ROME ET EMPIRE ROMAINL'Antiquité tardive

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fin de l'Empire unifié

Après Jovien, mort accidentellement en février 364, régnèrent deux frères, Valentinien en Occident, Valens en Orient, des officiers pannoniens choisis par l'état-major. Valentinien, bon général, autoritaire, coléreux et patriote, défendit la Gaule avec succès, en fortifia la frontière remarquablement, et donna à l'administration un caractère et une hiérarchie militaires très prononcés. Il entra en conflit avec les sénateurs de Rome, et procéda à des exécutions que lui reproche Ammien Marcellin. Chrétien sans fanatisme, il se montra tolérant. Son frère, plus jeune et moins capable, gouverna l'Orient avec les mêmes principes, dut faire face à l'usurpation de Procope (365-366) et sévit cruellement contre les intellectuels païens. Il était arien et son intolérance fit contraste avec la modération de Valentinien. Malgré une sévère persécution, il ne put empêcher les progrès de l'orthodoxie « catholique », dont le chef était saint Basile de Césarée. Il fut tué en 378, à Andrinople, en combattant contre des hordes de Goths, imprudemment admis dans la péninsule balkanique, et qui n'en furent jamais délogés par la suite. Cette défaite parut à beaucoup le présage d'un avenir sombre.

Rome, fin du IVe s.

Dessin : Rome, fin du IVe s.

La fragmentation du territoire impérial et les menaces extérieures : prémices de la chute de l'Empire romain. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Valentinien, mort en 375, avait laissé l'Occident à son fils Gratien, faible et pieux, soumis à l'influence de l'évêque de Milan, saint Ambroise. Après la bataille d'Andrinople, il éleva à la pourpre l'Espagnol Théodose, bon général, au caractère violent et inégal, très orthodoxe. Dès 381, le paganisme fut persécuté et l'arianisme extirpé : le concile de Constantinople imposa la foi nicéenne, organisa l'autorité des évêques métropolitains sur leurs diocèses, et donna à celui de la capitale une « primatie » égale à celle de l'évêque de Rome. Gratien suivit la même politique, et les païens de Rome perdirent leurs derniers privilèges (affaire de l'autel de la Victoire, suppression des revenus et immunités des prêtres païens et des vestales). Théodose eut à lutter en Occident contre deux usurpateurs : le premier, Maxime, avait tué Gratien en 383 ; le second, un rhéteur païen, Eugène, poussé sur le trône par le général franc Arbogast, avait éliminé le jeune frère de Gratien, Valentinien II, en 388. Tous deux furent vaincus en des batailles meurtrières, qui affaiblissaient les armées romaines, composées du reste en grande partie de contingents barbares. En 382, Théodose avait installé comme « fédérés » (alliés fournissant des recrues et recevant des terres et des subsides) les Goths qui erraient dans la péninsule balkanique depuis 378, ce qui était une manière dangereuse de résoudre, à court terme, le problème barbare. En 387, il avait obtenu des Perses une paix de compromis. Tombé lui aussi sous l'influence de saint Ambroise, qui entendait imposer à l'État la suprématie du spirituel, et osa lui infliger des pénitences publiques, il se décida en 392, après quelques années de répit, à proscrire totalement le paganisme, qui survécut longtemps encore dans les campagnes et dans les milieux intellectuels de l'ancienne Rome. Après avoir nommé Augustes ses deux fils – Arcadius en 383, Honorius en 393 –, Théodose mourut de maladie en janvier 395. Ses fils auraient dû régner en bon accord, sous la tutelle du général Stilicon, marié à une princesse impériale, mais ce fut un échec : les deux parties de l'Empire se séparèrent et furent désormais vouées à des destinées bien différentes : dès 407, l'Occident d'Honorius fut en proie à de terribles invasions barbares, tandis que l'Orient survécut et prospéra même, sous le nom d'Empire byzantin, jusqu'en 1453.

