RACISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Opinions, attitudes et conduites

Présupposés du racisme

Pour affirmer les supériorités raciales, il faut supposer l'existence de races humaines ; le raciste sous-entend ou pose clairement qu'il existe des races pures, que celles-ci sont supérieures aux autres, enfin que cette supériorité autorise une hégémonie politique et historique. Or ces trois points soulèvent des objections considérables.

D'abord, la quasi-totalité des groupes humains actuels sont le produit de métissages, de sorte qu'il est pratiquement impossible de caractériser des « races pures ». Il est déjà très difficile de classer les groupes humains selon des critères biologiques toujours imprécis. Enfin, la constante évolution de l'espèce humaine et le caractère toujours provisoire des groupes humains rendent illusoire toute définition de la race fondée sur des données ethniques stables.

Bref, l'application du concept de pureté biologique aux groupes humains est inadéquate. Ce concept est un terme d'élevage, où la race, prétendument pure, est d'ailleurs obtenue par des métissages contrôlés. Quand on l'applique à l'homme, on confond souvent groupe biologique et groupe linguistique ou national ; ainsi en est-il de la notion d'homme aryen, dont se sont servis Gobineau et ses disciples nazis. Il n'est pas impossible enfin que cette notion contienne implicitement la référence à un phantasme de la pureté.

De toute manière, en supposant qu'une telle pureté existe, pourquoi relier pureté biologique et supériorité et en quoi consisterait cette dernière ? Si, par hypothèse encore, des supériorités biologiques existent, en liaison avec des traits ethniques, il n'est nullement démontré qu'elles conditionnent des supériorités psychologiques ou culturelles, sur lesquelles insiste le racisme.

En outre, en admettant que soient réelles de telles supériorités, provisoirement ou définitivement, liées ou non à une éventuelle pureté, pourquoi légitimeraient-elles une hégémonie politique ?

Il est clair qu'on n'est pas en présence d'une conséquence scientifiquement établie mais d'un choix politique, d'un vœu ou d'une volonté d'établir une telle hégémonie, fallacieusement appuyée sur des arguments biologiques ou culturels.

Enfin, une dernière et insurmontable confusion se décèle dans le racisme : l'inadéquation entre groupes ethniques, groupes culturels, peuples et nations rend en tout cas illégitime un comportement politique qui se baserait sur des caractères ethniques ou culturels.

En conclusion, le racisme n'est pas une théorie scientifique, mais une pseudo-théorie, un ensemble d'opinions, sans articulations logiques certaines avec des données biologiques plus ou moins précises.

Les essais de légitimation

On comprend maintenant pourquoi une définition du racisme est si difficile. D'abord, le principe du racisme – la notion de race, appliquée aux humains – est un concept indéterminé ou plus exactement une notion à laquelle il est pratiquement impossible de découvrir un objet défini. Ensuite, l'argumentation issue de cette notion douteuse est elle-même douteuse et, de plus, peu cohérente dans son développement.

Cependant, le rapprochement entre la fragilité des bases scientifiques du racisme et l'ampleur des conclusions qui en sont tirées n'est pas sans intérêt. La passion des racistes, la ténacité et l'extension du phénomène, comparées aux confusions, aux glissements de sens et aux contradictions auxquels elles donnent lieu, prouveraient, s'il en était besoin, que le racisme trouve son assise non dans la logique mais dans l'affectivité et l'intérêt. Il faut ici renverser la perspective : l'accusation renvoie à l'accusateur plus qu'à l'accusé ; le racisme, loin d'être une science ou une théorie scientifique qui dicterait une attitude et une conduite, cherche au contraire à se légitimer par une construction intellectuelle, une rationalisation, qui se trouve ainsi alimentée et sous-tendue par les exigences psychologiques de ce même comportement.

