COMMUNICATIONLes processus de la communication

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évolution qui a marqué les problèmes de la communication dans le monde contemporain s'inscrit dans la terminologie, elle-même reflet de la conceptualisation. En français comme en anglais, tend à se constituer une opposition entre deux sens du mot « communication » : celui de possibilité de passage ou de transport entre deux points (on parle alors de voies de communication) ; celui de transmission supposée au moins réciproque des messages et de leurs significations.

Cette interférence sémantique n'est pas fortuite et n'est pas, en français, un « anglicisme ». En fait, la communication de signes se substitue en partie au transfert de personnes et de choses par un allégement caractéristique. Chaque message peut alors se définir comme une combinaison de signes en tant que référés à une signification selon un certain code. Qu'il faille parler de code suppose toujours un minimum d'arbitraire ou de « convention » qui réside au moins dans le choix du type de signes, même s'ils peuvent être dits analogiques. Une photographie ou des séquences animées de photos projetées supposent l'apprentissage d'un décodage, c'est-à-dire, pour le moins, de la signification des conditions d'isolement et de présentation de certains types d'images et de la sélection exclusive qu'elles font ou ont l'air de faire de certaines propriétés. La valeur intérimaire d'une photo par rapport à son modèle, la signification de l'échange de photos sont des objets de l'étude de la communication. Pour être rendu disponible par des processus héréditaires, tel ou tel signal animal n'en est pas moins susceptible d'un arbitraire qui requiert éventuellement apprentissage et, en tout cas, se prête à des aménagements particuliers en fonction d'expériences particulières, pas nécessairement spécifiques, c'est-à-dire communes à l'espèce. Toute communication suppose donc une source, distincte ou non d'un émetteur ou communicateur qui code dans un message la signification issue de la source, quelle que soit la nature matérielle du code utilisé : signaux acoustiques, vocaux ou non, signaux optiques, signaux directs non permanents (gestes, éclairs) ou au contraire fixés en enregistrements ou documents (écriture, photographie, cinéma, etc.). Le message ainsi constitué est transmis par un support matériel, ligne ou canal de transmission vers un récepteur qui déchiffre ou décode le message dans l'état où il le reçoit (après pertes et brouillages éventuels dus au bruit) et en tire ainsi sa propre version ou signification (version du destinataire). On reconnaîtra ici le schéma élémentaire usité dans la théorie de l'information.

Le schéma de la communication

Les aspects informationnels

Cette assimilation au schéma informationnel est justifiée dans la mesure où, pour qu'il y ait communication, il faut nécessairement que les communicateurs (émetteur et récepteur) disposent de moyens d'information au sens physique et mathématique du mot, c'est-à-dire d'au moins deux éléments discriminables par un détecteur de différences (par exemple, un appareil perceptif humain ou encore une machine), et susceptibles d'être opposés dans une alternative telle que la probabilité d'apparition d'aucun des termes dans un message ne soit ni nulle ni certaine (égale à 1).

La quantité d'information disponible dans un système de formation de messages (clavier) est d'autant plus grande qu'il y a plus d'éléments discriminables (touches) et que les probabilités d'utilisation des différentes touches sont plus égales a priori et plus indépendantes dans le temps. Dans cette définition de la quantité d'information par le maximum de désordre (ou le minimum de prédétermination), on retrouve la définition de l'entropie. La formule fondamentale en est :

dans laquelle pi est la probabilité d'apparition d'un élément ou signal quelconque.

C. Shannon et W. Weaver (1949) ont insisté sur la portée explicative de la théorie et donné à leur ouvrage le titre de Théorie mathématique de la communication. Toutefois, ils ont fort bien vu la nature du rapport entre information et communication. La théorie de la communication, selon Weaver, a trois niveaux :

– un « niveau A », où se pose le problème technique : avec quelle précision les symboles de communication peuvent-ils être transmis ?

