VILI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondateurs du royaume de Loango, les Vili (appelés aussi Bavili) sont une population bantou du groupe centre-occidental ; leur langue appartient à la même famille que le kikongo. Ils occupent la plaine côtière, au nord et au sud de Pointe-Noire, du cap Sainte-Catherine à la rivière Chiloango, partagée entre le Gabon, le Congo et Cabinda. Venus du Sud, les Vili étaient à l'origine des dépendants du royaume du Kongo dont ils s'affranchirent définitivement au xvie siècle. Ils bâtirent donc un puissant État qui jouait le rôle d'intermédiaire, entre l'intérieur et les Européens, pour la traite des esclaves et de l'ivoire. Leur activité commerçante s'appuyait sur la traite avec les Européens, mais aussi sur l'artisanat et la production de sel.

Aujourd'hui, les Vili sont en partie urbanisés, mais ils continuent à jouer un rôle important dans la vie économique de la région, surtout au Congo. En zone rurale, ils sont agriculteurs, cultivant le manioc, les patates douces, le riz et le tabac, ou pêcheurs sur la côte. Leur organisation sociale repose sur la filiation en ligne maternelle. La polygynie est pratiquée. Les associations traditionnelles, liées au culte des ancêtres comme le Mbouiti ou le Bieri, survivent partiellement. De la stratification sociale traditionnelle sont issues les inégalités économiques d'aujourd'hui, l'ancienne aristocratie s'étant en grande partie reconvertie en classe d'entrepreneurs et de commerçants. Cette capacité d'adaptation s'était déjà manifestée dans le passé, à travers les transformations et les évolutions qu'avait subies la société vili au cours de son histoire précoloniale.

—  Roger MEUNIER

Écrit par :

  • : chargé de cours à l'université de Paris-VIII, assistant de recherche à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  VILI  » est également traité dans :

CONGO RÉPUBLIQUE DU

  • Écrit par 
  • Philippe DECRAENE, 
  • Roland POURTIER, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Gilles SAUTTER
  •  • 12 267 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Un régime plus policier que militaire sous Sassou Nguesso (1979-1991) »  : […] Durant les mois qui suivent, le nouveau président du comité central assoit son pouvoir en disqualifiant ses adversaires. Une commission d'enquête dénonce l'enrichissement de Yhombi Opango, qui est emprisonné, ainsi que les autres membres du C.M.P. appartenant à son groupe ethnique (kouyou). À l'égard de Thystère Tchicaya, l'intimidation militaire est utilisée. En juillet 1979, une nouvelle Constit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-du-congo/#i_34589

GABON

  • Écrit par 
  • Nicolas METEGUE N'NAH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 6 678 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Avec l'avènement des Temps modernes (1471-1839) : l'ouverture au monde extérieur »  : […] Jusqu'après le milieu du xv e  siècle, les peuples du Gabon n'entretenaient pas de relations directes avec les autres parties du monde. Celles-ci s'établirent avec l'arrivée, en 1471, des premiers navigateurs portugais à l'estuaire du Como − baptisé « Rio Gabao » − puis sur d'autres points de l'actuelle côte gabonaise les années suivantes. À la suite des Portugais, les Anglais, les Français, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabon/#i_34589

Pour citer l’article

Roger MEUNIER, « VILI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vili/