Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉSEAUX, philosophie de l'organisation

Réseau et connexions

Le pouvoir organisateur du réseau n'est donc pas du côté de la structure. Il est, on l'a dit, d'abord du côté de la différenciation. Mais, en même temps, le réseau organise en connectant. La connexité est la vraie nature du réseau. Il en tire toute sa puissance d'organisation. Si l'on ne craignait d'abuser des néologismes, il vaudrait mieux parler de connectivité du réseau, ou mieux encore de connectibilité. Il s'agit de cette capacité du réseau de réaliser un grand nombre de liaisons, fussent-elles éphémères, entre les éléments, les points qui en font partie. Dans l'organisation du réseau règnent des mailles, des boucles, des redondances de toutes sortes. L'exemple le plus frappant est emprunté à la biologie. Les chercheurs qui travaillent sur le cerveau humain font appel à une théorie des réseaux de neurones. Selon cette théorie, les neurones lanceraient, au hasard, des connexions vers d'autres neurones (par l'intermédiaire de protéines). Ces connexions sont, au moins au départ, foisonnantes et labiles. Elles donnent le maximum de chances de liaisons entre les différents neurones du cerveau mais en général ne durent guère. Toutefois, dans certains cas, la connexion peut perdurer par stabilisation de la protéine. Or il semble bien établi que cette stabilisation sélective de certaines synapses intervient du  

fait du fonctionnement global du réseau. Il y a en quelque sorte autoconstruction d'une cohérence d'ensemble du réseau. Faut-il parler d'auto-organisation ? En tout cas, c'est le pouvoir de connexion qui progressivement organise les neurones en un réseau au fonctionnement intelligent.

On pourrait prendre d'autres exemple en biologie, revenir au cas déjà présenté des réseaux d'automates ou évoquer le cas des réseaux de transport dont le pouvoir dit « structurant » découle justement de leur « connectibilité ».

L'organisation en réseau est donc très particulière puisqu'elle relève moins d'un pouvoir que d'un potentiel. De plus, ce potentiel doit toujours être référé à une certaine échelle spatio-temporelle. En effet, il n'est pas indifférent que les connexions permises par le réseau puissent s'effectuer de façon strictement locale, ou de façon étendue à l'ensemble des éléments, et que leur combinatoire puisse être explorée, même très ponctuellement en un temps limité par rapport à l'échelle des acteurs humains. Les centraux téléphoniques illustrent parfaitement cette considération. Il est certain que le réseau téléphonique n'aurait jamais pu jouer le rôle extraordinaire qui est le sien dans les sociétés modernes si des évolutions techniques successives n'étaient parvenues à résoudre le problème des connexions du réseau, c'est-à-dire de la commutation, dans des conditions spatiales et temporelles acceptables. Organisateur de la différence par la connexion, le réseau est de fait gestionnaire du collectif. Dès qu'un acteur social, planificateur saint-simonien ou « opérateur » moderne, a en charge le fonctionnement du réseau, il doit maintenir un difficile équilibre entre la sauvegarde de toutes les possibilités offertes par la complexité intrinsèque du réseau, d'où provient le véritable pouvoir organisateur, et une forme minimale de gestion collective nécessaire au moins pour inscrire le réseau dans l'espace-temps social. Concrètement, c'est le problème des réseaux de télévision où l'informateur doit viser non un interlocuteur mais un public ; du réseau de métro qui ignore qui sont, où vont et d'où viennent ses voyageurs ; du réseau d'électricité qui ne peut distinguer à chaque instant dans les mégawatts qui circulent sur une ligne à haute tension les électrons de l'électricité « nucléaire » et les autres, ni ceux qui fournissent l'énergie aux industriels[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ingénieur des Arts et manufactures, docteur d'état ès lettres et sciences humaines, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, université de Paris-XII, chef de département à l'École nationale des ponts et chaussées

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Électricité : complémentarité des besoins

Électricité : complémentarité des besoins

Desserte d'un territoire par un réseau : variantes

Desserte d'un territoire par un réseau : variantes

Organisation de l'espace par un réseau en fonction du temps

Organisation de l'espace par un réseau en fonction du temps

Autres références

  • CAPITALISME - Sociologie

    • Écrit par Michel LALLEMENT
    • 3 521 mots
    • 2 médias
    ...Chiapello dans Le Nouvel Esprit du capitalisme (1999), le capitalisme d'aujourd'hui fonctionne à l'aide de deux ingrédients originaux. Les réseaux d'abord. La sous-traitance, les alliances stratégiques, les coopérations en étoile..., voilà autant de formes contemporaines d'un capitalisme...
  • COMMUNICATION - Les processus de la communication

    • Écrit par Robert PAGÈS
    • 6 234 mots
    L'étude des réseaux de communication est au fond une psychosociologie écologique de la communication : elle porte sur les conditions de milieu dans lesquelles la communication s'exerce ; elle est née d'une traduction en termes de graphes (liaisons graphiques entre éléments d'ensembles...
  • ENTREPRISE - Gouvernance d'entreprise

    • Écrit par Gérard CHARREAUX
    • 4 761 mots
    ...que le précédent. Il accorde, en effet, davantage de pouvoir aux parties prenantes autres que les actionnaires, notamment aux salariés et aux banques et apparaît principalement régulé soit par des mécanismes internes, soit par des réseaux (réseaux d'administrateurs, relations interentreprises). Il semble,...
  • SCIENCES - Sociologie

    • Écrit par Yves GINGRAS
    • 5 557 mots
    • 2 médias
    ...1980, à l'ensemble des interactions sociales impliquant des objets par les sociologues Michel Callon, Bruno Latour et John Law qui proposent l'approche dite de « l'acteur-réseau », consistant à décrire la façon dont les liens sont créés entre les humains et les choses. Ainsi, la « découverte » de l'électron...

Voir aussi