ROSSELLINI ROBERTO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un cinéma « dédramatisé »

Rossellini ne se borne cependant pas à mettre en scène des cas typiques d'individualisme exacerbé. Il se refuse, dans son approche de l'événement ou de la créature choisis comme témoins, à toute violation, à tout morcellement, comme il est de règle dans le roman, au théâtre et à l'écran. Rossellini est l'un des premiers qui ait osé dédramatiser le cinéma. Sa caméra se borne à accompagner ses protagonistes dans leurs découvertes, leurs impressions, à les placer dans un paysage qui reflète leurs états d'âme, à enregistrer – tel l'électrocardiographe de La Peur – les pulsations de leur cœur. Sa caméra n'est en somme qu'un œil qui regarde, au travers de la conscience, presque toujours inquiète, souvent déchirée, de ses personnages. Voilà tout son réalisme : s'identifier comme par transmission occulte aux mouvements d'une âme, aller toujours plus au fond de la vie intime d'un être, ou d'un milieu, et, par suite, décanter le réel, le dépouiller de ses oripeaux, le creuser jusqu'à l'os. La vérité est intérieure et cette pénétration lente, respectueuse, ne tarde pas à la faire jaillir à nos yeux. C'est le cas de Voyage en Italie (Viaggio in Italia, 1953) par exemple : un homme et une femme marchent dans la ville, chacun de leur côté, avec leurs dérisoires problèmes de tous les jours, et se trouvent brusquement confrontés avec le sentiment de la vie éternelle, de la pérennité des choses ; c'est le cas aussi du final des Actes des Apôtres (1969) : le monde nous apparaît transfiguré par la grâce de Dieu, et cela concerne le site le plus dépeuplé, la cahute la plus misérable.

De là procède une conception de la mise en scène dont Rossellini n'a jamais dévié : souplesse des mouvements de caméra (facilitée, dans les œuvres de télévision, par le recours constant au Pancinor), composition des plans aussi peu savante que possible, dédain du montage, et surtout direction d'acteurs inimitable. Rarement, en effet, ce « détecteur d'âmes » qu'est Rossellini a fait appel à des comédiens professionnels. Ses interprètes, il les recrute volontiers parmi ses amis, ses confrères (il a ainsi dirigé Fellini dans Le Miracle, Ettore Giannini dans Europe 51, et dans Le Général de La Rovere un Vittorio de Sica pour le moins inattendu), voire sa plus proche compagne (Ingrid Bergman), qu'il astreint alors à un effort particulier de « déstarification » ; certains de ses héros masculins (George Sanders, Mathias Wieman) sont des « doubles » approximatifs de lui-même ; quant aux acteurs qu'il emploie dans ses essais télévisés, ils contrastent tous étrangement avec le conformisme en vigueur : Jean-Marie Patte a campé ainsi un Louis XIV d'une rare sobriété (La Prise du pouvoir par Louis XIV, 1966). Que sont-ils, les uns et les autres ? De pauvres créatures de Dieu, des visages anxieux sur lesquels se lit le lent travail de la grâce, inconscients d'ailleurs pour la plupart du rôle qu'on leur fait tenir. Des saints ou des innocents, ils ont le regard chargé de lumière, le comportement insolite (ou insolent), la parole rare et grave. N'importe qui, dès lors, et de préférence le moins « acteur » possible, peut se prêter à cette sublimation des apparences, Rossellini ne demandant à chacun que de se « remettre dans sa vraie nature », de « rapprendre ses gestes habituels ».

Cette conception audacieuse, voisine d'une ascèse, faite de la plus totale humilité, selon les uns (Federico Fellini, par exemple, qui affirme : « Le principal enseignement que j'ai reçu de Rossellini a été, je crois, une leçon d'humilité »), d'orgueil pour les autres, devait inéluctablement conduire Rossellini au refus pur et simple de la « chose cinématographique », de plus en plus tournée, à l'en croire, vers les vanités extérieures, l'expressionnisme grimaçant, les fictions chimériques et aliénantes. « Le cinéma, peut-il déclarer, est devenu un cadavre [...], un ballet de fantômes, un jeu gratuit, une représentation sans spectateurs. Dans le monde entier, le cinéma est en train de mourir. » Il convient donc de le rejeter en bloc, jusques et y compris dans ses expériences limites (celles d'un Jean Rouch, d'un Chris Marker ou du cinéma militant), elles aussi guettées par la sclérose.

