SELDJOUKIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'administration seldjoukide

Les tout premiers sultans seldjoukides ont été les représentants d'une société essentiellement turque ; avec Malik shah, tout a changé : il a été le premier à ne pas porter un nom turc, et il a été l'artisan d'un début d'intégration des Turcs au monde musulman arabo-persan, même si des coutumes turques ont été conservées. Dans ce mouvement d'intégration, le rôle du vizir Nizam al-Moulk a été considérable : son Siyasetnamé (« Livre de la politique ») a jeté les bases de l'administration seldjoukide, répartissant les pouvoirs politiques, militaires, administratifs : le sultan disposait de la force armée, composée de Turcs, accessoirement de Turcomans et d'Arméniens ; le vizir dirigeait l'administration civile, sous le contrôle du sultan ; les fonctionnaires, Arabes ou Persans, étaient formés dans des médressés, établissements d'enseignement supérieur qui n'étaient peut-être pas d'origine turque, mais que les Seldjoukides ont transformés et rendus efficaces. Les Seldjoukides ont aussi créé la shiḥna, force de police urbaine, donné un grand essor au système de l'iqṭā‘, attribution de revenus fonciers qui permettaient aux émirs d'entretenir leurs troupes ; plus tard des iqṭā‘ ont été attribués à de hauts fonctionnaires en guise de traitement.

Sur le plan religieux, les Seldjoukides ont été des sunnites (musulmans orthodoxes) convaincus : s'ils ont exercé des violences, ce fut essentiellement contre les shī‘ites (musulmans hétérodoxes) ; en revanche, ils se sont montrés remarquablement tolérants envers les chrétiens et les juifs. Les Occidentaux, qui alors ont mis au compte des Turcs les persécutions et les dommages subis par les chrétiens en Orient, ont fait confusion avec les persécutions exercées par les Fāṭimides en Palestine, en Syrie et en Égypte, et avec les ravages causés en Asie Mineure non par les Turcs, mais par la guerre civile grecque.

En Asie Mineure, les Seldjoukides ont utilisé le système administratif créé par leurs cousins d'Iran et d'Irak, en accentuant encore le rôle du sultan et de sa famille (les provinces furent gouvernées par les fils ou les frères du sultan), en mettant au point des impôts précis, en essayant de contrôler les tribus turcomanes et en leur assignant la tâche de protéger les frontières, notamment les frontières occidentales. À côté des Turcs et des Turcomans (semi-nomades) en nombre croissant aux xiie et xiiie siècles, il existait en Anatolie des paysans grecs et arméniens, des citadins grecs, arméniens et juifs ; les grands propriétaires et les hauts fonctionnaires byzantins ont fui, tandis que les gens de condition modeste demeuraient généralement sur place, surtout lorsqu'ils étaient de religion monophysite. Les villes ont vu cohabiter artisans et commerçants chrétiens ou juifs, fonctionnaires et militaires musulmans, sans qu'il y ait eu de heurts. Ces villes sont, surtout au xiiie siècle, un témoignage de la prospérité du pays, et certaines d'entre elles (Konya, Kayseri, Sivas, Antalya) ont été d'actifs centres de commerce international. L'Anatolie est alors un lieu de transit pour le commerce oriental, et on en trouve la preuve dans les nombreux vestiges de caravansérails qui parsèment les routes anatoliennes.

La vie intellectuelle a été limitée à quelques centres dont le principal semble avoir été Kayseri, où fut fondée la première médressé d'Anatolie, ensuite Sivas, Malatya et Konya où le mystique Mevlana Djelal ed-din Roumî (dont les disciples ont créé par la suite la confrérie des derviches mévlévis ou derviches tourneurs) a connu une grande audience au xiiie siècle. Le mysticisme, ou soufisme, a recruté alors un certain nombre d'adeptes, mais on peut se demander dans quelle mesure l'islam turc, même sunnite, est dégagé des souvenirs du chamanisme ancien et s'il n'a pas subi des influences hétérodoxes, voire chrétiennes.

L'activité artistique a été très grande, surtout l'architecture : les Turcs ont créé en Anatolie un art dont l'originalité est due à des raisons historiques (contacts avec les Iraniens, les Arabes, les Arméniens, les Byzantins) et géographiques (climat, montagnes) ; les premières mosquées connues sont de petites dimensions, mais avec l'accroissement de la puissance seldjoukide naît un art monumental tout à fait caractéristique : mosquées à Malatya, Konya, Sivas, Kayseri, médressés à Kayseri, Divrik, Sivas, tombeaux à Erzouroum, Konya, Nigdé, palais à Konya et Koubadabad. Ces monuments en brique ou en pierre sont décorés soit de sculptures sur pierre (motifs floraux ou géométriques, inscriptions coraniques), soit de faïences typiques, bleues, blanches et noires ; les portails sont en général très ornementés, les représentations figurées ne sont pas absentes.

