CONGO RÉPUBLIQUE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique du Congo (CG)
Chef de l'ÉtatDenis Sassou-Nguesso (depuis le 25 octobre 1997)
Chef du gouvernementAnatole Collinet Makosso (depuis le 18 mai 2021)
CapitaleBrazzaville
Langue officiellefrançais 2
Note : Les langues d'usage sont le lingala et le monokutuba
Unité monétairefranc CFA
Population5 759 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)342 000

Histoire contemporaine

Les débuts de l'implantation française (1880-1931)

L'histoire de la colonisation du Congo se confond d'abord avec celle des explorations de Pierre Savorgnan de Brazza. Remontant l'Ogooué, puis l'Alima, Brazza, après avoir fondé le poste de Franceville, pénètre par la Lefini jusqu'au fleuve Congo et atteint M'Bé, capitale du roi Makoko, chef politique et religieux des Batéké. Les deux hommes signent un traité d'amitié le 10 septembre 1880. C'est à cette date que commence véritablement l'époque coloniale pour le territoire qui, quatre-vingts ans plus tard, constituera la République du Congo-Brazzaville. Après avoir confié au sergent Malamine, que sa rencontre avec Stanley rendra à jamais célèbre, la station de N'Kouma qu'il vient de créer, Brazza se dirige vers l'Océan par le bassin du Niari. Mais c'est un autre marin, le lieutenant de vaisseau Cordier, qui reconnaîtra la région du Kouilou-Niari, en 1883, et négociera un traité établissant la souveraineté de la France sur le royaume de Loango, avec le Ma-Loango, principal chef des Vili.

Colonisation du Congo, début du XXe siècle

Photographie : Colonisation du Congo, début du XXe siècle

Investis d'une mission civilisatrice, les colonisateurs européens ont très vite catégorisé et hiérarchisé les groupes sociaux africains qu'ils rencontraient. Ici, au Congo vers 1900. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Savorgnan de Brazza

Photographie : Savorgnan de Brazza

L'explorateur français Pierre Savorgnan de Brazza (1852-1905) en 1882, dans la tenue indigène de ses expéditions au Congo, et en 1905, au retour d'une inspection dans ce même Congo. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Dans cette partie du Continent noir, la France se heurte à la fois au Portugal dont les navigateurs ont, quatre siècles plus tôt, reconnu les bouches du Congo, et à la Belgique, plus exactement au roi Léopold II, animateur de l'Association internationale africaine, établie sur la rive méridionale du Stanley Pool. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, la pénétration militaire s'effectue très lentement, à la fois le long de la piste Loango-Brazzaville et, vers le nord, le long du fleuve Congo et de ses affluents. Quelques tribus, dont celle des Bakota, opposent une sérieuse résistance à l'avance des colonnes françaises. Et, en 1913 encore, l'administration coloniale doit réduire un soulèvement important dans la région de la haute Likouala.

Léopold II

Photographie : Léopold II

Léopold II (1835-1909), roi des Belges depuis 1865, ici vers 1880. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Guerrier congolais

Photographie : Guerrier congolais

Guerrier congolais vers 1910. 

Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Longtemps, le Congo fut considéré comme une simple marche du Gabon. C'est une loi du 17 décembre 1882 qui fonda la colonie du Congo français, où Brazza fut nommé commissaire du gouvernement (à cette époque, le territoire comprenait le Gabon et le Congo). Quatre ans plus tard, le 27 février 1886, le Gabon et le Congo sont séparés, mais restent placés sous l'autorité unique de Savorgnan de Brazza, l'un de ses compagnons, Noël Ballay, futur gouverneur général de l'Afrique-Occidentale française (A.-O.F.), devenant lieutenant-gouverneur du Congo. Brazza demeurera commissaire général du gouvernement jusqu'en 1897.

Le 29 décembre 1903, la colonie prend le nom de territoire du Moyen-Congo. En 1910, elle devient une des quatre colonies fédérées au sein de l'Afrique-Équatoriale française (A.-É.F.). Les traités de 1918 restituèrent au Congo ses frontières d'avant 1911. En effet, par le traité du 4 novembre 1911, le gouvernement français avait cédé à l'Allemagne une vaste portion de territoire, militairement reconquis sur le Cameroun dès 1915. Il faudra attendre 1923 pour que les derniers militaires remettent à des civils les postes administratifs.

