Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉSEAUX, philosophie de l'organisation

Les réseaux d'eau et d'assainissement, premiers réseaux urbains

Est-ce parce que les services de l'eau potable et de l'assainissement impliquent le mouvement de fluides ? Est-ce parce que des rapprochements scientifiques eurent lieu très tôt entre l'étude de la circulation sanguine et celle des flux hydrauliques ? Toujours est-il que l'histoire fait mûrir le concept de réseau un peu plus rapidement chez les ingénieurs hydrauliciens que chez les ingénieurs routiers ou militaires.

Initialement, pourtant, on traite non de réseau mais de « lignes » d' eau ou de « lignes » d'égout. La ligne d'eau apporte le liquide pur depuis sa source jusqu'à la fontaine. La ligne d'égout évacue les eaux pluviales souillées des déchets de la rue vers la rivière. Ce principe consistant à considérer des lignes est largement dominant à la fin du xviiie siècle lorsqu'on commence à se soucier sérieusement de la salubrité des villes. Il ne faudra qu'une cinquantaine d'années pour qu'adoptent le terme (et le concept) de réseau ceux qui doivent assurer aux grandes villes de l'époque le service des eaux et des égouts.

Sans entrer dans le détail d'une histoire qui commence à être mieux connue, on peut dessiner à grands traits cette évolution.

Pour l'eau, il y eut d'abord la nécessité de délivrer l'eau potable dans les différents quartiers, donc de subdiviser le débit provenant de la source tout en assurant la pression nécessaire aux différents points de distribution. Le principe adopté est alors, schématiquement, celui de la distribution en arbre : conduites principales, secondaires... Mais l'utilisation de plusieurs sources d'alimentation et les problèmes d'équilibrage obligent à tempérer ce principe par un minimum de mise en relation des racines, des branches entre elles, conduisant à un maillage du « réseau » qui devra être pris en compte pour le dimensionnement des canalisations.

Pour les égouts, les préoccupations de nettoyage hydraulique des rues amènent à combiner les lignes d'égout pour les adapter au maillage viaire. En même temps, toujours pour le dimensionnement des nouveaux égouts à construire, les ingénieurs devront travailler à l'échelle du bassin versant, unité hydrologiquement pertinente, que l'on devra considérer comme desservie par un ensemble de lignes d'égout connectées entre elles. Là encore, la figure dominante est celle de l'arbre, de l'égout secondaire au collecteur principal puis à l'émissaire, mais des liaisons transversales, des collecteurs de ceinture viennent mailler le système et renforcer sa topologie de réseau.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ingénieur des Arts et manufactures, docteur d'état ès lettres et sciences humaines, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, université de Paris-XII, chef de département à l'École nationale des ponts et chaussées

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Électricité : complémentarité des besoins

Électricité : complémentarité des besoins

Desserte d'un territoire par un réseau : variantes

Desserte d'un territoire par un réseau : variantes

Organisation de l'espace par un réseau en fonction du temps

Organisation de l'espace par un réseau en fonction du temps

Autres références

  • CAPITALISME - Sociologie

    • Écrit par Michel LALLEMENT
    • 3 521 mots
    • 2 médias
    ...Chiapello dans Le Nouvel Esprit du capitalisme (1999), le capitalisme d'aujourd'hui fonctionne à l'aide de deux ingrédients originaux. Les réseaux d'abord. La sous-traitance, les alliances stratégiques, les coopérations en étoile..., voilà autant de formes contemporaines d'un capitalisme...
  • COMMUNICATION - Les processus de la communication

    • Écrit par Robert PAGÈS
    • 6 234 mots
    L'étude des réseaux de communication est au fond une psychosociologie écologique de la communication : elle porte sur les conditions de milieu dans lesquelles la communication s'exerce ; elle est née d'une traduction en termes de graphes (liaisons graphiques entre éléments d'ensembles...
  • ENTREPRISE - Gouvernance d'entreprise

    • Écrit par Gérard CHARREAUX
    • 4 761 mots
    ...que le précédent. Il accorde, en effet, davantage de pouvoir aux parties prenantes autres que les actionnaires, notamment aux salariés et aux banques et apparaît principalement régulé soit par des mécanismes internes, soit par des réseaux (réseaux d'administrateurs, relations interentreprises). Il semble,...
  • SCIENCES - Sociologie

    • Écrit par Yves GINGRAS
    • 5 557 mots
    • 2 médias
    ...1980, à l'ensemble des interactions sociales impliquant des objets par les sociologues Michel Callon, Bruno Latour et John Law qui proposent l'approche dite de « l'acteur-réseau », consistant à décrire la façon dont les liens sont créés entre les humains et les choses. Ainsi, la « découverte » de l'électron...

Voir aussi