– un « niveau B », où se pose le problème sémantique : avec quelle fidélité les symboles transmis véhiculent-ils la signification [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de laboratoire de psychologie sociale, université de Paris-VII.

Classification

Autres références

«  COMMUNICATION  » est également traité dans :

COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 4 805 mots

Si le mot « communication » existe dans la langue française depuis plusieurs siècles, ce n'est pas avant la seconde moitié du xxe siècle qu'il s'installe avec force dans le discours médiatique et politique, qu'il désigne un champ d'étude et de recherche de plus en plus vaste et qu'il devient l'objet d'une conceptualisation toujours plus poussée. Les r […] Lire la suite

COMMUNICATION - Communication de masse

  • Écrit par 
  • Olivier BURGELIN
  •  • 5 285 mots
  •  • 1 média

Par communication de masse, on entend l'ensemble des techniques contemporaines qui permettent à un acteur social de s'adresser à un public extrêmement nombreux. Les principaux moyens de communication de masse ou mass media sont la presse, l'affiche, le cinéma, la radiodiffusion et la télévisio […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

L’anthropologie de la communication s’intéresse aux rapports entre le langage, la culture et la société. Elle emploie les méthodes de l’enquête ethnographique pour étudier les échanges langagiers et, de manière plus générale, les pratiques de communication. Elle envisage le langage comme une ressource culturelle dont les usages sont régis par des norme […] Lire la suite

APHASIE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc NESPOULOUS
  •  • 983 mots

Ainsi nommée en 1864 par le clinicien Armand Trousseau en opposition au terme aphémie retenu à la même époque par Paul Broca et au terme alalie proposé plusieurs décennies auparavant par Jacques Lordat, l’aphasie est un trouble de la production et (ou) de la compréhension du langage oral et (ou) écrit consécutif à une lésion cérébrale le plus souvent située dans l’hémisphère gauche du cerveau et […] Lire la suite

APPRENTISSAGE ET INTERNET

  • Écrit par 
  • Franck AMADIEU, 
  • André TRICOT
  •  • 1 197 mots

Dans le chapitre « Un nouvel environnement documentaire »  : […] Après l’invention de l’écriture, de l’imprimerie, du cinéma, de la télévision, Internet accroît de façon très importante la quantité de connaissances auxquelles nous pouvons accéder. Pourtant, dans les faits, son apport aux apprentissages est souvent limité. D’une part, des enquêtes révèlent que les usagers d’Internet ne recherchent généralement que des informations qui confirment ce qu’ils saven […] Lire la suite

ASSIMILATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Shmuel Noah EISENSTADT
  •  • 9 369 mots

Dans le chapitre « Caractéristiques principales du processus d'assimilation sociale »  : […] Il y a interaction constante entre les candidats à l'assimilation et la société d'accueil. Pour le candidat, le processus d'assimilation sociale consiste à inscrire, dans une situation nouvelle, le rôle qu'il s'est assigné. Il doit donc passer par des phases successives et étroitement liées les unes aux autres. Premièrement, il lui faut acquérir de nouveaux moyens, apprendre à user de mécanismes […] Lire la suite

ATTRIBUTION CAUSALE, psychologie sociale

  • Écrit par 
  • Olivier CORNEILLE
  •  • 961 mots

Afin de mieux comprendre et prédire leur environnement, les individus tentent régulièrement d’identifier les causes responsables d’événements physiques et de comportements sociaux. L’attribution causale concerne les processus psychologiques impliqués dans ce raisonnement. Elle peut également être entendue comme le produit de ce raisonnement (« si Jean a raté son examen, c’est parce qu’il est pare […] Lire la suite

AUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques HOCHMANN
  •  • 3 357 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Troubles de la communication »  : […] La communication non verbale est perturbée, souvent dès la naissance. L'enfant, qui a pu inquiéter ses parents, dans les premiers mois de sa vie, en ne réagissant pas lorsqu'on s'approchait de lui pour le prendre dans les bras, en restant mou (« comme un sac de pommes de terre », disait Kanner) ou, au contraire, hypertonique, en ne regardant pas le visage de sa mère, en ne souriant pas, tarde à d […] Lire la suite

