ROSSELLINI ROBERTO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le surnaturel incarné

Rossellini nous entraîne à cent lieues de l'Italie, en guerre ou d'après-guerre : il convie à s'interroger sur l'homme universel, sa servitude, sa vocation à la liberté, son obstination à faire éclater un monde de grimaces et de faux-semblants (en cela sans doute il a durablement influencé Fellini, qui fut longtemps son collaborateur et son ami). Face à la trahison permanente des pharisiens, Rossellini oppose le courage tranquille du pauvre publicain, de l'homme seul (ou de la collectivité confondue avec son chef, dans Viva l'Italia ! 1960). Quand ce sursaut est impossible, il reste la ressource du suicide, celui de l'enfant d'Allemagne année zéro, par exemple (Germania anno zero, 1947), ou de la retraite (Vanina Vanini, 1961).

Allemagne année zéro, R. Rossellini

Allemagne année zéro, R. Rossellini

Photographie

Le réalisateur italien Roberto Rossellini (1906-1977) et le jeune acteur allemand Edmund Moeschke lors du tournage de Allemagne année zéro, à Berlin, en 1948. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le moins admirable n'est pas que la dimension spirituelle soit atteinte ici sans effort, sans lourdeur moralisante, mais tout au contraire à travers le document brut, le spectacle le moins enjolivé. C'est la surface même des choses, filmée crûment, qui découvre sa propre richesse surnaturelle. La beauté réside tout entière dans l'incarnation et le mystère qu'elle exhale (on peut penser, par exemple, à certains plans de pure contemplation, presque panthéiste, dans les Fioretti). On est en présence d'une sorte de documentaire sur l'être, d'exploration « en direct » du mystère de la personne. Dans ces perspectives, il est permis de dire que le néoréalisme trouve ici son point d'application le plus radical.

En outre, Rossellini a toujours proscrit les idées générales, le « message », la thématique préalable à la mise en chantier de l'œuvre. « Il faut connaître les choses, dit-il, en dehors de toute idéologie. Toute idéologie est un prisme ». Pour lui, le cinéma ne doit être en aucun cas une affaire d'idées, mais d'abord une affaire de sentiments. Tous les sujets de ses films, de ce point de vue, se ressemblent : ils ne tendent qu'à l'affirmation patiente, têtue, de la dignité de l'homme ou de la femme par-delà la méchanceté, l'envie, la jalousie, la peur. La trajectoire esthétique épouse ici le difficile chemin qui conduit l' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Paisà, R. Rossellini

Paisà, R. Rossellini
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Allemagne année zéro, R. Rossellini

Allemagne année zéro, R. Rossellini
Crédits : Hulton Getty

photographie





Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-I, historien du cinéma

Classification


Autres références

«  ROSSELLINI ROBERTO (1906-1977)  » est également traité dans :

ROSSELLINI ROBERTO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 201 mots

18 mai 1906 Naissance de Roberto Rossellini à Rome. Aîné de quatre enfants, il appartient à une famille aisée.1934 Premiers essais de cinéma, financés par Rossellini lui-même.1936 Prélude à l'après-midi d'un faune, cen […] Lire la suite

ROME, VILLE OUVERTE, film de Roberto Rossellini

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 938 mots

Fils de famille sans fortune, amateur de voitures, père de famille(s), Roberto Rossellini (1906-1977) est une figure inclassable dans les genres et les périodes du cinéma. Ses trois films de guerre : Le Navire blanc (La nave bianca, 1941), Un pilote revient (Un pilota ritor […] Lire la suite

ROME VILLE OUVERTE (R. Rossellini)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 238 mots

En 1942, Luchino Visconti avait montré la voie en tournant Ossessione en décors naturels. Mais, avec Rome ville ouverte, les spectateurs du premier festival de Cannes, en 1946, découvrent un film, une esthétique, une attitu […] Lire la suite

AMIDEI SERGIO (1904-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 559 mots

Nous évaluons assez mal en France les mécanismes de la production cinématographique italienne, peu structurée de façon durable, notamment en ce qui concerne la place des scénaristes et surtout celle des soggiotori (« créateurs de sujets ») dont il n'y a guère d'équivalents ailleurs. Sergio Amidei a ainsi joué un rôle capital, et, à travers sa longue et diverse carrière, c'est tout le cinéma itali […] Lire la suite

