RÉSEAUX, philosophie de l'organisation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Postes, routes et fortifications : à l'origine des réseaux nationaux

L'anatomie et la médecine françaises ont entrevu dès le xviiie siècle l'intérêt du concept de réseau. À vrai dire, sans que le mot fût employé, un authentique réseau innervait déjà depuis bien longtemps le « corps » national français. La poste, dont le principe était déjà mis en œuvre par les Celtes, fut très tôt, en tout cas dès le xve siècle, organisée comme un réseau étendu à l'ensemble du territoire national. Soigneusement réglementé, accéléré sous Louis XI par la multiplication des relais, le système est de plus en plus performant et de plus en plus utilisé. Au moment de la Révolution française, le service est tout à fait remarquable pour les conditions de l'époque. Que l'on songe à la centaine de grands courriers quittant chaque jour Paris pour rejoindre Brest, Bordeaux ou Toulouse en moins de sept jours ! Que l'on songe qu'à la même époque tout habitant de la campagne se trouve à moins d'une demi-journée de marche d'un point de communication où il peut envoyer ou recevoir une lettre ! En d'autres termes, à la lumière de la métaphore anatomique qui, au début du xive siècle, instaure le réseau, le service de la poste mérite sans conteste le nom, qu'on ne tardera guère à lui attribuer, de réseau postal.

La maturation sera bien plus longue dans un autre domaine, celui que l'on dénommerait de nos jours l'aménagement du territoire. La construction des routes, des ouvrages de défense, d'adduction d'eau et l'assainissement des villes, tous équipements qui appellent aujourd'hui sans conteste l'emploi du terme réseau, se réalise en France pendant tout le xviiie siècle et au début du xixe sans que les ingénieurs pensent « réseau ».

En ce qui concerne les routes, malgré la création au milieu du xviiie siècle d'une administration royale des Ponts et Chaussées, une vision locale prédomine, alors même que se constitue l'essentiel de ce qui deviendra le réseau routier français. La limita [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages



Médias de l’article

Électricité : complémentarité des besoins

Électricité : complémentarité des besoins
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Desserte d'un territoire par un réseau : variantes

Desserte d'un territoire par un réseau : variantes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Organisation de l'espace par un réseau en fonction du temps

Organisation de l'espace par un réseau en fonction du temps
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

  • : ingénieur des Arts et manufactures, docteur d'état ès lettres et sciences humaines, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, université de Paris-XII, chef de département à l'École nationale des ponts et chaussées

Classification


Autres références

«  RÉSEAUX, philosophie de l'organisation  » est également traité dans :

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Visages du capitalisme contemporain »  : […] Le capitalisme d'aujourd'hui n'a plus guère à voir avec celui des années 1970. À nouveau, le temps a fait son œuvre. Au cours de ces toutes dernières décennies, le fait le plus marquant est la montée en puissance des marchés financiers. Les actionnaires retrouvent un pouvoir longtemps délaissé et, au nom de la gouvernance de l'entreprise, ils savent faire pression pour rentabiliser au mieux et […] Lire la suite

COMMUNICATION - Les processus de la communication

  • Écrit par 
  • Robert PAGÈS
  •  • 6 240 mots

Dans le chapitre « Les réseaux de communication »  : […] L'étude des réseaux de communication est au fond une psychosociologie écologique de la communication : elle porte sur les conditions de milieu dans lesquelles la communication s'exerce ; elle est née d'une traduction en termes de graphes (liaisons graphiques entre éléments d'ensembles de points) des idées de Kurt Lewin (1936) sur une «  psychologie topologique » qui séparait des régions psycholog […] Lire la suite

ENTREPRISE - Gouvernance d'entreprise

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Le système germano-nippon »  : […] Le système germano-nippon se révèle plus consensuel que le précédent. Il accorde, en effet, davantage de pouvoir aux parties prenantes autres que les actionnaires, notamment aux salariés et aux banques et apparaît principalement régulé soit par des mécanismes internes, soit par des réseaux (réseaux d'administrateurs, relations interentreprises). Il semble, a priori, offrir une meilleure capacité […] Lire la suite

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 538 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Études de laboratoire et « acteurs-réseaux » »  : […] Un autre courant, issu directement de la critique de la sociologie fonctionnaliste, viendra irriguer la sociologie des sciences des années 1980. Il s'agit de « l'ethnométhodologie », programme de recherche inauguré par Harold Garfinkel au milieu des années 1960 et qui met l'accent sur l'observation précise des nombreuses interactions entre agents sociaux qui construisent à chaque instant la soc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel DUPUY, « RÉSEAUX, philosophie de l'organisation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reseaux-philosophie-de-l-organisation/