L'administration de Savorgnan de Brazza fut marquée par de graves difficultés nées de l'implantation dans cette région de grandes compagnies concessionnaires, héritières directes des compagnies à charte de l'Ancien Régime. Détenant à une certaine époque jusqu'à 95 p. 100 de la superficie de la colonie, elles se livrèrent à un véritable pillage des ressources naturelles, sans aucun souci de préparer l'avenir, multipliant parfois les exactions à l'encontre des Africains. À la suite des efforts personnels de Brazza, placé à la tête d'une commission d'enquête, ces compagnies durent en 1911 renoncer à leurs droits sur 30 000 km2 (le Congo en couvre 340 000) et ne conservèrent de pleine propriété que 3 800 km2.

Une dizaine d'années après le scandale des compagnies concessionnaires devait éclater celui du chemin de fer Congo-Océan (C.F.C.O.) dont la construction aurait, dit-on « coûté un homme par traverse ». Commencé en 1921 par le gouverneur général Augagneur, inauguré en 1934 par le gouverneur général Antonetti, le C.F.C.O. reste une des réalisations africaines de la France qui ont soulevé le plus grand nombre de polémiques ; son achèvement coïncide avec l'entrée du Congo dans le monde moderne.

La naissance [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Congo (République du) : carte physique

Congo (République du) : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Congo (République du) : drapeau

Congo (République du) : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Éléphants dans le Parc national d'Odzala, République du Congo

Éléphants dans le Parc national d'Odzala, République du Congo
Crédits : Education Images/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Congo : milieux et ressources

Congo : milieux et ressources
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef de la rubrique Afrique noire au journal Le Monde, rédacteur en chef de La Revue française d'études politiques africaines
  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques, Centre d'étude d'Afrique noire, Bordeaux
  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  CONGO RÉPUBLIQUE DU  » est également traité dans :

CONGO RÉPUBLIQUE DU, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AFRIQUE-ÉQUATORIALE FRANÇAISE (A.-É.F.)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 496 mots

Jusqu'en 1883, les possessions françaises d'Afrique équatoriale ont été administrées par un officier de marine portant le titre de commandant supérieur des Établissements français du golfe de Guinée. Le 16 décembre 1883, l'administration du Gabon est détachée de celle de la Guinée. Par un arrêté du 11 décembre 1888, le Gabon est réuni au Moyen-Congo. Deux lieutenants-gouverneurs administrent, l'un […] Lire la suite

BAKOTA ou KOTA

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 407 mots

Population bantoue, du groupe nord-ouest, les Bakota (ou Kota, singulier Mukota) constituent une des populations forestières du Gabon, comme les Fang, leurs voisins, avec lesquels ils partagent de nombreux traits. Au nombre d'environ 44 000, ils sont dispersés dans l'est du Gabon et au Congo, de l'Ogooué-Ivindo au Niari. Venus du Nord, ils ont migré par les interfluves il y a quelques siècles. On […] Lire la suite

BRAZZA PIERRE SAVORGNAN DE (1852-1905)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 438 mots
  •  • 1 média

Explorateur et colonisateur français, d'origine italienne. Élève de l'École navale à titre étranger (1868), Pierre Savorgnan de Brazza prend part à la guerre de 1870-1871 dans la marine française et demande sa naturalisation qu'il obtiendra en 1874. À l'issue d'une croisière au large des côtes du Gabon (1873-1874), il sollicite et obtient l'autorisation d'explorer l'Ogooué. Au cours d'une première […] Lire la suite

BRAZZAVILLE

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 681 mots
  •  • 1 média

Capitale de la république du Congo, Brazzaville est située en bordure du Pool Malebo (ex-Stanley Pool), à l'amont des rapides de Kintambo, premiers d'une série de chutes et de rapides qui interdisent la navigation sur le cours inférieur du Congo. Elle partage avec Kinshasa une position stratégique de première importance au point de rupture de charge entre le réseau navigable du Congo et de ses a […] Lire la suite

CONGO, fleuve et bassin

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER, 
  • Gilles SAUTTER
  •  • 4 582 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un fleuve utile »  : […] De tout temps, le Congo et ses principaux affluents ont été le lieu d'une pêche active. Les barrages et les nasses mis en place en plein courant, dans les rapides, par les Wagenia des chutes Tshungu, ou les Manyanga installés à une centaine de kilomètres en aval du Pool Malébo, apparaissent spectaculaires. Mais seuls les biefs calmes, où les eaux s'étalent, permettant aux poissons de se nourrir d […] Lire la suite

MASSAMBA-DEBAT ALPHONSE (1921-1977)

  • Écrit par 
  • Christian COULON
  •  • 530 mots

Président de la République du Congo de 1963 à 1968, Alphonse Massamba-Debat est né à Nkolo, dans la région de Boko. Formé d'abord dans une école protestante, il poursuit ses études à l'école primaire supérieure de Brazzaville puis à l'école des cadres de l'Afrique-Équatoriale française. Il sert comme instituteur puis comme directeur d'école au Moyen-Congo avant de partir pour le Tchad, où il résid […] Lire la suite

