BERGMAN INGRID (1915-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pour qui sonne le glas, S. Wood

Pour qui sonne le glas, S. Wood
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Casablanca, M. Curtiz

Casablanca, M. Curtiz
Crédits : Picture Post/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Hantise, de George Cukor

Hantise, de George Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

photographie


Née à Stockholm le 29 août 1915, de père suédois et de mère hambourgeoise, Ingrid Bergman se retrouve orpheline à treize ans. Son père, artiste lui-même, souhaite qu'elle devienne cantatrice, mais elle se sent vouée au théâtre. Elle est admise en 1933 à l'École royale d'art dramatique de Stockholm et l'un des membres du jury, le cinéaste Alf Sjöberg, lui dira plus tard : « De toute votre carrière, vous ne ferez peut-être jamais une aussi bonne entrée. » Ce qui ne l'empêche pas, l'année suivante, de laisser ses études pour un contrat d'actrice de cinéma. À vingt et un ans, elle gagne sa vie : six films l'ont révélée au public dont le dernier, Intermezzo (G. Molander, 1936), lui a valu une renommée internationale. Désormais, son existence se confond avec sa vocation.

Un mélange de romantisme et de puritanisme

En 1937, Ingrid Bergman épouse Petter Lindström, jeune médecin, qui épaule ses projets, favorise ses débuts à l'étranger – notamment en Allemagne d'où elle s'échappe tôt, glacée par la peur qui régnait dans les studios nazis –, puis son envol vers Hollywood (en 1939). Plus tard, elle va découvrir en Roberto Rossellini l'inspirateur. En fait, la période italienne (1949-1956), qui s'avéra pour elle décisive, et créatrice autant de sa personnalité que de son art, fut aussi un temps de dépression, d'échec et de rejet de la part d'une partie du public. Si des joies confortent le foyer – la naissance de Robertino, puis celle des jumelles Isabella et Ingrid –, les tensions s'accroissent qui incitent Ingrid Bergman à reprendre sa liberté, non sans conserver une ferveur qui ne s'éteindra plus. Enfin, son union avec le producteur Lars Schmidt fut sans histoire, mais leur éloignement progressif déboucha sur un divorce.

Une santé, un équilibre hors pair, l'ardeur au travail, une imagination protéiforme ont permis à Ingrid Bergman d'être, en un demi-siècle, la vedette de plus de cinquante films ainsi que de jouer à travers le monde Ibsen, Shaw, Tourgueniev..., en passant d'une langue à l'autre (elle en pratiquait cinq). Rebelle à l'ama [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BERGMAN INGRID (1915-1982)  » est également traité dans :

CASABLANCA, film de Michael Curtiz

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un film prototype »  : […] Avec Casablanca , il s'agissait surtout pour les studios de la Warner Bros de faire une réplique du mélodrame à succès Algiers (1938) de John Cromwell, qui avait permis de renflouer les fonds du studio concurrent, les Artistes Associés. Les droits de la pièce initiale, Everybody Comes to Rick's, sont rachetés pour la modique somme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casablanca-michael-curtiz/#i_89711

ROSSELLINI ROBERTO

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 2 490 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un cinéma « dédramatisé » »  : […] Rossellini ne se borne cependant pas à mettre en scène des cas typiques d'individualisme exacerbé. Il se refuse, dans son approche de l'événement ou de la créature choisis comme témoins, à toute violation, à tout morcellement, comme il est de règle dans le roman, au théâtre et à l'écran. Rossellini est l'un des premiers qui ait osé dédramatiser le cinéma. Sa caméra se borne à accompagner ses prota […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roberto-rossellini/#i_89711

ROSSELLINI ROBERTO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 201 mots

18 mai 1906 Naissance de Roberto Rossellini à Rome. Aîné de quatre enfants, il appartient à une famille aisée. 1934 Premiers essais de cinéma, financés par Rossellini lui-même. 1936 Prélude à l'après-midi d'un faune , censuré pour impudicité. Travaille comme scénariste et assistant pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rossellini-reperes-chronologiques/#i_89711

THE MAGDALENE SISTERS (P. Mullan)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 877 mots

Lion d’or du festival de Venise 2002, violemment attaqué par la presse catholique italienne, The Magdalene Sisters se situe entièrement dans une de ces prisons-blanchisseries dirigées en Irlande par des religieuses (le dernier établissement de ce type fut fermé en 1993). Là se trouvaient détenues des femmes contraintes d’expier le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-magdalene-sisters-p-mullan/#i_89711

Pour citer l’article

Hubert HARDT, « BERGMAN INGRID - (1915-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingrid-bergman/