RÉSEAUX, philosophie de l'organisation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Électricité : complémentarité des besoins

Électricité : complémentarité des besoins
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Desserte d'un territoire par un réseau : variantes

Desserte d'un territoire par un réseau : variantes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Organisation de l'espace par un réseau en fonction du temps

Organisation de l'espace par un réseau en fonction du temps
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


La science des réseaux au XXe siècle : de l'électricité à l'informatique

Hors des domaines précités, champs historiques d'application du concept de plus en plus larges (par exemple, on passe aisément des réseaux de chemins de fer aux réseaux de tramways et aux réseaux d'autobus, des réseaux d'eau aux réseaux de gaz, d'éclairage public, d'air comprimé, de chauffage urbain, etc.), on peut citer des secteurs de connaissance plus particuliers où le concept du réseau s'est avéré ou s'avère utile. Dans certains cas, l'utilisation du mot réseau relève principalement de l'acception morphologique. Les réseaux de diffraction désignent des dispositifs comportant des lignes régulièrement espacées de façon à produire des effets de diffraction de la lumière ou d'ondes électromagnétiques. Les réseaux cristallins fournissent une typologie raisonnée de la disposition des ions ou des atomes à l'intérieur de certains corps cristallisés.

Dans d'autres cas, la définition combine l'agencement topologique et une notion de circulation. En général, on peut alors déceler une filiation du concept de réseau à partir de l'utilisation médicale et/ou de la représentation hydraulique. L'exemple le plus net est sans doute celui des réseaux électriques. La définition du réseau électrique est établie depuis la fin du xixe siècle. Elle repose sur l'identification d'éléments de base (résistance, inductance, capacitance), concrets ou abstraits, reliés entre eux par des conducteurs et répartis en plusieurs circuits. Cette définition s'est révélée très féconde en électricité. Combinée à des lois de conservation ou de déperdition, elle a donné naissance à une véritable théorie des réseaux qui a elle-même inspiré directement ou par analogie d'autres utilisateurs du concept de réseau dans le domaine des télécommunications, de la thermodynamique (échanges thermodynamiques en réseaux).

Enfin, depuis quelques décennies, la notion d'information réinvestit la vieille métaphore du réseau. C'est d'abord l'image du tissu, des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

  • : ingénieur des Arts et manufactures, docteur d'état ès lettres et sciences humaines, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, université de Paris-XII, chef de département à l'École nationale des ponts et chaussées

Classification


Autres références

«  RÉSEAUX, philosophie de l'organisation  » est également traité dans :

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Visages du capitalisme contemporain »  : […] Le capitalisme d'aujourd'hui n'a plus guère à voir avec celui des années 1970. À nouveau, le temps a fait son œuvre. Au cours de ces toutes dernières décennies, le fait le plus marquant est la montée en puissance des marchés financiers. Les actionnaires retrouvent un pouvoir longtemps délaissé et, au nom de la gouvernance de l'entreprise, ils savent faire pression pour rentabiliser au mieux et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-sociologie/#i_94460

COMMUNICATION - Les processus de la communication

  • Écrit par 
  • Robert PAGÈS
  •  • 6 240 mots

Dans le chapitre « Les réseaux de communication »  : […] L'étude des réseaux de communication est au fond une psychosociologie écologique de la communication : elle porte sur les conditions de milieu dans lesquelles la communication s'exerce ; elle est née d'une traduction en termes de graphes (liaisons graphiques entre éléments d'ensembles de points) des idées de Kurt Lewin (1936) sur une «  psychologie topologique » qui séparait des régions psycholog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-les-processus-de-la-communication/#i_94460

ENTREPRISE - Gouvernance d'entreprise

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Le système germano-nippon »  : […] Le système germano-nippon se révèle plus consensuel que le précédent. Il accorde, en effet, davantage de pouvoir aux parties prenantes autres que les actionnaires, notamment aux salariés et aux banques et apparaît principalement régulé soit par des mécanismes internes, soit par des réseaux (réseaux d'administrateurs, relations interentreprises). Il semble, a priori, offrir une meilleure capacité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-gouvernance-d-entreprise/#i_94460

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 538 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Études de laboratoire et « acteurs-réseaux » »  : […] Un autre courant, issu directement de la critique de la sociologie fonctionnaliste, viendra irriguer la sociologie des sciences des années 1980. Il s'agit de « l'ethnométhodologie », programme de recherche inauguré par Harold Garfinkel au milieu des années 1960 et qui met l'accent sur l'observation précise des nombreuses interactions entre agents sociaux qui construisent à chaque instant la soc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sociologie/#i_94460

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel DUPUY, « RÉSEAUX, philosophie de l'organisation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reseaux-philosophie-de-l-organisation/