BERGMAN INGRID (1915-1982)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 990 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un mélange de romantisme et de puritanisme »  : […] En 1937, Ingrid Bergman épouse Petter Lindström, jeune médecin, qui épaule ses projets, favorise ses débuts à l'étranger – notamment en Allemagne d'où elle s'échappe tôt, glacée par la peur qui régnait dans les studios nazis –, puis son envol vers Hollywood (en 1939). Plus tard, elle va découvrir en Roberto Rossellini l'inspirateur. En fait, la période italienne (1949-1956), qui s'avéra pour elle […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 36 médias

Dans le chapitre « Le jeune cinéma des années 1960 »  : […] La première génération du cinéma était née en même temps que le cinéma : un peu avant 1900. Il fallut attendre les années 1960 pour qu'elle cède le pas à la seconde génération, née, elle, en même temps que le cinéma parlant. Ce qui surprend, c'est que ce renouvellement s'est produit dans tous les pays à la fois. Et souvent avec plus d'efficacité dans les pays où l'industrie cinématographique étai […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, parmi les différentes act […] Lire la suite

FELLINI FEDERICO

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 772 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Années d'apprentissage »  : […] Né à Rimini en 1920, Federico Fellini débarque à Rome en 1939, après quelques mois passés à Florence où il s'est initié au journalisme. Espéra-t-il vraiment devenir grand reporter, après avoir, dans son enfance, tenté de suivre un cirque ? Dans l'état actuel de la « légende Fellini », on peut dire que le collaborateur régulier de l'hebdomadaire satirique Marc'Aurelio a songé au cinéma sitôt arriv […] Lire la suite

FELLINI FEDERICO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 105 mots

20 janvier 1920 Naissance de Federico Fellini à Rimini, dans une modeste famille de la petite bourgeoisie. 1923-1938 Enfance paisible et études très moyennes au collège et au lycée de Rimini. Federico Fellini découvre le cinéma avec Maciste aux enfers , de Brido Grignone (1925) au cinéma Fulgor. Il se passionne pour le dessin, les fumetti (bandes dessinées) et l'histoire de l'art. Il dessine ég […] Lire la suite

GRUAULT JEAN (1924-2015)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 762 mots

Acteur, metteur en scène de théâtre, auteur dramatique, romancier, librettiste d’opéra, Jean Gruault a marqué l’histoire du cinéma par son travail de scénariste. S’il avait écrit pour des réalisateurs tels que Robert Enrico ou Gavin Millar, il était surtout de la famille de la nouvelle vague (via Rossellini, Rivette, Truffaut) et, plus globalement, des « cinéastes de la modernité » des années 196 […] Lire la suite

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Témoignage et engagement »  : […] On comprend alors que l'une des premières expressions littéraires de la Résistance ait été le récit à la première personne, d'allure fortement autobiographique, correspondant au besoin de raconter une expérience aux dimensions extraordinaires, une aventure. Il peut alors arriver que certains romans ou nouvelles soient de la même veine que d'autres textes, contemporains, fondés sur une expérience d […] Lire la suite

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le néo-réalisme et les années d'après guerre (1945-1959) »  : […] Préparé par une réflexion théorique et par une expérience pratique, le néo-réalisme donne ses premières œuvres en 1945 avec Giorni di gloria ( Jours de gloire ), film documentaire coordonné par Mario Serandrei (1907-1966) et Giuseppe De Santis (1917-1997), auquel prennent part Luchino Visconti et Marcello Pagliero, et Roma città aperta ( Rome ville ouverte ) de Roberto Rossellini, véritable act […] Lire la suite

LOCARNO FESTIVAL DE

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 042 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du Grand Hôtel à la Piazza Grande »  : […] La première édition commence en août 1946, un mois avant le début du premier festival de Cannes. Le festival de Venise a été inauguré en 1932, celui de Berlin naîtra en 1951. Ces quatre manifestations sont aujourd’hui les premières en Europe. Avant même que l’on considère la qualité des films présentés, un festival de cinéma doit être pensé en termes d’accueil. L’édition de 1946 proposait ainsi de […] Lire la suite

NÉO-RÉALISME ITALIEN

  • Écrit par 
  • Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY
  •  • 3 182 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une expérience de cinéma social »  : […] Parmi les caractéristiques du cinéma néo-réaliste, on cite souvent le tournage en décors réels, le recours à des acteurs venus du music-hall ou à des non-professionnels et le refus du changement brusque de cadrage. Dès 1940, dans la revue Cinema , Cesare Zavattini préconise « le film de l'homme qui dort, le film de l'homme qui se dispute, sans montage et j'oserais dire sans sujet ». Et il ajoute  […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude BEYLIE, « ROSSELLINI ROBERTO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roberto-rossellini/