SAINT-ESPRIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Esprit saint dans la théologie patristique

L'Esprit saint, dans le christianisme primitif, est conçu moins dans le sens du pneuma de la philosophie grecque que dans le sens qu'il prend dans l'Ancien Testament. Le pneuma grec est toujours considéré comme un souffle matériel. Lorsque Jean, par contre, dit que Dieu est Esprit et que le culte doit être rendu en esprit et en vérité (iv, 24), il suggère une conception toute immatérielle du mot « esprit ». C'est selon cette ligne d'une spiritualisation croissante que se développera l'image chrétienne de Dieu. Ce mouvement a sans doute influencé la spiritualisation progressive du concept général de pneuma jusqu'à la fin de l'Antiquité.

À la suite de Paul (I Thess., v, 23), qui superposait au corps et à l'âme un pneuma d'origine transcendante permettant à l'homme de vivre une vie nouvelle, Irénée et Tertullien présentent l'Esprit comme un élément divin, principe de salut, donné à l'homme et s'ajoutant en quelque sorte au corps et à l'âme. Si l'Esprit conserve les fonctions caractéristiques reconnues par le Nouveau Testament, on lui reconnaît également, peut-être sous l'influence du pneuma stoïcien, un rôle cosmique d'unification et de cohésion (Irénée, Clément). Il faut toutefois distinguer entre cette fonction cosmique de l'Esprit transcendant et l'esprit du monde matériel typiquement stoïcien qui pénètre toutes choses et unifie les différents êtres du monde en un tout (Tatien, Athénagore, Théophile d'Antioche). Chez les Pères apologistes, les fonctions de l'Esprit sont souvent assez imprécises ; parfois, elles sont confondues avec celles du Verbe (Justin, Théophile d'Antioche). Mais on lui attribue l'inspiration des prophètes (Athénagore, Justin), et, sous l'influence de formules baptismales trinitaires, on lui reconnaît une place à l'intérieur d'une triade d'entités divines. La préexistence du Fils et de l'Esprit en Dieu est clairement affirmée par Irénée. L'Esprit est, selon lui, l'agent de la sanctification de l'homme, et c'est lui qui fait vivre l'homme de la vie de Dieu. Durant toute cette période, on peut dire que ce qui est en cause c'est moins la divinité de l'Esprit qui n'est jamais contestée que son caractère personnel, distinct du Père et du Fils, certains théologiens du iiie siècle allant jusqu'à faire du Fils et de l'Esprit des manifestations du Père afin de sauvegarder l'unité divine (monarchianisme modaliste).

L'évolution de la doctrine du Saint-Esprit est donc très lente. Ce n'est qu'après le concile de Nicée (325) que l'on commence à vouloir le situer par rapport aux créatures et par rapport au Père et au Fils. On est généralement assez d'accord à l'intérieur du parti nicéen pour le mettre au-dessus des créatures et pour le distinguer des deux autres personnes, mais on hésite à le définir positivement comme Dieu et à lui appliquer l'homoousion défini pour le Fils. Les Lettres à Sérapion d'Athanase (359-360 env.) et le Traité sur le Saint-Esprit de Basile de Césarée (375) constituent deux étapes importantes de cette évolution qui culmine dans la définition de la consubstantialité de l'Esprit au concile de Constantinople (381). Athanase et Basile, sans doute par respect pour la coutume, s'abstiennent pourtant d'appeler l'Esprit saint Dieu.

À partir du viiie siècle, l'Église d'Occident introduisit dans le symbole de la foi l'idée que le Saint-Esprit procède du Père et du Fils (Filioque). Il en résulta pendant des siècles la célèbre querelle entre l'Occident et l'Orient. Pour les Orientaux, le Saint-Esprit ne procède que du Père, la « procession » supposant l'idée d'une source originelle sans principe comme l'est le Père dans la Trinité. Parler d'une procession de l'Esprit par rapport au Fils, c'était, selon eux, considérer le Fils comme un principe originel, ce qui revenait à ne plus pouvoir le distinguer du Père.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : théologien, docteur en théologie, doyen de la faculté de théologie de l'Institut catholique de Paris
  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  SAINT-ESPRIT  » est également traité dans :

