BRAZZAVILLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale de la république du Congo, Brazzaville est située en bordure du Pool Malebo (ex-Stanley Pool), à l'amont des rapides de Kintambo, premiers d'une série de chutes et de rapides qui interdisent la navigation sur le cours inférieur du Congo. Elle partage avec Kinshasa une position stratégique de première importance au point de rupture de charge entre le réseau navigable du Congo et de ses affluents, et les voies ferroviaires et routières aménagées pour désenclaver les deux villes jumelles et leur hinterland. Longtemps tributaire du Congo belge pour ses échanges extérieurs (par le chemin de fer Matadi-Kinshasa achevé dès 1898), Brazzaville n'a bénéficié de sa propre ouverture sur l'Atlantique qu'en 1934 avec l'achèvement du Congo-Océan et du port de Pointe-Noire. Il en résulte une bipolarité urbaine de l'espace congolais : la capitale du Congo compte environ 900 000 habitants en 2005 ; Pointe-Noire, considérée comme la capitale économique, autour de 500 000.

Congo (République du) : carte administrative

Carte : Congo (République du) : carte administrative

Carte administrative de la République du Congo. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La naissance de Brazzaville date d'octobre 1880, avec la création du poste de Mfoa concrétisant le traité signé avec le roi des Batéké, Makoko. À l'occasion du centième anniversaire de la ville, les autorités congolaises ont décidé de conserver le nom de son fondateur, l'explorateur Pierre Savorgnan de Brazza, dont l'image est perçue positivement. En octobre 2006, le transfert de ses cendres d'Alger à Brazzaville a confirmé cet attachement : Brazza repose désormais dans un mausolée érigé devant la mairie. Grâce aux atouts dus à sa position, le modeste poste colonial des origines a ravi à Libreville, en 1903, la fonction de chef-lieu du Congo français, puis de l'Afrique-Équatoriale française (A.-É.F.). C'est à Brazzaville, très tôt ralliée à la France libre, que le général de Gaulle prononça, en 1944, le discours qui amorça l'évolution de l'empire colonial français.

Située à la charnière des régions septentrionales et méridionales du Congo, la capitale est le réceptacle de populations originaires de l'ensemble du territoire. L'installation des migrants s'est traduite par la formation de quartiers, appelés « villages » ou « cités », de part et d'autre des espaces centraux du Plateau, la « ville » où se concentrent les lieux de pouvoir (politique, financier, religieux) et les fonctions administratives. Les Congo-Lari de la région du Pool ont investi les quartiers sud : Bacongo est leur bastion. Les populations originaires du nord (Téké, Mbochi, etc.) se sont établies à Poto Poto et dans les quartiers nord, Wenzé, Moungali, Talangaï. Les conditions de l'urbanisation ont ainsi créé des quartiers à composantes ethno-régionales fortement différenciées : ils ont constitué la trame territoriale des guerres civiles de 1994 et 1997, les chefs politiques s'appuyant sur les milices d'un espace urbain ethnicisé.

Les activités de Brazzaville relèvent pour l'essentiel du tertiaire administratif, des fonctions de capitale. L'économie urbaine est donc très dépendante des capacités redistributives de l'État, la fonction publique fournissant l'essentiel des revenus salariaux : les périodes de violence ont coïncidé avec la crise financière consécutive à l'effondrement des cours du pétrole en 1986. L'activité industrielle est peu développée ; elle se cantonne à quelques entreprises dans le bâtiment et les travaux publics et dans les produits de consommation courante : boulangerie, menuiserie, savonnerie et surtout brasserie. Si les activités productives sont peu dynamiques, Brazzaville est en revanche un pôle culturel actif, en rivalité avec Kinshasa pour la création artistique (école de peinture de Poto Poto, musique et danse) ou les extravagances de la S.A.P.E. (Société des ambianceurs et des personnes élégantes) qui rayonne jusqu'à Paris et Bruxelles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BRAZZAVILLE  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Thierry BOISSIÈRE
  •  • 4 896 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un passage fondateur par l’Afrique : des villes minières aux « Brazzavilles noires » »  : […] L’autre grande école d’anthropologie urbaine est britannique et voit le jour à la fin des années 1930 en Rhodésie du Nord (auj. Zambie), alors dominée par la Grande-Bretagne. Le Rhodes-Livingstone Institute y est fondé en 1937, avec pour mission d’étudier les changements affectant les sociétés d’Afrique australe confrontées à l’émergence rapide de villes minières et industrielles. Ces villes nouv […] Lire la suite

CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

  • Écrit par 
  • Jules GÉRARD-LIBOIS, 
  • Henri NICOLAÏ, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Benoît VERHAEGEN, 
  • Crawford YOUNG
  • , Universalis
  •  • 24 764 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le premier gouvernement Adoula : unité et légitimité »  : […] Avec la mise sur pied d'un gouvernement central présidé par C. Adoula, en août 1961, on put croire qu'on allait aboutir à la réintégration des politiciens et militaires de Stanleyville et, sous la pression de l'O.N.U., à la résorption de la sécession katangaise. Le Congo bénéficierait ainsi à nouveau de ses richesses naturelles, retrouverait un certain équilibre budgétaire et pourrait enfin se con […] Lire la suite

CONGO RÉPUBLIQUE DU

  • Écrit par 
  • Philippe DECRAENE, 
  • Roland POURTIER, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Gilles SAUTTER
  •  • 12 271 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une insécurité chronique »  : […] Après octobre 1997, les vainqueurs n'obtiennent pas la reddition ordonnée des combattants, éléments des fractions de l'armée, miliciens et mercenaires. Les miliciens de Sassou-Nguesso (les Cobras) pillent et exercent des représailles. Dans certaines régions du Sud, de nombreux combattants liés aux dirigeants vaincus se retranchent dans la brousse et contrôlent des territoires dans lesquels ils c […] Lire la suite

GABON

  • Écrit par 
  • Nicolas METEGUE N'NAH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 6 681 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « De 1839 à 1960 : cent vingt et un ans de colonisation  »  : […] Avec la signature, le 9 février 1839, d'une convention autorisant l'établissement d'un comptoir entre l'amiral français Bouët-Willaumez et Antchuwè Kowè Rapontchombo, alias « roi Denis », commença la période coloniale au Gabon. Du poste établi sur l'estuaire du Como, les Français étendirent leur domination sur les régions voisines par l'envoi de nombreuses missions d'exploration et la signature […] Lire la suite

Les derniers événements

30 juillet 2017 République du Congo. Victoire du pouvoir aux élections législatives.

Brazzaville, qui est en proie à des violences depuis l’élection présidentielle contestée de 2016. […] Lire la suite

5-27 octobre 2015 République du Congo. Référendum constitutionnel contesté.

Brazzaville et à Pointe-Noire. Le 21, le président français François Hollande reconnaît à son homologue congolais le « droit de consulter son peuple ». Le 22, deux anciens ministres de la majorité ralliés à l’opposition, Guy-Brice Parfait Kolélas et André Okombi Salissa, ainsi que d’autres dirigeants de l’opposition sont assignés à résidence dans […] Lire la suite

23 juillet 2014 République centrafricaine. Accord de cessez-le-feu

Brazzaville (république du Congo) un accord de cessez-le-feu également paraphé par l'archevêque de Bangui et le président de la communauté islamique du pays.  […] Lire la suite

26-27 mars 2009 France – Afrique. Visite officielle du président Nicolas Sarkozy en Afrique

Brazzaville (Congo). Il appelle à « un bon voisinage » entre la R.D.C. et ses voisins des Grands Lacs. Mais le centre des débats reste l'approvisionnement de la France en uranium. Un accord sur la recherche et l'exploitation future de gisements d'uranium est signé à Kinshasa entre le groupe nucléaire français Areva et le gouvernement congolais. Le […] Lire la suite

28 décembre 2001 République du Congo. Condamnation de l'ancien président Pascal Lissouba

Brazzaville condamne par contumace Pascal Lissouba à trente ans de travaux forcés pour haute trahison. Chassé du pouvoir en octobre 1997, l'ancien président, réfugié à Londres, est accusé de malversations dans le cadre des marchés pétroliers passés par l'État. Il était un candidat potentiel à l'élection présidentielle prévue pour 2002.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland POURTIER, « BRAZZAVILLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/brazzaville/