PULP FICTION, film de Quentin Tarantino

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'instar des jeunes-turcs de la Nouvelle Vague française, l'Américain Quentin Tarantino a vu mûrir sa vocation de cinéaste à l'occasion d'une pratique de fan – plus précisément en tant que loueur de cassettes vidéo. Mais, contrairement aux premiers, Tarantino a fait plus tard le cinéma qui avait ses faveurs lorsque le métier de réalisateur n'était encore pour lui qu'un rêve. Si Godard n'a jamais réalisé l'équivalent des films d'action populaires américains qu'il affectionnait, Tarantino a tout de suite mis dans ses œuvres son goût pour les séries B violentes à la Roger Corman, le film de sabre, la « blaxploitation », le western spaghetti... et la Nouvelle Vague. Point commun à toutes ces références, leur caractère marginal et « alternatif ». Dans son monde bis, Tarantino joue Robert Aldrich contre Howard Hawks, Mamie Van Doren contre Marilyn Monroe, Ricky Nelson contre Elvis Presley et la twirl guitar contre la surf music. On peut y croiser un clin d'œil au Bande à part de Godard aussi bien qu'un extrait d'un obscur motorcycle movie appelé Nam's Angels, voir les héros manger un « steak Douglas Sirk » ou assassiner des gens dans l'ennui de la routine avant de susurrer des mots tendres au creux de l'oreiller. L'« esprit cool », ce mélange d'ironie, d'hédonisme et de narcissisme (Pountain & Robbins) fait tenir cette mosaïque baroque en passe d'être absorbée par la culture dominante (palme d'or à Cannes pour Pulp Fiction, fortune critique universelle de Tarantino).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PULP FICTION, Quentin Tarantino  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un archipel cinématographique »  : […] C'est dans ce sens qu'on a pu dire que l'essentiel du cinéma américain qu'on apprécie en France est le produit des indépendants. Mais l'augmentation des coûts de production, lié à l'utilisation de technologies de pointe comme à l'augmentation des frais de production, en particulier les cachets des acteurs, menace cette indépendance. Cela n'a pas em […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_37788

TARANTINO QUENTIN (1963- )

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 156 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le mélange des genres »  : […] C'est dans un vidéoclub de la banlieue de Los Angeles, où il trouva un poste de vendeur en 1981, que Quentin Tarantino, né en 1963 à Knoxville (Tennessee), a mûri son inspiration. Particulièrement riche en films peu diffusés ou devenus rares aux États-Unis, le magasin Video Archives devint le temple de la cinéphilie anticonformiste du futur cinéast […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quentin-tarantino/#i_37788

Pour citer l’article

Laurent JULLIER, « PULP FICTION, film de Quentin Tarantino », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pulp-fiction/