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le chapitre « La notion d'âme dans la révélation judéo-chrétienne »  : […] La Bible présente constamment l'homme comme composé de trois éléments : la néfesh , le basar et la ruah . La néfesh , c'est la gorge, l'organe de la respiration, qui en est venu rapidement à désigner tout appétit et désir et finalement à recouvrir tout le moi. La néfesh , c'est la personne. Le basar , c'est la manifestation concrète de la néfesh , c'est-à-dire le cœur, les reins, le foie, bref le […] Lire la suite

ANASTASE LE BIBLIOTHÉCAIRE (810 env.-env. 880)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 458 mots

Linguiste distingué et cardinal de Rome né autour de 810, probablement à Rome (Italie), mort vers 880, Anastase le bibliothécaire est un conseiller politique influent des papes du ix e  siècle. Apparenté à un évêque italien et reconnu pour sa parfaite connaissance du grec, Anastase est nommé cardinal-prêtre de la paroisse Saint-Marcel, à Rome, en 848. Déposé en 853 en raison de son activité polit […] Lire la suite

ANNONCIATION

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 171 mots
  •  • 1 média

Solennité des Églises chrétiennes, l’Annonciation commémore, le 25 mars, l’événement relaté par l’Évangile de Luc (chap.  i , 26-38), moment où l’archange Gabriel annonce à la Vierge Marie qu’elle concevra un fils de l’ Esprit saint et qu’elle l’appellera Jésus . Les premières mentions authentiques de la fête de l’Annonciation, si l’on ne tient pas compte du Sacramentaire gélasien et du Sacramen […] Lire la suite

APÔTRES ACTES DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 848 mots

Second tome d'une œuvre unique, attribuée à Luc, dont le premier est le troisième Évangile canonique. Les articulations entre les deux livres sont nombreuses. L'un et l'autre débutent par un prologue à l'adresse d'un même personnage, Théophile : manière hellénistique de composer l'histoire qu'accompagne l'habitude contemporaine d'écrire les « Actes » des grands personnages (par exemple, les « Acte […] Lire la suite

APÔTRES & APOSTOLAT

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 4 345 mots

Dans le chapitre « L'objet et la source »  : […] On définira positivement l'apostolat par son objet, par son origine ou sa source, enfin par sa forme et sa loi interne. Il s'agit toujours, de façon plus ou moins immédiate, du bien total et absolu de la personne humaine et de l'humanité, puisqu'il s'agit toujours, de façon plus ou moins immédiate, de l'accomplissement par l'homme de sa destinée dernière et totale, de son « avenir absolu » en Jésu […] Lire la suite

BAKER AUGUSTINE DAVID (1575-1641)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 281 mots

Après des études à Oxford et à Londres, Augustine Baker devint greffier de justice ; converti au catholicisme en 1603 (il prit le prénom de David pour sa confirmation), il reçut l'habit bénédictin à Padoue (1605) et fit profession (1607) dans la petite congrégation bénédictine qui était en train de renaître en Angleterre. Ordonné prêtre à Reims (en 1612 environ), il s'occupe de questions historiqu […] Lire la suite

BAPTÊME

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean DANIÉLOU
  •  • 3 430 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Baptême chrétien »  : […] Le baptême chrétien est certainement, dans son origine, en relation avec le baptême de Jean-Baptiste. C'est le rite johannique du baptême comme signe de pénitence que Jésus a transformé en rite significatif du don de l'Esprit saint. Cela apparaît déjà dans le baptême de Jésus par Jean. Par ce baptême, Jésus a voulu ratifier la mission du Baptiste et en même temps y mettre fin. L'effusion de l'Esp […] Lire la suite

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Pères de l'Église : artisans et témoins de la doctrine chrétienne de l'inspiration »  : […] À la fin du i er siècle de l'ère chrétienne, donc, dans la fameuse épître aux Corinthiens, que la tradition la plus ancienne lui attribue, Clément de Rome écrit : « Vous vous êtes plongés dans les saintes Écritures, ces vraies Écritures données par l'Esprit-Saint. » Il désigne les prophètes bibliques comme les « ministres de la grâce de Dieu, mus par l'Esprit-Saint ». À sa suite, Justin, Irénée, […] Lire la suite