AUTISME (PRISE EN CHARGE DE L')

  • Écrit par 
  • Marie-Ève HOFFET
  •  • 2 659 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les prises en charge d'inspiration cognitive »  : […] Comme ce sont des difficultés de décodage des signaux et de contrôle émotionnel qui entraînent un déficit dans les apprentissages des autistes, les thérapies cognitives cherchent à aider la personne autiste à percevoir et à organiser les informations issues des sens et de l'expérience relationnelle pour lui permettre d'entrer en communication avec les personnes qui l'entourent. La reconstruction […] Lire la suite

BATESON GREGORY (1904-1980)

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 3 288 mots

Dans le chapitre « La cérémonie du « naven » et l'exercice épistémologique »  : […] À partir de 1927, Gregory Bateson entreprend une série d'enquêtes ethnologiques en Nouvelle-Guinée, entrecoupées de retours à Cambridge. Il passera en tout près de quatre années à étudier les populations de la région du fleuve Sépik et c'est là, autour de Noël 1932, à Amburti, qu'il rencontra le couple d'anthropologues formé par Reo Fortune et Margaret Mead. De cette période naîtra un livre admir […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-27 décembre 2018 Canada – Chine. Arrestation d'une dirigeante du géant chinois des télécommunications Huawei.

Le 1er, la directrice financière du géant chinois des technologies de la communication Huawei, Meng Wanzhou, qui est également la fille du fondateur du groupe, est arrêtée lors d’une escale à Vancouver, à la demande des États-Unis qui la soupçonnent de violation des sanctions américaines contre l’Iran et réclament son extradition. Les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni ont exclu Huawei du développement des réseaux 5G sur leur territoire pour des raisons liées à la sécurité nationale. […] Lire la suite

7-20 juillet 2011 Royaume-Uni. Scandale des écoutes illégales menées par « News of the World »

Il affirme par ailleurs n'être pas intervenu dans le processus de décision relatif au rachat de BSkyB.  […] Lire la suite

1er-12 août 2007 Libye – France. Révélation sur les conditions de la libération des infirmières bulgares

De son côté, le gouvernement britannique dément tout lien entre ces libérations et le processus judiciaire en cours en Écosse concernant le Libyen emprisonné. Le 2 également, les autorités libyennes confirment l'existence de deux contrats d'armement avec le groupe aéronautique et de défense européen E.A.D.S., dont l'État français est actionnaire, l'un portant sur des missiles antichars Milan, l'autre sur un système Tetra de communication radio. […] Lire la suite

14-28 mai 1986 France. Annonce de la privatisation de T.F.1

Le 14, François Léotard, ministre de la Culture et de la Communication, présente les grandes lignes du projet de loi sur la communication. Il annonce que T.F.1 sera la première chaîne à être privatisée, car elle produit moins que Antenne 2, qui restera la chaîne de référence ; quant à F.R.3, sa privatisation reste à l'étude. François Léotard annonce également la prochaine suppression de la taxe sur les magnétoscopes, malgré les problèmes de financement soulevés par la réforme, et précise la composition et le rôle de la Commission nationale de la communication et des libertés (C. […] Lire la suite

20 septembre 1983 France. Restructuration dans l'industrie électronique

Au terme du processus de regroupement, qui suscite de nombreuses réserves, Thomson concentrera son activité sur l'électronique « grand public », le secteur militaire et les composants, tandis que la C.G.E. développera ses positions dans les industries de la communication, appelées à une forte extension : bureautique, activités spatiales, téléphonie, télévision par câbles, etc. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert PAGÈS, « COMMUNICATION - Les processus de la communication », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-les-processus-de-la-communication/