RADIOLAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les radiolaires sont des animaux unicellulaires (protozoaires) marins qui appartiennent à la superclasse des Actinopodes. D'une taille comprise entre 50 à 300 micromètres, ces micro-organismes pélagiques font partie du zooplancton. Beaucoup présentent un squelette (test) siliceux dont la forme est très variée en fonction des espèces. Leur chance de préservation dans les séries géologiques est très faible : les vicissitudes qu'ils subissent entre leur lieu de vie et leur fossilisation sont généralement rédhibitoires. L'utilité géologique des radiolaires a longtemps été sous-estimée. Leur regain d'intérêt provient d'une idée fausse : on les croyait liés au volcanisme sous-marin. Il n'en est rien. Les radiolaires fossiles se voit aujourd'hui reconnaître la même puissance informative que d'autres groupes, tels les foraminifères, en tant que chronomètres ou comme indicateurs d'environnement. En outre, leur contenu lipidique est si riche qu'ils représentent une source potentielle d'hydrocarbures.

Historique

Les radiolaires, présents sur la Terre depuis le Cambrien (plus de 500 millions d'années), représentent l'un des groupes les plus anciens d'organismes vivants. Après avoir été définis au cours du xixe siècle, ils n'ont fait l'objet, jusque dans les années 1980, que d'études sporadiques. Depuis lors, de nombreux travaux ont été entrepris, notamment sur les radiolaires paléozoïques et mésozoïques, pour mieux les connaître et les utiliser.

La première publication concernant ces animaux est signée de Franz Julius Ferdinand Meyen, en 1834, mais les premiers travaux importants ont été entrepris, au milieu du xixe siècle, par Christian Gottfried Ehrenberg. Ce dernier décrit plusieurs centaines d'espèces vivantes ou datant du Cénozoïque. Le nom Radiolaria, dû à Johannes Peter Müller, apparaît en 1858. Dans une synthèse publiée en 1879, ce dernier distingue les principaux groupes en se basant sur la forme de la membrane capsulaire, membrane séparant l'endoplasme (interne) de l'ectoplasme (externe) de ces eucaryotes unicellulaires. Ernst Heinrich Haeckel, quant à lui, s'est intéressé aux radiolaires collectés par le navire océanographique H.M.S. Challenger lors de son tour du monde (1873-1876). Dans une publication datant de 1887, il décrivit 785 nouvelles espèces et présente une classification fondée cette fois sur la morphologie du squelette. Toutefois, sa préoccupation essentiellement géométrique prit le pas sur le souci de retrouver un système naturel et obscurcit les valeurs stratigraphiques et écologiques des radiolaires pendant près d'un siècle.

Différentes formes de radiolaires

Photographie : Différentes formes de radiolaires

Planche extraite de l'ouvrage d'Ernst H. Haeckel Kunstformen der Natur (1904) montrant la diversité de formes des radiolaires. 

Crédits : D.R.

Afficher

Dans les années 1950, William Rex Riedel établit que les radiolaires, qui semblaient identiques dans divers sites d'âges différents, résultent en fait d'une condensation extrême et de remaniements dans les carottes (mélange de faunes du Tertiaire et du Quaternaire). Il prouve que les radiolaires évoluent au cours du Cénozoïque, tout autant que les autres groupes fossiles et qu'ils sont donc tout aussi utiles en stratigraphie. Maria Petrushevskaya propose une classification (1962, 1964, 1971) fondée sur la structure de petits éléments internes appelés « spicules céphaliques » ou « squelette interne ».

La classification des biologistes est fondée sur les relations entre le noyau et l'axoplaste (centre régulateur des axopodes qui sont des baguettes semi-rigides permettant au cytoplasme de se prolonger vers l'extérieur), celle du paléontologue s'appuie sur la forme du squelette. Comme la disposition des axopodes influe sur la forme même du squelette, il est possible d'établir des parallèles entre ces deux types de classification.

