TARANTINO QUENTIN (1963- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Kill Bill », une danse de mort

Pourtant, le souci de perfection, et la part contraignante du statut de réalisateur vedette, ont freiné cette avancée. Adapté d'un roman d'Elmore Leonard, Jackie Brown (1997) a confirmé la virtuosité du metteur en scène Tarantino sans créer un effet de surprise aussi saisissant que Pulp Fiction. Sans doute parce que, débarrassé de certaines afféteries, le cinéaste semble prendre la voie d'un nouveau classicisme et porte un intérêt plus « adulte » à ses personnages. Hommage à la blaxploitation (qui, dans les années 1970, avait donné une dimension inédite au héros noir dans le cinéma américain) Jackie Brown est aussi un superbe portrait de femme. Les ingrédients du polar (trafic, double jeu et course aux dollars) n'en paraissent cependant que plus décoratifs. Quentin Tarantino donne une nouvelle variation sur le cinéma de genre avec Kill Bill 1 et 2 (2003 et 2004), qui se découpent en chapitres construits autour d'une unité dramatique et visuelle, fonctionnant comme autant de petits films à part entière.

Pour que cette richesse d'inspiration se déploie, une condition est posée : la pauvreté du scénario, parfois seulement apparente, parfois bien réelle. Une jeune femme (interprétée par Uma Thurman) établit la liste de cinq personnes qu'elle est déterminée à tuer, et accomplit son projet jusqu'au bout, – jusqu'à Bill, le dernier sur sa liste. Tout en respectant cette logique aussi implacable que minimale, les deux films construisent une narration qui déjoue la linéarité grâce à des flash-back habilement utilisés comme éléments de réponses à une série de questions laissées en suspens.

Comme les autres œuvres de Tarantino, Kill Bill est aussi une cinémathèque qui se cache derrière la façade d'une salle de cinéma de quartier. Le premier opus, qui s'inspire des films de sabre japonais, met plus généralement en exergue le sens de la chorégraphie, qu'on retrouve dans Kill Bill 2 avec les emprunts aux films de kung-fu. Mais c'est surtout le forme du duel, venue du western italien, qui domine cette deuxième [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TARANTINO QUENTIN (1963- )  » est également traité dans :

INGLOURIOUS BASTERDS (Q. Tarantino)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 043 mots

Avec Inglourious Basterds (2009), Quentin Tarantino se confronte à l'Histoire par le biais de l'histoire du cinéma et réciproquement, en jouant à la fois de la reconstitution de la France occupée pendant la Seconde Guerre mondiale et de la représentation que le septième art (hollywoodien comme français) en a donnée. En fait, l'i […] Lire la suite

JACKIE BROWN (Q. Tarantino)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 131 mots

Depuis son premier film, Reservoir Dogs (1992), davantage encore depuis Pulp Fiction, palme d'or du festival de Cannes en 1994, Quentin Tarantino est le plus « médiatique » des cinéastes américains, et le plus cinéphile. Plus que de cinéphilie, il faut d'ailleurs parler ici d'une culture des images dont le ha […] Lire la suite

KILL BILL (Q. Tarantino)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 965 mots

S'agit-il de deux films, ou d'un seul film divisé en deux parties, respectivement intitulées Kill Bill 1 et Kill Bill 2 ? Tout est envisageable, car Quentin Tarantino ne se limite même pas à cette alternative : il a également conçu une sorte de « Kill Bill 3 », destiné à une exploitation commerciale limitée, […] Lire la suite

PULP FICTION, film de Quentin Tarantino

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 911 mots
  •  • 1 média

À l'instar des jeunes-turcs de la Nouvelle Vague française, l'Américain Quentin Tarantino a vu mûrir sa vocation de cinéaste à l'occasion d'une pratique de fan – plus précisément en tant que loueur de cassettes vidéo. Mais, contrairement aux premiers, Tarantino a fait plus tard le cinéma qui avait ses faveurs lorsque le métier d […] Lire la suite

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 953 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle génération »  : […] Les Noirs participent activement aux transformations sociales et culturelles qui secouent les États-Unis dans les années 1960 : le mouvement pour les droits civiques conduit par Martin Luther King, l’apparition d’un radicalisme politique avec Malcolm X puis le mouvement des Black Panthers et la doctrine du « retour en Afrique » sont partie prenante de la contre-culture ; l’« agit-prop » mis en pla […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il faut sauver le soldat Ryan (1998) et Munich (2005 […] Lire la suite

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 218 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'hybridation des genres »  : […] Dans une période plus récente, une autre personnalité a dominé la comédie américaine moderne, faisant triompher un « humour juif » déjà illustré dans le domaine burlesque par les Marx Brothers au début du parlant, Jerry Lewis ou Mel Brooks ( Les Producteurs , 1969 ; La Folle Histoire du monde , 1981). Woody Allen crée un personnage original à fort soubassement culturel dont il ne peut se déparer […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un archipel cinématographique »  : […] C'est dans ce sens qu'on a pu dire que l'essentiel du cinéma américain qu'on apprécie en France est le produit des indépendants. Mais l'augmentation des coûts de production, lié à l'utilisation de technologies de pointe comme à l'augmentation des frais de production, en particulier les cachets des acteurs, menace cette indépendance. Cela n'a pas empêché l'émergence de véritables auteurs. Le cas le […] Lire la suite

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 324 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un genre multiple »  : […] En 1980, Bob Raphelson réalise Le facteur sonne toujours deux fois ( The Postman Always Rings Twice ). Cette quatrième adaptation du polar éponyme de James M. Cain se distingue des précédentes par la mise en images de la passion charnelle des amants meurtriers ainsi que par l'absence de tout jugement moral sur leurs actions. Dans les années qui suivent, les spectateurs découvrent Witness de Pete […] Lire la suite

SÉRIES TÉLÉVISÉES

  • Écrit par 
  • Benjamin CAMPION
  •  • 6 504 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La sérialité américaine en héritage »  : […] Si la narration feuilletonnante trouve sa source dans une longue tradition qui pourrait remonter jusqu’à la Bible et aux récits homériques, elle hérite plus spécifiquement, à la télévision, de trois formes d’expression et d’autant de médiums associés : le roman-feuilleton dans la presse papier, le serial cinématographique et le feuilleton radiophonique. Lié au développement de la culture de mass […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « TARANTINO QUENTIN (1963- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quentin-tarantino/