Le raciste met l'accent sur une différence biologique, réelle ou supposée, à partir de laquelle il déduit une conduite qu'il veut légitime, et souvent, par extension, une politique et une philosophie sociale, quelquefois une métaphysique. Ainsi, la couleur et les traits physiques des Noirs, qui seraient le signe de leur infériorité biologique, autoriseraient les Blancs à les gouverner. Le Juif, caractérisé d'abord par une description biologique, devient un « être d [...]

Racisme nazi

Photographie : Racisme nazi

Dès 1940, les populations des territoires occupés à l'Est par les armées allemandes furent soumises à la politique raciste des nazis. Des centaines de spécialistes (historiens, géographes, archivistes, ethnologues, sociologues, médecins), affiliés à des instituts de recherche... 

Crédits : Henry Guttmann/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Mentalités et pratiques coloniales

Mentalités et pratiques coloniales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Les « quatre races d'hommes »

Les « quatre races d'hommes »
Crédits : Editions Belin, 1877

photographie

Racisme nazi

Racisme nazi
Crédits : Henry Guttmann/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de sociologie à l'université de Paris-X

Classification

Autres références

«  RACISME  » est également traité dans :

LA COULEUR ET LE SANG, DOCTRINES RACISTES À LA FRANÇAISE (P.-A. Taguieff)

  • Écrit par 
  • René MONZAT
  •  • 1 368 mots

L'étude comparée des itinéraires de Joseph Arthur de Gobineau (1816-1882), de Gustave Le Bon (1841-1931) et de Georges Vacher de Lapouge (1854-1936) permet à Pierre-André Taguieff, dans un opuscule intitulé La Couleur et le sang paru en 1998 aux éditions Mille et Une Nuits d […] Lire la suite

AFRIQUE AUSTRALE

  • Écrit par 
  • Jeanne VIVET
  •  • 6 091 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Éléments de cohésion régionale »  : […] La plupart de ces États détiennent en profusion des ressources minières et notamment aurifères. Plusieurs d’entre eux ont aussi en commun d’avoir connu des régimes ségrégationnistes et racistes. La séparation raciale trouve d'ailleurs son origine dans l’organisation spatiale des mines qui ont donné naissance à la création de quartiers destinés aux mineurs noirs, physiquement éloignés des quartier […] Lire la suite

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 953 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cinémas de ghetto »  : […] Avant d’être devancée par la communauté hispanique, la communauté afro-américaine a longtemps constitué la principale minorité ethnique aux États-Unis. Vers le milieu des années 1910, à la suite de la première grande migration vers le Nord et ses centres industriels, une bourgeoisie noire commence à se former, avec ses intellectuels et ses hommes d’affaires. En 1909 est créée la NAACP, une organi […] Lire la suite

ANDERSON BENEDICT (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 219 mots

L’historien et politologue irlandais Benedict Anderson tient une place importante dans l’historiographie anglo-saxonne pour ses travaux sur les origines du nationalisme. Benedict Richard O’Gorman Anderson est né le 26 août 1936 à Kunming, dans le sud de la Chine, où son père occupe un poste au Bureau des douanes maritimes de l’Empire, un organisme britannique chargé de superviser le commerce avec […] Lire la suite

ANNEXES - DE L'ŒUVRE D'ART (J.-C. Lebensztejn) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gilles A. TIBERGHIEN
  •  • 974 mots

Les éditions La Part de l'Œil, ont eu l'heureuse idée de publier, en 1999, dans la collection « Théorie », un recueil de textes de Jean-Claude Lebensztejn. Ces Annexes caractérisent bien la manière de Lebensztejn, car même ses grands livres –  L'Art de la tache (éditions du Limon, 1990 ), Jacopo da Pontormo (éditions Aldines, 1992) – se présentent, l'un, comme une introduction à La Nouvelle Mé […] Lire la suite

ANTHROPOLOGY DAY (1904)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 202 mots