Les radiolaires, dont le groupe comporte un grand nombre d'espèces (6 700 espèces répertoriées en 1970, quelque 12 000 espèces au début du xxie siècle) et qui existent là où il n'y a aucun autre fossile utile stratigraphiquement, sont devenus indispensables pour dater certains sédiments. Par exemple, leur association unique avec les ophiolites permet de dater les activités des rifts médio-océaniques, et, donc, des moments cruciaux de la dérive des continents.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Différentes formes de radiolaires

Différentes formes de radiolaires
Crédits : D.R.

photographie

Radiolaires : structure

Radiolaires : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Dissolution de la silice biogène

Dissolution de la silice biogène
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RADIOLAIRES  » est également traité dans :

ACTINOPODES

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 743 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Polycystines ou Radiolaires vrais  »  : […] Les Polycystines, ou Radiolaires vrais (fig. 6) , sont généralement pourvus de magnifiques squelettes géométriques extrêmement complexes, formés de plusieurs coques concentriques, qui en font les plus beaux et les plus surprenants représentants du plancton marin (Haeckel, 1887). La classification est fondée sur le mode de perforation de la capsule centrale. L'ordre le plus primitif, Spumellaria […] Lire la suite

MICROPALÉONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Madeleine NEUMANN
  •  • 4 015 mots

Dans le chapitre « Protozoaires »  : […] Les foraminifères sont parmi les groupes de micro-organismes les plus souvent utilisés. Dès le Carbonifère, ils présentent un grand intérêt stratigraphique. Ce sont, pour la plupart, des microfossiles marins et les formes planctoniques sont précieuses pour établir des corrélations stratigraphiques à grande distance, tandis que les formes benthiques sont de bons repères environnementaux à l'échell […] Lire la suite

PACIFIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean FRANCHETEAU
  •  • 14 712 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Sédiments actuels »  : […] On prétend que c'est le midship J. M. Brooke, à bord de l'U.S.S. Vincennes , qui a obtenu en 1854 le pre mier échantillon de sédiments à une profondeur de 3 870 mètres en attachant une plume au lest d'une ligne de sonde, observant ainsi 3 tests de foraminifère. À la suite de l'expédition du H.M.S. Challenger , John Murray et Alphonse Renard (1891) établissaient un modèle de classification des s […] Lire la suite

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 611 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les protistes ou protoctistes (eucaryotes basaux) »  : […] Ce groupe est typiquement paraphylétique, c'est-à-dire qu'il est défini par exclusion : ses représentants ne sont ni des animaux, ni des plantes, ni des champignons, ni des bactéries. Il s'agit d'eucaryotes basaux, c'est-à-dire des algues à cellules nucléées, des flagellés, des protozoaires, etc. Ce sont presque tous des organismes unicellulaires à noyau, mais certains d'entre eux présentent une o […] Lire la suite

PHOTOGENÈSE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marie BASSOT
  •  • 6 866 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Invertébrés »  : […] Dans le domaine zoologique, on connaît des formes lumineuses depuis les Protozoaires jusqu'aux Poissons inclus, dans treize des vingt-cinq phylums majeurs. Les Protistes lumineux appartiennent soit aux Radiolaires (exclusivement marins), soit aux Dinoflagellés marins. Lorsque les conditions écologiques sont favorables, ils peuvent former des populations considérables (marées rouges). Une perturb […] Lire la suite

SÉDIMENTOLOGIE

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN, 
  • Jean-Pierre PINOT, 
  • André VATAN
  •  • 11 884 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les sédiments organogènes »  : […] Les constituants des sédiments organogènes sont les restes d'organismes vivants marins : algues calcaires, coraux, mollusques et crustacés, foraminifères, diatomées, coccolithophores. La répartition de ces sédiments est déterminée par deux facteurs essentiels : d'une part, la façon dont les débris de ces organismes parviennent sur le fond, d'autre part, leur nature chimique qui les rend ou non sen […] Lire la suite

SQUELETTE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 5 761 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Squelettes intracellulaires ou péricellulaires des protozoaires et des végétaux »  : […] Parmi les protistes, vaste groupe polyphylétique d'êtres unicellulaires, différents groupes possèdent un squelette minéralisé. On se bornera à signaler l'existence de structures squelettiques purement organiques (généralement des scléroprotéines) chez les zooflagellés (axostyle), chez certains ciliés (squelette du cytopharynx par exemple), chez les radiolaires (capsule centrale chitineuse). Dans […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick DE WEVER, « RADIOLAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/radiolaires/