25 mai 2022)

        Capitale

        Ljubljana

          Langue officielle

          Slovène

            Unité monétaire

            Euro (EUR)

              Population (estim.) 2 109 000 (2023)
                Superficie 20 271 km²

                  La Slovénie indépendante

                  Considérée comme un pays « sans histoire », la Slovénie a été, durant les années 1990, l'un des élèves modèles de la transition postcommuniste, aux marges d'une région pourtant traumatisée par les guerres yougoslaves (1992-1995 puis 1998-1999). Peuplé d'un peu plus de deux millions d'habitants, le pays bénéficie, parmi les huit nouveaux membres de l'Union européenne (U.E.) ayant appartenu au camp socialiste, du niveau de vie le plus élevé, grâce à un taux de croissance régulier et à une situation politique singulièrement stable. Jouissant d'un P.I.B. par habitant qui s'élevait, au 1er mai 2004, date de son entrée dans l'U.E., à 77 % de la moyenne communautaire, ce « petit pays alpin » fut le premier à quitter la République fédérative socialiste de Yougoslavie (R.F.S.Y.) après avoir considéré, des années durant, lui avoir beaucoup plus apporté qu'il n'en avait reçu.

                  Lassés de cette interdépendance jugée trop inéquitable, inquiets de la dérive nationaliste qui se faisait jour au sein de la Ligue des communistes de Yougoslavie après l'arrivée, en 1987, de Slobodan Milošević à la tête de sa composante serbe, hostiles enfin à la politique de la force employée par Belgrade dans la province autonome du Kosovo, les dirigeants communistes slovènes décidèrent de prendre leurs distances à l'égard de la Fédération. La vague de démocratisation qui s'était alors emparée des pays d'Europe centrale et orientale avec, pour événement emblématique, la chute du Mur de Berlin, fit le reste : en avril-mai 1990, la République slovène organisait ses premières élections libres. Porté par le référendum de décembre 1990 où les électeurs se prononcèrent massivement en faveur de la sécession, le Parlement slovène déclarait l'indépendance du pays le 25 juin 1991, suscitant l'ire des nationalistes serbes. Les affrontements avec l'armée fédérale yougoslave encadrée par des officiers serbes durèrent deux semaines. Ljubljana ne faiblit pas et Belgrade, pour qui la Slovénie ne représentait pas, à l'inverse de la Croatie ou encore de la Bosnie-Herzégovine, un enjeu majeur compte tenu de la faible importance de la communauté serbe, préféra renoncer, laissant aux pays occidentaux l'impression, ô combien erronée, que la Fédération yougoslave survivrait à cette première séparation.

                  La trajectoire slovène qui, treize ans plus tard, a conduit ce pays au sein de l'U.E., s'apparente, toutes choses égales par ailleurs, à un « parcours presque sans faute » : la scène politique n'a pas connu de soubresauts majeurs et les indicateurs économiques témoignent d'un dynamisme incontestable. Il a cependant été parfois difficile pour la Slovénie de concilier les contraintes de l'intégration à l'Union, qu'une opinion publique soucieuse de l'intérêt national a eu certaines réticences à admettre, avec celles d'une nécessaire solidarité balkanique impliquant notamment de gérer au mieux des relations de voisinage toujours problématiques avec la Croatie.

                  Une évolution politique relativement sereine

                  Milan Kucan

                  Milan Kucan

                  La vie politique slovène s'est caractérisée, durant plus d'une décennie, par une grande continuité, que d'aucuns ont parfois considérée comme la manifestation d'une propension excessive au compromis mais que d'autres interprètent comme le résultat salutaire d'une culture politique privilégiant la négociation. Au cours de cette période, la scène politique slovène est durablement dominée par la « Démocratie libérale de Slovénie » (L.D.S.), appelée aussi Parti libéral-démocrate, formation pour partie issue des rangs de l'Alliance des communistes de l'époque de la R.F.S.Y. Le L.D.S. doit ce maintien au pouvoir à sa capacité d'adaptation à la nouvelle donne économique de « l'après-89 »[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : docteur ès lettres, écrivain.
                  • : agrégée de russe, docteur en slavistique, maître de conférences H.D.R. à l'Institut national des langues et civilisations orientales
                  • : docteur en géographie
                  • : chargée de cours à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris-VIII, analyste-rédactrice aux éditions de la Documentation française
                  • : Filozofska Fakultet Askerceva, Ljubljana
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Slovénie : carte physique

                  Slovénie : carte physique

                  Slovénie : drapeau

                  Slovénie : drapeau

                  Kranjska Gora, Slovénie

                  Kranjska Gora, Slovénie

                  Autres références

                  • SLOVÉNIE, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

                    • Écrit par Jean AUBOUIN, Michel ROUX
                    • 7 514 mots
                    • 1 média
                    ...Rhodope. Il faut encore mentionner l'influence italienne, sensible dans l'architecture des villes de la Dalmatie, longtemps dominée par Venise, et l'influence germanique, considérable dans les régions ayant longtemps appartenu à l'Autriche-Hongrie : laSlovénie, la Croatie, la Voïvodine.
                  • CARNIOLE

                    • Écrit par Paul GUICHONNET
                    • 368 mots

                    Principale partie de la république de Slovénie, la Carniole (Krain en allemand ; Krajnska, « pays frontière » en slovène) présente trois grands ensembles géographiques. Au nord, la haute Carniole (Gorensjko), montagne alpine, forestière et pastorale, et la vallée de la Save, chapelet de bassins dont...

                  • CROATIE

                    • Écrit par Emmanuelle CHAVENEAU, Christophe CHICLET, Universalis, Ivo FRANGES, Mladen KOZUL
                    • 9 158 mots
                    • 6 médias
                    ...1991, le pays a normalisé ses relations politiques avec les États limitrophes bien qu'elles restent malaisées avec les Républiques ex-yougoslaves. Avec la Slovénie, les points de friction ont été progressivement réglés. Reste le contentieux maritime : la Slovénie demande à la Croatie de lui accorder une...
                  • DÉMOCRATIES POPULAIRES

                    • Écrit par Michel LESAGE, Henri MÉNUDIER
                    • 8 472 mots
                    • 10 médias
                    ...poids des anciennes solidarités historiques et économiques avec les pays voisins, tout concourt à faire éclater la Yougoslavie en 1991. La Croatie et la Slovénie proclament unilatéralement leur indépendance, mais la Serbie veut sauvegarder les intérêts des minorités serbes dans ces deux républiques....
                  • Afficher les 15 références

                  Voir aussi