Les jeux Olympiques de Saint Louis demeurent avant tout ceux de l'Amérique blanche. La guerre de Sécession est achevée depuis moins de quarante ans, la victoire du Nord sur le Sud a permis l'abolition de l'esclavage en 1865. Cette abolition ne signifie pas pour autant l'égalité des races, loin de là : malgré les 14 e et 15 e  amendements de la Constitution votés par le Congrès en 1868 et en 1870 […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans un pamphlet publié en 1879, La Victoire du judaïsme sur la germanité , le journaliste et agitateur politique allemand Wilhelm Marr utilise les mots de « sémitisme » et d'« aryanisme », dérivés des classifications de la linguistique et de l'anthropologie physique de la seconde moitié du xix e  siècle. La même année, il fonde la Ligue antisémite, qui consacre l'entrée du terme antisémitisme ( A […] Lire la suite

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 034 mots
  •  • 9 médias

L'abolition officielle de l'apartheid en 1991 a mis fin sur le plan juridique à un système social de relations interpersonnelles et intercommunautaires qui avait progressivement rejeté l'Afrique du Sud blanche au ban de la communauté internationale. C'est en 1950 que le mot afrikaans apartheid entre dans le vocabulaire sud-africain. Il signifie littéralement « état de séparation ». Mais il prend […] Lire la suite

APARTHEID - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 356 mots

Mai 1948 Vainqueur des élections, le Parti national de Daniel F. Malan, héritier du « Parti nationaliste purifié » fondé en 1930, entreprend une politique de ségrégation raciale systématique. 1949 Une loi interdit les mariages entre Blancs et non-Blancs. 1950 Le Population Registration Act classifie la population sud-africaine en quatre groupes (Européens, Bantous, Métis et Asiatiques). Le Grou […] Lire la suite

SUSPECTS APPARENCE DES, psychologie

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 1 564 mots

Les jugements que nous portons à l’égard de celles et ceux avec qui nous interagissons au quotidien ne reposent parfois que sur de simples associations entre des traits physiques et des traits de caractère. L’utilisation de ces heuristiques (raccourcis mentaux) par les acteurs judiciaires pour sceller le sort de suspects dans des affaires criminelles a naturellement fait l’objet de débats controv […] Lire la suite

Les derniers événements

5 février 2022 Brésil. Manifestations antiracistes après le meurtre d'un Congolais à Rio de Janeiro.

Les manifestants dénoncent le racisme systémique régnant dans le pays, ainsi que l’inaction de la police. […] Lire la suite

26-27 octobre 2021 Belgique. Publication de rapports sur le passé colonial.

Celui-ci doit aider à appréhender « les réalités concrètes de la période coloniale et leur impact à long terme », à envisager « un travail de mémoire et de réparation » et « à s’interroger sur les liens qui existent entre le colonialisme et le racisme ». Le rapport détruit les mythes de l’entreprise coloniale, réduisant principalement celle-ci à une opération d’extraction des ressources et de soumission des populations par la force. […] Lire la suite

25-28 juin 2021 États-Unis. Condamnation du policier Derek Chauvin.

Le 28, à l’occasion de la publication d’un rapport commandé par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies au sujet de l’affaire George Floyd, la Haute-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme Michelle Bachelet somme les États de « cesser de nier le racisme et de commencer à le démanteler, de mettre fin à l’impunité et d’instaurer un climat de confiance, d’écouter les voix des personnes d’ascendance africaine, d’affronter les séquelles du passé et d’offrir des réparations ». […] Lire la suite

31 mai 2021 États-Unis. Engagement du président Joe Biden à « faire progresser la justice raciale ».

Joe Biden s’engage à « faire progresser la justice raciale […] en travaillant à extirper le racisme systémique de nos lois, de nos politiques et de nos cœurs ». Le racisme systémique, que nie le Parti républicain, était l’un des quatre dossiers auxquels le président avait promis de s’attaquer lors de son discours d’investiture, au côté des dossiers sanitaire, économique et climatique. […] Lire la suite

3 mai 2021 Mexique – Guatemala. Présentation d'excuses au peuple maya.

Andrés Manuel López Obrador reconnaît le racisme et les discriminations dont sont toujours victimes les représentants de ce peuple.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Albert MEMMI, « RACISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/racisme/