Ces deux siècles d'histoire de l'Anatolie ont vu se développer la turquisation du pays au point que son caractère turc est devenu prédominant et si vigoureusement enraciné qu'il a pu résister à l'invasion et au protectorat des Mongols. Dès lors la Turquie était une réalité.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

1000 à 1100. Seldjoukides

1000 à 1100. Seldjoukides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification

Autres références

«  SELDJOUKIDES ou SALDJUQIDES ou SELDJOUQIDES  » est également traité dans :

SELDJOUKIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 328 mots

Fin du xe siècle Seldjouk, chef éponyme de la tribu, est contraint d'émigrer des rives du Syr-Daria vers la Transoxiane et Boukhara. Islamisation des Seldjoukides.1035 Premier […] Lire la suite

ABBASSIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 429 mots

750 Une révolution soutenue par les clients persans de l'empire et par les Alides renverse la dynastie omeyyade de Damas et donne le pouvoir à al-Saffāh, descendant d'al-‘Abbās, oncle de Mahomet : début de la dynastie abbasside. 762 Création d'une nouvelle capitale, la ville Ronde de Madīnat al-Salām (« ville du salut »), aussi appelée Bagdad. 786-809 Règne du célèbre Hārūn al-Rashīd, héros lé […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La domination turque »  : […] Avec la disparition des Samanides, le pouvoir passa de nouveau aux mains des Turcs, venus des steppes du Nord en quête de pâturages. Leur modèle s'imposa encore une fois, mais heureusement la destruction, au moins en Afghanistan, resta limitée. Car les nouveaux conquérants, qui avant d'arriver au pouvoir avaient passé quelque temps au service des Samanides, avaient non seulement adhéré à l'islam, […] Lire la suite

ALP ARSLAN (1030 env.-1072) sultan seldjoukide (1063-1072)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 327 mots

Après avoir montré ses qualités militaires dans des campagnes victorieuses en Afghanistan et en Iran, Alp Arslan succède vers 1060 à son père Tchaghri Beg au Khorassan, puis en 1063 à son oncle Toghroul Beg en Iran et en Irak. Ayant réussi à éliminer ses oncles et cousins, reconnu comme sultan par le calife abbasside al-Qā'im, il est avant tout l'artisan de la progression turque vers l'ouest, s'at […] Lire la suite

ATABEG ou ATABEK

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 234 mots

Titre turc, composé des mots ata , « père », et beg , « seigneur », qui apparaît pour la première fois chez les Saldjūqides, porté par le vizir Niẓām al-Mulk : il correspond à une sorte de délégation à un haut personnage de l'autorité paternelle auprès d'un jeune prince ou même d'un jeune souverain saldjūqide. Par la suite, ce titre est conféré à des militaires exclusivement turcs, et la présence […] Lire la suite

BOUYIDES ou BUYIDES LES (935-1055)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 654 mots

La plus puissante des dynasties qui aient gouverné l'Irān islamisé avant la conquête des Turcs saldjūqides au xi e siècle. Elle tient son nom de Buwayh (ou Būyeh), le père des trois frères fondateurs, ‘Alī, al-Ḥasan et Aḥmad. Ces chefs de guerre, d'origine modeste, sont des montagnards du Daylam (au sud-ouest de la mer Caspienne), qui s'engagent alors massivement dans les armées musulmanes. Ils f […] Lire la suite

CALIFAT FATIMIDE DU CAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 339 mots

969 Djawhar conquiert l'Égypte pour le compte d'al-Mu‘izz, calife fatimide de Kairouan. Il fonde al-Qāhira (« la Victorieuse », Le Caire). 972 La Grande Mosquée d'al-Azhar, au Caire, est achevée. 973 Arrivée du calife et installation dans la nouvelle ville palatiale du Caire. 1001 Pour la première fois depuis leur installation en Égypte, les Fatimides signent une trêve avec les Byzantins. 1009 […] Lire la suite

CROISADES

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  • , Universalis
  •  • 8 150 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les origines de l'idée de croisade »  : […] Il est possible que les circonstances économiques (on a parlé de la surpopulation de l'Occident), politiques ou psychologiques aient contribué au déclenchement des croisades. Mais, depuis le ix e  siècle, la défense des chrétiens menacés par les infidèles était considérée comme une œuvre salutaire : le pape Jean VIII avait accordé l'absolution aux guerriers qui mouraient en défendant les chrétiens […] Lire la suite

DANICHMENDIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 656 mots

Tribu turcomane, les Danichmendides ont établi leur autorité sur l'Asie Mineure centre-orientale durant un siècle, de 1080 à 1180 environ. Leur fondateur et éponyme, l'émir Malik Danichmend, apparaît en Cappadoce vers 1080-1085 ; il a été mêlé aux événements dus au passage de la Première Croisade en Asie Mineure, mais dans l'ensemble sa biographie est mal connue ; elle a été l'objet de récits et d […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte arabe

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 8 896 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le califat de Mustansir »  : […] On arrive ainsi au plus long règne du califat fatimide, et même de toute l'histoire de l'islam, celui de Mustansir (1036-1094). Il offre une série de contrastes frappants . C'est d'abord l'antithèse de la misère et du luxe : la famine dite de Mustansir rappelle par sa durée et son intensité les vaches maigres du songe de Joseph, mais le palais califien renferme des trésors fabuleux. L'instabilité […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « SELDJOUKIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/seldjoukides-saldjuqides-seldjouqides/