Une seule reconversion possible : la télévision, et sous sa forme la plus austère, la plus didactique. Puisque le but ultime du septième art est cette « exploration en direct » dont il a été questi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Paisà, R. Rossellini

Paisà, R. Rossellini
Crédits : OFI-FPP/ Everett Collection/ Bridgeman Images

photographie

Allemagne année zéro, R. Rossellini

Allemagne année zéro, R. Rossellini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-I, historien du cinéma

Classification

Autres références

«  ROSSELLINI ROBERTO (1906-1977)  » est également traité dans :

ROSSELLINI ROBERTO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 201 mots

18 mai 1906 Naissance de Roberto Rossellini à Rome. Aîné de quatre enfants, il appartient à une famille aisée.1934 Premiers essais de cinéma, financés par Rossellini lui-même.1936 Prélude à l'après-midi d'un faune, cen […] Lire la suite

ROME, VILLE OUVERTE, film de Roberto Rossellini

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 938 mots

Fils de famille sans fortune, amateur de voitures, père de famille(s), Roberto Rossellini (1906-1977) est une figure inclassable dans les genres et les périodes du cinéma. Ses trois films de guerre : Le Navire blanc (La nave bianca, 1941), Un pilote revient (Un pilota ritor […] Lire la suite

ROME VILLE OUVERTE (R. Rossellini)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 238 mots

En 1942, Luchino Visconti avait montré la voie en tournant Ossessione en décors naturels. Mais, avec Rome ville ouverte, les spectateurs du premier festival de Cannes, en 1946, découvrent un film, une esthétique, une attitu […] Lire la suite

AMIDEI SERGIO (1904-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 559 mots

Nous évaluons assez mal en France les mécanismes de la production cinématographique italienne, peu structurée de façon durable, notamment en ce qui concerne la place des scénaristes et surtout celle des soggiotori (« créateurs de sujets ») dont il n'y a guère d'équivalents ailleurs. Sergio Amidei a ainsi joué un rôle capital, et, à travers sa longue et diverse carrière, c'est tout le cinéma itali […] Lire la suite

BERGMAN INGRID (1915-1982)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un mélange de romantisme et de puritanisme »  : […] En 1937, Ingrid Bergman épouse Petter Lindström, jeune médecin, qui épaule ses projets, favorise ses débuts à l'étranger – notamment en Allemagne d'où elle s'échappe tôt, glacée par la peur qui régnait dans les studios nazis –, puis son envol vers Hollywood (en 1939). Plus tard, elle va découvrir en Roberto Rossellini l'inspirateur. En fait, la période italienne (1949-1956), qui s'avéra pour elle […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le jeune cinéma des années 1960 »  : […] La première génération du cinéma était née en même temps que le cinéma : un peu avant 1900. Il fallut attendre les années 1960 pour qu'elle cède le pas à la seconde génération, née, elle, en même temps que le cinéma parlant. Ce qui surprend, c'est que ce renouvellement s'est produit dans tous les pays à la fois. Et souvent avec plus d'efficacité dans les pays où l'industrie cinématographique étai […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 770 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, parmi les différentes act […] Lire la suite

FELLINI FEDERICO

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 773 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années d'apprentissage »  : […] Né à Rimini en 1920, Federico Fellini débarque à Rome en 1939, après quelques mois passés à Florence où il s'est initié au journalisme. Espéra-t-il vraiment devenir grand reporter, après avoir, dans son enfance, tenté de suivre un cirque ? Dans l'état actuel de la « légende Fellini », on peut dire que le collaborateur régulier de l'hebdomadaire satirique Marc'Aurelio a songé au cinéma sitôt arriv […] Lire la suite

FELLINI FEDERICO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 105 mots

20 janvier 1920 Naissance de Federico Fellini à Rimini, dans une modeste famille de la petite bourgeoisie. 1923-1938 Enfance paisible et études très moyennes au collège et au lycée de Rimini. Federico Fellini découvre le cinéma avec Maciste aux enfers , de Brido Grignone (1925) au cinéma Fulgor. Il se passionne pour le dessin, les fumetti (bandes dessinées) et l'histoire de l'art. Il dessine ég […] Lire la suite

GRUAULT JEAN (1924-2015)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 762 mots

Acteur, metteur en scène de théâtre, auteur dramatique, romancier, librettiste d’opéra, Jean Gruault a marqué l’histoire du cinéma par son travail de scénariste. S’il avait écrit pour des réalisateurs tels que Robert Enrico ou Gavin Millar, il était surtout de la famille de la nouvelle vague (via Rossellini, Rivette, Truffaut) et, plus globalement, des « cinéastes de la modernité » des années 196 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude BEYLIE, « ROSSELLINI ROBERTO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roberto-rossellini/