ROME ET EMPIRE ROMAINL'Antiquité tardive

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Arc de Galère, Thessalonique

Arc de Galère, Thessalonique
Crédits : Anastasios71/ Shutterstock

photographie

300 à 400. Christianisme

300 à 400. Christianisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Arc de Constantin, Rome

Arc de Constantin, Rome
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Basilique de Maxence, Rome

Basilique de Maxence, Rome
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


L'Empire chrétien

Le ive siècle fut grand à bien des égards, et ce renouveau est dû pour une part aux réformes de Dioclétien, poursuivies, dans le même sens, par Constantin et Valentinien. Les empereurs sont théoriquement des souverains absolus, les traditions « libérales » du principat n'ayant pas résisté à la crise du iiie siècle, et le Sénat de Rome ayant perdu toute importance politique. Païens et chrétiens considèrent également leur « maître » (dominus) comme « empereur par la grâce de dieu » (ou de la divinité, quelle qu'elle soit). La conversion de Constantin a modifié le sens du culte impérial et rendu inutile la divinisation recherchée par ses prédécesseurs. La victoire des armes, expression de la volonté divine, distingue le «  basileus » légitime de l'usurpateur, « tyran » que vitupèrent les panégyristes. La nouveauté réside surtout dans le perfectionnement des structures administratives, ce qui limite du reste l'action directe des souverains, isolés au sein de l'apparat de leur cour : bureaucratie centrale pléthorique, pouvoirs énormes des préfets du prétoire dans leurs vastes circonscriptions, stricte hiérarchie des fonctionnaires, jusqu'aux gouverneurs de provinces, tout-puissants aussi, en contact direct avec la population, les corporations et les curies municipales (le nom de curiales a remplacé celui de décurions) totalement mobilisées pour le service de l'État. Une législation abondante (recueillie dans le Code théodosien, depuis 313, et plus tard dans le Code justinien) marque les progrès de l'interventionnisme d'un État « totalitaire », malgré la protection officielle accordée aux pauvres (tenuiores, humiliores) contre les riches, qu'ils soient sénateurs grands latifondiaires aux tendances autarciques, en Occident surtout, ou fonctionnaires (honorati) aux traitements élevés, en espèces et en nature, fiers de représenter un État fort, et placés au sommet de la hiérarchie sociale. Seuls les hauts « clarissimes » (les illustres) siègent vraiment au Sénat de Constantinople, porté à 2 000 membres sous Constance. [...]

300 à 400. Christianisme

300 à 400. Christianisme

Vidéo

Le christianisme. Constantinople. Pression de la steppe. Empire gupta en Inde.Au IVe siècle, les empires occidentaux et orientaux connaissent une période de répit, marquée par un fort développement religieux.L'Empire romain réformé se stabilise.Le christianisme, survivant aux dernières... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble
  • : professeur à l'université de Grenoble

Classification


Autres références

«  ROME ET EMPIRE ROMAIN  » est également traité dans :

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Les origines

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 5 635 mots
  •  • 1 média

Le départ dans l'histoire d'une ville ou bien d'un peuple destiné à un haut avenir est, le plus souvent, entouré d'un halo qui le dérobe à un examen et à une vision précise. On comprend aisément pourquoi. L'historien est mal armé pour l'étude d'une période, très reculée dans le temps, qui n'est connue que par des sources très postérieures. De plus, une tendance naturelle porte l'imagination du peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-les-origines/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

La République romaine a duré pendant près de cinq siècles, de 509 à 27 avant J.-C. Elle a connu tour à tour la mise en place d'institutions qui ont subsisté jusqu'au principat d'Auguste, la conquête de l'Italie, puis du bassin méditerranéen, enfin les divisions et les guerres civiles qui, affaiblissant progressivement le régime, ont abouti peu avant l'ère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-republique/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Pendant plusieurs siècles, l'Empire romain a assuré la paix et l'unité du monde méditerranéen et façonné dans ses provinces la majeure partie de l'Europe. Les Romains n'avaient certes pas que des qualités et leur domination résulte partout de l'emploi judicieux de la force. Mais, une fois établie, cette domination s'est maintenue grâce à la diffusion d'une civilisation en partie héritée des Grecs, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

On entend par « religion romaine » un ensemble de croyances, de rites et d'institutions qui se forma à l'intérieur du Latium vers le milieu du viiie siècle avant J.-C. (date traditionnelle de la fondation de Rome) et persista dans le monde romain jusqu'à ce que la religion chrétienne vienne le supplanter. Cette re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 633 mots
  •  • 33 médias

Rome est une des villes d'art les plus prestigieuses du monde, et une bonne partie des monuments qui font sa gloire remontent à l'Antiquité. Sur toute l'étendue de l'Empire qu'elle a régi, de l'Écosse au Sahara, de l'Atlantique à l'Euphrate, d'innombrables vestiges d'architecture, de sculpture, de peinture et de mosaïque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-art-romain/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'artisanat sous l'Empire

  • Écrit par 
  • Roger HANOUNE
  •  • 3 846 mots

Si l'analyse des modes de production antiques est de grande actualité dans l'historiographie moderne, on sait comme les mots sont trompeurs : l'esclave à Rome est bien différent de l'esclave des plantations américaines ; de même, l'artisan contemporain qui travaille à son compte après son apprentissage, qui est autonome et n'a que peu de collaborateurs est bien différent de l'artife […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-artisanat-sous-l-empire/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Rome et la pensée grecque

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 516 mots
  •  • 2 médias

Le rôle joué dans l'histoire de la pensée par la langue latine et, à travers elle, par la civilisation romaine est considérable. De Boèce à Kant, soit pendant près de treize siècles, le latin sera par excellence la langue philosophique de l'Occident chrétien. Mais ce latin, tour à tour classique, patristique et scolastique, et dont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-rome-et-la-pensee-grecque/

CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 275 mots
  •  • 18 médias

Le destin de Rome est celui d’une obscure bourgade de la péninsule italienne devenue, en l’espace de quatre siècles, une mégapole, capitale d’un immense empire s’étendant de l’Écosse à l’Arabie, des confins sahariens aux rives du Danube. Ce processus historique s’accompagna de la disparition de la République. Il abou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-romaine/#i_1352

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul PETIT, Yann LE BOHEC, « ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'Antiquité tardive », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-antiquite-tardive/