Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROME VILLE OUVERTE (R. Rossellini)

En 1942, Luchino Visconti avait montré la voie en tournant Ossessione en décors naturels. Mais, avec Rome ville ouverte, les spectateurs du premier festival de Cannes, en 1946, découvrent un film, une esthétique, une attitude « morale » devant la vie et le cinéma qui vont bouleverser, entre autres, les futurs cinéastes de la Nouvelle Vague. Réalisé en 1945 avec peu de moyens, comme un documentaire, sur les lieux mêmes de l'action, Rome ville ouverte, de Roberto Rossellini (1906-1977), retrace un épisode de la guerre qui rapproche, jusque dans la mort, un prêtre catholique et un résistant communiste. Plus que le réalisme des images dénuées d'effets photographiques, ou le sujet – la mise en place des thèmes et des mythologies qui vont marquer la « nouvelle réalité » italienne de l'après-guerre –, qu'on retrouve chez Vittorio De Sica (Miracle à Milan, 1950) ou Giuseppe De Santis (Riz amer, 1949), frappe la confiance de Roberto Rossellini dans les faits eux-mêmes, leur vérité, leur durée, que la caméra se contente de recueillir humblement, sans y ajouter la dramatisation d'une intrigue forte ou d'une écriture « artistique ». Le néo-réalisme est né, qui va marquer le second demi-siècle du cinéma. Deux autres chefs-d'œuvre suivront, Paisa (1946) et Allemagne année zéro (1947).

— Joël MAGNY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi