CARNAP RUDOLF (1891-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Allemagne, à Wuppertal, Rudolf Carnap appartient à la fois à la philosophie germanique et à la philosophie anglo-saxone, le nazisme l'ayant amené, en 1935, à partir pour les États-Unis. Il fut, avec M. Schlick et Otto Neurath, un des chefs de file du Cercle de Vienne. Après la dispersion de celui-ci, il libéralisa progressivement ses thèses initiales. Il a traité des problèmes principaux de l'épistémologie de la mathématique et des sciences exactes. Dans son célèbre livre intitulé Der logische Aufbau der Welt (La Construction logique du monde), il a tenté d'exécuter le programme du phénoménalisme : reconstruire le monde à partir d'une seule relation donnée dans l'expérience immédiate. Son intérêt pour le langage des sciences et la philosophie a fait de lui l'un des initiateurs du « tournant linguistique » en philosophie.

La construction logique du monde et les travaux issus du Cercle

Après ses études de mathématique, de physique et de philosophie à Fribourg et à Iéna – il fut l'un des très rares auditeurs de Frege –, Carnap obtint le titre de docteur avec une thèse intitulée L'Espace : une contribution à la théorie de la science (1921). Sur l'initiative de H. Hahn et M. Schlick, il devint, en 1926, Privatdozent à l'université de Vienne et participa aux discussions du Cercle de Vienne. Le Cercle se fit connaître en 1929 avec un Manifeste qui, signé par Carnap, Hahn et Neurath (Feigl y participa aussi), développait les grandes thèses du mouvement de la « conception scientifique du monde ». Mais, déjà un an plus tôt, Carnap avait publié Der logische Aufbau der Welt.

Par cet ouvrage très ambitieux, Carnap, bien qu'il se situe dans le prolongement de Mach et de Russell, ne veut pas sim [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  CARNAP RUDOLF (1891-1970)  » est également traité dans :

AYER ALFRED JULES (1910-1989)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 1 313 mots

Dans le chapitre « Le principe de vérification »  : […] En fait, l'originalité de Language, Truth and Logic tient pour beaucoup dans un double mérite, qui donne la clé de son évolution jusqu'à « Metaphysics and Common Sense » (1964) : souligner une indiscutable connexion historique, réussir une indispensable traduction. Les savants, disciples antimétaphysiciens de Mach, qui entouraient M. Schlick étaient peu soucieux d'histoire de la philosophie ; Aye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-jules-ayer/#i_23224

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Dans le chapitre « Le problème des universaux : platonisme, nominalisme et conceptualisme »  : […] Le statut et le rôle du concept ont suscité de nombreux et importants débats philosophiques. On se bornera ici à quelques indications, en évoquant d'abord la querelle des universaux. Cette querelle qui joua un grand rôle au Moyen Âge, et qui concerne la relation entre le concept et le réel, s'est ranimée à l'époque contemporaine, surtout dans le contexte des discussions sur le nominalisme. Les di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept/#i_23224

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Carnap et la conception linguistique de la logique »  : […] Il était indispensable de préciser les rapports complexes ee Quine avec la tradition kantienne pour éviter certains malentendus dans l'interprétation de sa controverse avec Carnap. Nous sommes en mesure maintenant d'examiner les principaux arguments qui ont été proposés en faveur d'une conception linguistique ou analytique de la logique. Un premier argument, qui avait été avancé par Wittgenstein, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_23224

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vision scientifique du monde »  : […] L'histoire et l'horizon intellectuels américains restent néanmoins étroitement liés aux apports et aux influences qui ont fini par s'y fondre et s'y transformer. Les migrations, l'exil ont ce pouvoir de transcender les conditions qui leur donnent naissance en un nouvel élan dont les conséquences sont rarement prévisibles. La Seconde Guerre mondiale a vu de nombreux intellectuels – écrivains, arti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-philosophie/#i_23224

