NEURATH OTTO (1882-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe et sociologue autrichien, un des fondateurs de l'empirisme logique. Socialiste marxiste indépendant, Otto Neurath s'est intéressé à l'économie, à la politique et à l'histoire. Éditeur de l'Encyclopaedia of Unified Science, il fut le membre le plus « extrémiste » du cercle de Vienne, grand pourfendeur de la métaphysique. Pour lui, les propositions ne peuvent être comparées qu'à des propositions, non à une réalité inexprimable. La vérification est une relation des propositions aux énoncés protocolaires (cf. « Protokoll-Sätze » [1932], in Erkenntnis, vol. III), dont Neurath refuse de dire qu'elles sont atomiques ou fondamentales (ce qui serait métaphysique) ; il s'agit d'une théorie de la vérité fondée sur la cohérence. Les actes de perception sont conçus de manière béhavioriste comme des processus biologiques chez des individus nommés et désignés (pas de subjectivité générale). Neurath associe le positivisme logique au béhaviorisme ; tous les énoncés portant sur l'expérience sont exprimables en termes d'espace et de temps : c'est la thèse physicaliste. Neurath défendit l'unité des sciences, qui toutes sont « naturelles », et il eut une grande influence sur Carnap ; les sciences s'unifient par le langage, la méthode, les relations interdisciplinaires. Comme économiste, il publia en 1909 une histoire comparée des systèmes économiques de la Grèce antique et de Rome ; comme historien des sciences, en 1915, il rédigea une histoire de l'optique (Descartes, Malebranche, Huygens, Newton, Young, Fresnel). Sous le gouvernement social-démocrate, il participa aux travaux de l'office central de planification en Bavière. En tant que socialiste, il s'interrogea sur le problème des manières de vivre, sur la lutte contre les habitudes et les mentalités capitalistes. Son ouvrage Foundations of the Social Sciences (1944) use d'un langage physicaliste et béhavioriste, qui convient au matérialisme historique.

—  Françoise ARMENGAUD

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  NEURATH OTTO (1882-1945)  » est également traité dans :

CARNAP RUDOLF (1891-1970)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « La construction logique du monde et les travaux issus du Cercle »  : […] Après ses études de mathématique, de physique et de philosophie à Fribourg et à Iéna – il fut l'un des très rares auditeurs de Frege –, Carnap obtint le titre de docteur avec une thèse intitulée L'Espace : une contribution à la théorie de la science (1921). Sur l'initiative de H. Hahn et M. Schlick, il devint, en 1926, Privatdozent à l'université de Vienne et participa aux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-carnap/#i_36417

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 442 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La montée des totalitarismes »  : […] La victoire du nazisme en Allemagne provoque la fermeture du Bauhaus et une émigration massive des créateurs. La plupart se fixent aux États-Unis, à l'instar de Moholy-Nagy, Joseph Binder ou Ladislav Sutnar. Le graphisme américain se renforce de cet apport ainsi que des commandes d'État impulsées par le New Deal. La Container Corporation of America (C.C.A.), à Chicago, une des premières entreprise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graphisme/#i_36417

NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 3 400 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vérification des énoncés empiriques »  : […] L'aspect critique de l'empirisme néo-positiviste se manifeste comme une mise en question de la vérification des énoncés d'expérience, considérée comme critère même de leur sens. Diverses solutions ont été présentées et vivement discutées à l'intérieur même du mouvement. Carnap et Neurath, dès 1931, proposent la théorie des « constats d'expérience » ( Protokollsätze ). Toute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-positivisme-positivisme-logique/#i_36417

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les positivistes logiques »  : […] Par un certain dogmatisme de la sensation (qui s'est infléchi récemment vers des thèses pragmatistes), les positivistes logiques réagissent contre la métaphysique des atomistes logiques et prétendent accomplir leur vrai programme tout en dégageant les présupposés de la pratique de Moore. Aux États-Unis, on confond couramment le positivisme ou l'empirisme logique avec la philosophie analytique ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_36417

PREUVE, épistémologie

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 3 341 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dispositifs de la preuve »  : […] La proposition et le fait empirique semblent être sans mesure commune. Aussi le bien-fondé principiel des descriptions doit-il être cherché dans un troisième terme, par exemple les formes a priori de la sensibilité et l'armature catégoriale selon la Critique de la raison pure . Il en va de même de la certification proprement dite, l'observation et l'expérimentation jouant ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-epistemologie/#i_36417

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « NEURATH OTTO - (1882-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-neurath/