400 à 500. Royaumes barbares

Vidéo : 400 à 500. Royaumes barbares

Grandes Invasions. Division de l'Empire romain. Création de royaumes barbares en Chine.Au Ve siècle, des peuples nomades déferlent massivement sur l'Extrême-Orient et sur l'Occident. C'est la période dite des Grandes Invasions.En Chine tout d'abord, les royaumes barbares du nord sont... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les causes de la chute de l'Empire romain font l'objet de fréquentes controverses : les pessimistes (F. Lot) estiment que les Barbares ont jeté bas un Empire vermoulu et rongé par ses tares internes, une administration dévorante, une société sclérosée, une armée barbarisée, un déséquilibre social irrémédiable. Les optimistes (A. Piganiol, S. Mazzarino et bien d'autres aujourd'hui) pensent qu'une civilisation en plein renouveau a été « assassinée » (A. Piganiol) par l'arrivée des Barbares. L'unité de l'Empire fut rompue en 408, à la mort de Stilicon. On a fortement souligné récemment (J. Vogt) qu'en Occident même la civilisation n'a pas disparu avec la formation des royaumes barbares, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Arc de Galère, Thessalonique

Arc de Galère, Thessalonique
Crédits : Marco Verch/ FLickr ; CC BY 2.0

photographie

Arc de Galère (détail)

Arc de Galère (détail)
Crédits : Brad Hostetler/ FLickr ; CC BY 2.0

photographie

300 à 400. Christianisme

300 à 400. Christianisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Arc de Constantin, Rome

Arc de Constantin, Rome
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Grenoble
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

Classification

Autres références

«  ROME ET EMPIRE ROMAIN  » est également traité dans :

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Les origines

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 5 635 mots
  •  • 1 média

Le départ dans l'histoire d'une ville ou bien d'un peuple destiné à un haut avenir est, le plus souvent, entouré d'un halo qui le dérobe à un examen et à une vision précise. On comprend aisément pourquoi. L'historien est mal armé pour l'étude d'une période, très reculée dans le temps, qui n'est connue que par des sources très postérieures. De plus, une tendance naturelle porte l'imagination du peu […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 925 mots
  •  • 9 médias

La République romaine a duré pendant près de cinq siècles, de 509 à 27 avant J.-C. Elle a connu tour à tour la mise en place d'institutions qui ont subsisté jusqu'au principat d'Auguste, la conquête de l'Italie, puis du bassin méditerranéen, enfin les divisions et les guerres civiles qui, affaiblissant progressivement le régime, ont abouti peu avant l'ère […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 202 mots
  •  • 17 médias

Pendant plusieurs siècles, l'Empire romain a assuré la paix et l'unité du monde méditerranéen et façonné dans ses provinces la majeure partie de l'Europe. Les Romains n'avaient certes pas que des qualités et leur domination résulte partout de l'emploi judicieux de la force. Mais, une fois établie, cette domination s'est maintenue grâce à la diffusion d'une civilisation en partie héritée des Grecs, […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

On entend par « religion romaine » un ensemble de croyances, de rites et d'institutions qui se forma à l'intérieur du Latium vers le milieu du viiie siècle avant J.-C. (date traditionnelle de la fondation de Rome) et persista dans le monde romain jusqu'à ce que la religion chrétienne vienne le supplanter. Cette re […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 648 mots
  •  • 35 médias

Rome est une des villes d'art les plus prestigieuses du monde, et une bonne partie des monuments qui font sa gloire remontent à l'Antiquité. Sur toute l'étendue de l'Empire qu'elle a régi, de l'Écosse au Sahara, de l'Atlantique à l'Euphrate, d'innombrables vestiges d'architecture, de sculpture, de peinture et de mosaïque […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'artisanat sous l'Empire

  • Écrit par 
  • Roger HANOUNE
  •  • 3 846 mots

Si l'analyse des modes de production antiques est de grande actualité dans l'historiographie moderne, on sait comme les mots sont trompeurs : l'esclave à Rome est bien différent de l'esclave des plantations américaines ; de même, l'artisan contemporain qui travaille à son compte après son apprentissage, qui est autonome et n'a que peu de collaborateurs est bien différent de l'artife […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Rome et la pensée grecque

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 516 mots
  •  • 2 médias

Le rôle joué dans l'histoire de la pensée par la langue latine et, à travers elle, par la civilisation romaine est considérable. De Boèce à Kant, soit pendant près de treize siècles, le latin sera par excellence la langue philosophique de l'Occident chrétien. Mais ce latin, tour à tour classique, patristique et scolastique, et dont la […] Lire la suite

CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 283 mots
  •  • 18 médias

Le destin de Rome est celui d’une obscure bourgade de la péninsule italienne devenue, en l’espace de quatre siècles, une mégapole, capitale d’un immense empire s’étendant de l’Écosse à l’Arabie, des confins sahariens aux rives du Danube. Ce processus historique s’accompagna de la disparition de la République. Il abou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yann LE BOHEC, Paul PETIT, « ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'Antiquité tardive », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-antiquite-tardive/