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empirisme logique et la construction logique du monde »  : […] Le programme empiriste classique ne peut mener qu'au scepticisme, parce qu'il paraît incapable de fonder la connaissance, et en particulier la connaissance scientifique, sur l'expérience sensible : comment celle-ci, si elle est intrinsèquement subjective, peut-elle justifier une connaissance objective et universelle ? Et comment peut-on espérer dériver « empiriquement » les concepts des mathématiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_23224

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le positivisme logique »  : […] L'œuvre de Rudolf Carnap est le principal témoin du courant néo-positiviste ; le fameux essai « Le Dépassement de la métaphysique par l'analyse logique du langage » a paru en 1931 dans la revue Erkenntnis. Son argument est remarquable par rapport à l'usage de la linguistique en philosophie. Il consiste à dire que c'est l'absence de certaines conventions dans le langage naturel qui explique son im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_23224

NÉANT

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « Faux énoncés et faux concepts »  : […] Lorsque Rudolf Carnap, au nom du positivisme logique, entreprend « l'élimination de la métaphysique par l'analyse logique du langage » (c'est le titre de l'article de 1931), il s'attaque à la conférence de Heidegger de 1929 sur Qu'est-ce que la métaphysique ?, ce qui peut s'expliquer par des raisons d'actualité. Mais, dans ce texte, il cite les énoncés (les « simili-énoncés », écrit-il) concernan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neant/#i_23224

NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 3 400 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La philosophie comme analyse du langage »  : […] Tel n'est pas, toutefois, le point de vue de tous les néo-positivistes, et en particulier de Rudolf Carnap, qui vise à faire de la philosophie une science parmi les sciences. Dans sa Logische Syntax der Sprache (1934), il veut montrer que les questions métaphysiques traditionnelles sont de pseudo-questions, dans la mesure où leur mystère repose sur la confusion et le mélange entre des expressions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-positivisme-positivisme-logique/#i_23224

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « Russell »  : […] 1. Il s'agit bien, depuis le début, de construire à partir du sensible des objets « ayant les propriétés spatio-temporelles que la physique exige des choses » ( Signification et vérité  ; cf. Jules Vuillemin, La Logique et le monde sensible , chap. iv et v ). 2. Les tâches qu'il faudrait alors remplir, et qui ont été abordées sous différents aspects, sont l'élimination des coefficients de subj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_23224

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réduction linguistique »  : […] La sophistique n'était pas seulement caractérisée par ce que nous appellerions un relativisme culturel, mais aussi et peut-être principalement par une philosophie du langage. Le succès des plus célèbres sophistes semble avoir reposé sur leur virtuosité dans les jeux rhétoriques interchangeables ; mais, au-delà de la recherche d'un profit immédiat, était proposée une critique linguistique généralis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_23224

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les positivistes logiques »  : […] Par un certain dogmatisme de la sensation (qui s'est infléchi récemment vers des thèses pragmatistes), les positivistes logiques réagissent contre la métaphysique des atomistes logiques et prétendent accomplir leur vrai programme tout en dégageant les présupposés de la pratique de Moore. Aux États-Unis, on confond couramment le positivisme ou l'empirisme logique avec la philosophie analytique ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_23224

PREUVE, épistémologie

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 3 341 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dispositifs de la preuve »  : […] La proposition et le fait empirique semblent être sans mesure commune. Aussi le bien-fondé principiel des descriptions doit-il être cherché dans un troisième terme, par exemple les formes a priori de la sensibilité et l'armature catégoriale selon la Critique de la raison pure . Il en va de même de la certification proprement dite, l'observation et l'expérimentation jouant ce rôle de tertium dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-epistemologie/#i_23224

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « Le rationalisme de l'« empirisme logique » »  : […] L'empirisme logique, ou néo-positivisme, qui est né dans le premier tiers de ce siècle et dont l'influence persiste, sous des formes diverses, représente au contraire une variante « dure » de l'attitude rationaliste. De ce point de vue, ses traits essentiels paraissent être les suivants : – Tout peut être connu scientifiquement, dans la mesure où l'on renonce à parvenir à la détermination – illuso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_23224