M'BOCHI

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 266 mots

Population bantoue, localisée le long du cours inférieur et moyen de l'Alima, au nord de la république du Congo. Au nombre de 480 000 dans les années 2000, les M'Bochi (ou M'Boschi) sont répartis en une douzaine de fractions. Originaires de l'Est, ils ont migré vers leur habitat actuel il y a huit ou neuf générations, et la prise de conscience de leur unité ne remonte qu'au début du xx e siècle. […] Lire la suite

NGOUABI MARIEN (1938-1977)

  • Écrit par 
  • Brigitte NOUAILLE-DEGORCE
  •  • 632 mots

Marien Ngouabi, président de la République populaire du Congo, assassiné le 18 mars 1977, apparaissait comme un homme sincère, intègre et même austère. Idéologue rejetant la notion d'un socialisme typiquement africain, le commandant Ngouabi prônait un socialisme scientifique marxiste-léniniste. Reconnaissant le principe de la lutte des classes, il entendait, par une première étape révolutionnaire […] Lire la suite

POINTE-NOIRE

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 235 mots
  •  • 1 média

Deuxième ville de la république du Congo, Pointe-Noire a été fondée en 1921, en raison des qualités maritimes de la baie, lorsqu'il fallut fixer un terminus maritime à la voie ferrée Congo-Océan entre Brazzaville et l'océan Atlantique. La construction de la ligne, celle de la ville, puis les activités portuaires attirèrent des milliers de ruraux en quête d'un emploi. Si Pointe- Noire ne comptait e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 février 2022 Belgique. Remise de l'inventaire des œuvres d'art d'origine congolaise acquises abusivement.

Ceux dont l’acquisition abusive au cours de la période coloniale est déjà reconnue – une petite minorité – devraient être restitués à la République démocratique du Congo (RDC). La provenance de dizaines de milliers d’autres fait encore l’objet d’analyses. En janvier, le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi reconnaissant le caractère aliénable des biens liés au passé colonial de l’État belge et déterminant un cadre juridique pour leur restitution. […] Lire la suite

19 novembre 2021 Belgique – République démocratique du Congo. Publication de l'enquête « Congo Hold-up ».

Le 19, les quotidiens Le Soir et De Standaard présentent l’enquête « Congo Hold-up » initiée par le site d’information Mediapart et la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF), et conduite par dix-neuf médias et cinq ONG de dix-huit pays. Celle-ci révèle comment la Banque gabonaise et française internationale (BGFI), basée au Gabon, a été utilisée pour détourner des fonds publics et des ressources naturelles de la République démocratique du Congo (RDC), principalement au profit de Joseph Kabila et de ses proches. […] Lire la suite

21-22 mars 2021 République du Congo. Réélection de Denis Sassou-Nguesso à la présidence.

Le 21, le président Denis Sassou-Nguesso, candidat du Parti congolais du travail (PCT), est réélu dès le premier tour de scrutin avec 88,4 % des suffrages. Son principal opposant Guy-Brice Parfait Kolélas, candidat de l’Union des démocrates humanistes (UDH), recueille 8 % des voix. Le principal parti d’opposition, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) de Pascal Lissouba, avait appelé au boycottage du scrutin. […] Lire la suite

22 février 2021 République démocratique du Congo. Mort de l'ambassadeur d'Italie dans une embuscade.

L’ambassadeur d’Italie à Kinshasa, Luca Attanasio, ainsi que son garde du corps et un chauffeur, sont tués dans une embuscade au nord de Goma, la capitale du Nord-Kivu, dans l’est du pays. Il accompagnait une délégation du Programme alimentaire mondial (PAM), une agence de l’ONU. Quarante-cinq groupes armés sont recensés dans la région, qui tirent profit d’enlèvements et de divers trafics. […] Lire la suite

2 janvier 2021 France – République démocratique du Congo. Mise en examen de l'ex-chef de guerre congolais Roger Lumbala.

L’ancien seigneur de la guerre congolais Roger Lumbala, arrêté à Paris fin décembre 2020, est mis en examen pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de crimes contre l’humanité » et « complicité de crimes contre l’humanité ». Il est accusé d’exactions, notamment de massacres de civils, commises entre 2000 et 2003 dans le nord-est de son pays, alors qu’il dirigeait la rébellion du Rassemblement congolais pour la démocratie-National. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DECRAENE, Roland POURTIER, Patrick QUANTIN, Gilles SAUTTER, « CONGO RÉPUBLIQUE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-du-congo/