SALMONELLOSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diagnostic des salmonelloses

Diagnostic direct par isolement et identification de l'agent pathogène. L'isolement se fait soit à partir du sang (hémoculture) pour les salmonelloses donnant une phase septicémique, soit à partir des selles (coproculture), éventuellement de l'urine, ou, chez les animaux morts, de la moelle osseuse, des ganglions. L'isolement des Salmonella, à partir de prélèvements (selles) contenant un grand nombre d'autres bactéries, nécessite l'emploi de milieux sélectifs, favorables à la croissance des premières et inhibant celle des autres. Le diagnostic de genre (Salmonella) se fait sur la base de caractères biochimiques, puis celui de sérotype sur la base de l'étude des antigènes O, H, éventuellement Vi. Dans certains cas, le diagnostic est complété par l'étude du lysotype.

Diagnostic indirect par recherche dans le sérum du patient des agglutinines correspondant à la bactérie en cause. Cette recherche est habituellement limitée au diagnostic des fièvres typho-paratyphoïdiques. Le titre des agglutinines O et H, leur coexistence et leur évolution permettent d'établir un diagnostic de probabilité ; seul l'isolement de la bactérie autorise un diagnostic de certitude.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur en médecine, docteur ès sciences, membre de l'Académie de médecine, chef du service des entérobactéries à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  SALMONELLOSES  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Prolifération »  : […] Absorbés avec le produit contaminé, les éléments microbiens et viraux vont proliférer dans l'organisme et y déterminer le développement d'une maladie infectieuse. Un des exemples les plus connus est celui des salmonelloses, qui, selon le type en cause, déterminent soit des fièvres typhoïdes (bacille d'Eberth) ou paratyphoïdes, soit de simple toxi-infections alimentaires à type de gastro-entérit […] Lire la suite

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les principales bactéries pathogènes »  : […] Dans l'extrême diversité du monde bactérien, certaines espèces se sont imposées comme des pathogènes authentiques ; chez l'individu exposé à ces bactéries le risque d'induction d'une maladie infectieuse est très élevé, même chez des sujets aux fonctions immunitaires préservées ; le déterminisme de la virulence et de la pathogénicité de ces bactéries n'est pas toujours connu. Au contraire, la path […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SANTÉ

  • Écrit par 
  • Virginie CAVIER
  •  • 2 488 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Effets indirects identifiés de changement de l’environnement »  : […] Les inquiétudes et les prévisions sont ici alimentées par les nombreuses observations de situations particulières. On ne pense pas toujours au fait que nous vivons en équilibre avec de nombreux micro-organismes. Une hausse des températures moyennes favorise la multiplication desdits micro-organismes, avec parfois une amplification de leur pathogénicité qui pourrait perturber cet équilibre. En mil […] Lire la suite

LYSOGÉNIE

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 3 859 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fréquence et rôle de la lysogénie »  : […] La fréquence de la lysogénie est très variable. Certaines espèces, surtout parmi les Entérobactériacées, sont très souvent lysogènes : tous les lysotypes de Salmonella paratyphi B (P. Nicolle et Y. Hamon), tous les lysotypes de Yersinia enterocolitica (P. Nicolle, H. Mollaret et J. Brault), de nombreuses souches du sérotype O111 : B4 d' Escherichia coli appartenant au lysotype Sèvres, etc. En rev […] Lire la suite

VACCINATION ANTITYPHOÏDIQUE

  • Écrit par 
  • Anne RASMUSSEN
  •  • 1 156 mots
  •  • 1 média

Au premier semestre de 1915, alors que la guerre s’est enlisée sur le front occidental, une violente épidémie de typhoïde balaie la zone des armées. Elle éclate en novembre 1914, connaît un pic dans les premiers mois de 1915, et est suivie d’ un nouvel épisode épidémique sérieux constitué cette fois de paratyphoïdes, qui atteint son paroxysme à l’été de 1915. Lors de l’entrée en guerre, les hygié […] Lire la suite

Pour citer l’article

Léon LE MINOR, « SALMONELLOSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/salmonelloses/