REICHENBACH HANS (1891-1953)

  • Écrit par 
  • Alexis BIENVENU
  •  • 1 490 mots

Hans Reichenbach fut à Berlin, dans l'entre-deux-guerres, puis lors de son exil à Istanbul et Los Angeles, le principal représentant de l'empirisme logique, mouvement philosophique apparenté au positivisme logique du cercle de Vienne. Fondateur de la Société de philosophie empirique, il défend comme les Viennois une « conception scientifique du monde » visant à libérer la pensée des « non-sens de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-reichenbach/#i_23224

RELATION

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 7 662 mots

Dans le chapitre « Relations arithmétiques, multirelations, structure, système »  : […] La théorie des relations arithmétiques a été développée sur des bases établies par les travaux de Stephen Cole Kleene, dans le cadre de la théorie des fonctions et prédicats d'entiers. Un prédicat d'entiers à n arguments peut être considéré (extensionnellement) comme une partie de l'ensemble des n -uples d'entiers. Une fonction à n arguments peut être considérée comme une relation de type plusie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relation/#i_23224

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cercle de Vienne »  : […] Le cercle de Vienne a transformé l'empirisme classique en un empirisme logique, en intégrant l'apport de la logique mathématique nouvellement créée par Frege. Il s'est formé, au début des années 1920, autour du physicien Moritz Schlick, titulaire de la chaire de « philosophie des sciences inductives » à l'université de Vienne. Prenant appui sur les thèses développées par Wittgenstein dans son Tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_23224

SÉMIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Julia KRISTEVA
  •  • 5 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Peirce et le positivisme logique »  : […] L'apparition d'une nouvelle science, l'axiomatique, appelée à assurer la compatibilité logique des différentes branches de la nouvelle géométrie qui vont se développer au xix e siècle, semble avoir déterminé la formulation explicite du projet sémiotique moderne. D'abord, George Boole, en introduisant l'analyse mathématique en logique dans sa Mathematical Analysis of Logic (1847), propose un proc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semiologie/#i_23224

LA STRUCTURE DE L'APPARENCE, Nelson Goodman - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 917 mots

La Structure de l'apparence de Nelson Goodman (1906-1998) a été publié en 1951. Issu de sa thèse, soutenue à Harvard en 1941 sous le titre : A Study of Qualities , l'ouvrage offre à la fois un prolongement et une réponse critique à l'entreprise de Rudolf Carnap (1891-1970) dans son œuvre de 1928 : Der logische Aufbau der Welt ( La Construction logique du monde ). Carnap se proposait de construir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-structure-de-l-apparence/#i_23224

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « Le critère vérificationniste de la signification et ses critiques »  : […] On doit à la logique moderne d'avoir su traiter les paradoxes qui menaçaient les fondements des mathématiques, comme on doit à leur découverte l'existence des grands synthèmes axiomatiques que domine l'exigence de la cohérence interne ou vérité de structure par opposition à celle, matérielle, des énoncés pris un à un. De ce point de vue dirigé à l'encontre de l'idée kantienne que les mathématiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_23224

VIENNE CERCLE DE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 1 309 mots

Dans le chapitre « Le cercle de Vienne et le noyau berlinois »  : […] Le physicien Moritz Schlick est nommé en 1922 à la chaire de philosophie et d'histoire des sciences inductives de l'université de Vienne, poste occupé antérieurement par Mach (1895-1901) et Boltzmann. Autour de lui se réunissent, dès 1925, chaque jeudi soir, des étudiants et des maîtres de diverses disciplines : parmi eux, K. Gödel, H. Hahn, K. Reidemeister, F. Waismann (mathématiciens), F. Kaufm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercle-de-vienne/#i_23224

Voir aussi

Pour citer l’article

Jan SEBESTIK, « CARNAP RUDOLF - (1891-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-carnap/