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 228 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'initiative vient de Dieu »  : […] Quelle est la doctrine du calvinisme ? Il s'agit essentiellement d'une doctrine tirée des saintes Écritures. Calvin n'avance rien qu'il ne puisse appuyer sur un texte biblique, c'est la seule preuve qu'il admet. C'est donc avant tout une exposition de la parole de Dieu. Le calvinisme est une doctrine de Dieu, un Dieu personnel et vivant. Tour à tour les trois personnes de la Trinité y manifestent […] Lire la suite

CHARISMATIQUE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 904 mots

On appelle « mouvement (ou renouveau) charismatique » la branche catholique d'un phénomène qui, une soixantaine d'années après la fondation des sectes pentecôtistes dites désormais historiques, veut redonner vigueur, comme au temps des premiers chrétiens, aux charismes personnels et qui affecte, à des degrés divers, la plupart des grandes Églises. Dans la tradition chrétienne, le substantif « char […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22-25 septembre 2011 Vatican – Allemagne. Visite du pape Benoît XVI en Allemagne

Le 23, il se rend au monastère protestant Saint-Augustin d'Erfurt, sans toutefois annoncer d'avancée sur la voie de l'œcuménisme. Le 24, à Fribourg, Benoît XVI dénonce devant le Comité central des catholiques allemands « une crise de la foi » dont l'une des causes provient d'« un excédent de structures par rapport à l'Esprit » dans l'Église.  […] Lire la suite

31 mai - 10 juin 1997 Vatican – Pologne. Visite du pape Jean-Paul II en Pologne

] fondée dans l'unité de l'esprit ». Le 4, le pape condamne une nouvelle fois l'avortement. Cette prise de position intervient après que la Cour constitutionnelle a censuré, le 28 mai, les dispositions de la loi sur l'avortement autorisant celui-ci « en cas de difficultés matérielles et personnelles ». Ces dispositions devront être réexaminées au regard de la nouvelle Constitution adoptée le 25 mai. […] Lire la suite

31 juillet - 9 août 1993 Belgique. Mort du roi Baudouin Ier et accession au trône du prince Albert de Liège

Le 7, les obsèques de Baudouin se déroulent à la cathédrale Saint-Michel en présence de plusieurs souverains et de nombreux chefs d'État et de gouvernement. Le 9 août, le prince Albert prête le serment constitutionnel devant les parlementaires, devenant ainsi le sixième roi des Belges sous le nom d'Albert II. Dans son allocution, il appelle ses sujets à lutter contre les « égoïsmes collectifs » et à « traduire dans les faits les nouvelles institutions », dans un esprit de « tolérance et de civisme fédéral ». […] Lire la suite

7 mai - 1er juin 1982 France. Conflit chez Citroën

Un protocole d'accord est signé, le 28, entre direction et syndicats sur les élections professionnelles à l'usine d'Aulnay-sous-Bois, et, le 1er juin, le travail peut reprendre au terme d'un conflit révélateur d'un nouvel état d'esprit chez les travailleurs immigrés. […] Lire la suite

19-26 mai 1982 France – Afrique. Voyage du président François Mitterrand en Afrique

Le président Abdou Diouf ne manque pas de faire ressortir l'« esprit de fraternité socialiste » qui lie les deux pays. Le 25, à Saint-Louis-du-Sénégal, au cours d'une cérémonie consacrée aux Sénégalais ayant combattu dans les rangs de l'armée française, le président de la République annonce une série de mesures destinées à améliorer leur statut. Après une dernière conférence de presse donnée à Dakar, le 25, le président Mitterrand s'envole pour Nouakchott (Mauritanie), d'où, après une brève escale, il regagne Paris, le 26 au matin. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joseph DORÉ, Richard GOULET, « SAINT-ESPRIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-esprit/