KILL BILL (Q. Tarantino)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S'agit-il de deux films, ou d'un seul film divisé en deux parties, respectivement intitulées Kill Bill 1 et Kill Bill 2 ? Tout est envisageable, car Quentin Tarantino ne se limite même pas à cette alternative : il a également conçu une sorte de « Kill Bill 3 », destiné à une exploitation commerciale limitée, qui intègre des versions différentes de certaines scènes et des séquences inédites. Cette étonnante combinatoire repose, en fait, sur l'autonomie presque parfaite de chacun de ces segments. Ainsi, Kill Bill 1 et 2 se découpent en chapitres construits autour d'une unité dramatique et visuelle, fonctionnant comme autant de petits films à part entière. Plus de quatre heures d'images au total, qui aboutissent à une célébration du septième art selon Tarantino.

Pour que cette richesse d'inspiration se déploie, une condition est posée : la pauvreté du scénario, parfois seulement apparente, parfois bien réelle. Une jeune femme établit la liste des cinq personnes qu'elle est déterminée à tuer, et accomplit son projet jusqu'au bout, – jusqu'à Bill, le dernier sur la liste. Tout en respectant cette logique aussi implacable que minimale, les deux films construisent une narration qui déjoue la linéarité grâce à des flash-back habilement utilisés comme éléments de réponses à une série de questions laissées en suspens. De tous ces points d'interrogation, dignes des serials populaires du cinéma américain des années 1930 (qui s'inspiraient souvent de la bande dessinée, présente ici aussi), il en est deux auxquels Tarantino confère une importance particulière.

Tout d'abord, qui est cette jeune femme ? Dans Kill Bill 1, son nom est frappé d'interdit, la bande-son le masque quand il surgit. Innommable, elle n'en reçoit pas moins différents surnoms : La Mariée, Black Mamba ou encore Beatrix Kiddo. Autant de possibles identités qui suggèrent finalement la complexité de cette machine à tuer : une héroïne qui est à la fois du côté de la mort (elle a été tuée par Bill et son gang, elle se venge en rendant la pareille) et de la vie (elle [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « KILL BILL (Q. Tarantino) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kill-bill/