PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Synthèse et critiques

La psychologie évolutionniste se présente comme un modèle explicatif puissant, nous renvoyant à la fin du Paléolithique où se serait formé le cerveau dont aurait hérité l’Homme moderne, et dont il subirait les contraintes et exprimerait les potentialités dans la diversité et la complexité de ses adaptations au milieu culturel contemporain. Le modèle incorpore les thèses centrées sur l’importance de l’innéité, assorties des conceptions modulaires de l’esprit et des théories computationnelles mises à l’honneur, les premières par J. Fodor, les secondes par D. Marr et P. Johnson-Laird, à l’époque où Tooby et Cosmides en donnèrent les premières formulations.

En mettant l’accent sur l’articulation entre évolution de l’organe cérébral, telle qu’aboutie une douzaine de milliers d’années en arrière, et efficacité fonctionnelle de ce vieux cerveau dans notre environnement enrichi par l’histoire culturelle, la psychologie évolutive apporte incontestablement une contribution féconde à la quête d’une explication unifiée entre évolution biologique et évolution culturelle. Ce programme ambitieux n’est cependant pas à l’abri des critiques. Ainsi, la référence à l’état de l’Homme à la fin du Pléistocène élude les réalisations remarquables de l’espèce humaine au cours de la longue période du Paléolithique – outils de pierre de plus en plus raffinés, art rupestre, rites funéraires, etc.

Les neurosciences contemporaines ne pouvaient manquer de s’interroger sur l’extraordinaire adaptabilité du cerveau humain aux innombrables produits de l’évolution culturelle. Parmi les travaux des spécialistes du domaine, ceux de Stanislas Dehaene et son équipe ont apporté des réponses éclairantes appuyées sur les techniques d’imagerie cérébrale (IRMf) (Dehaene et Cohen, 2007). Ces auteurs partagent avec les fondateurs de la psychologie évolutionniste la mise à l’écart du modèle standard des sciences sociales, attribuant au cerveau humain une capa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Liège, membre de l'Académie royale de Belgique

Classification


Autres références

«  PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE  » est également traité dans :

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Le renouveau du biologisme »  : […] En France, l’image publique des sciences de la vie connaît un renouveau important à la suite de l’attribution en 1965 du prix Nobel de physiologie ou médecine aux généticiens André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob. La biologie attire de nouveau la curiosité du monde intellectuel et du grand public. C’est sur ce terreau à la fois scientifique et culturel que se déploient de nouvelles formes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologisme/#i_52275

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Les courants contemporains : biologismes pur, mixte ou analogique »  : […] Les théories socio-anthropologiques qui se réclament aujourd'hui de Darwin invoquent généralement cette dernière acception du darwinisme. Trois grands modèles, nettement différents, se dégagent dans cet ensemble. Le premier est la sociobiologie, apparue au milieu des années 1970 sous l'impulsion de l'entomologiste spécialiste des fourmis Edward Osborne Wilson. Pour les sociobiologistes, une bonne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darwinisme/#i_52275

EXPLICATIONS PROXIMALES ET ULTIMES DES COMPORTEMENTS

  • Écrit par 
  • Patrick BONIN
  •  • 1 017 mots

Traditionnellement, les recherches en psychologie cognitive portent sur le « comment » des comportements : comment apprenons-nous ? comment parlons-nous ? La psychologie évolutionniste propose non seulement des explications – dites proximales – à ces questions mais, aussi et surtout, elle cherche à comprendre le « pourquoi » des comportements – des explications dites ultimes. Ces deux types d'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explications-proximales-et-ultimes-des-comportements/#i_52275

PSYCHOPATHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

  • Écrit par 
  • Marc RICHELLE
  •  • 361 mots

On rattache volontiers à la psychologie évolutionniste, axée sur l’anthropologie préhistorique, une psychopathologie évolutionniste. Cette dernière est cependant antérieure à la première et s’enracine dans l’éthologie plutôt que dans l’histoire biologique de l’espèce humaine. Son propos est d’identifier, dans les symptômes psychiatriques, de possibles vestiges ou résurgences de conduites adaptées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathologie-evolutionniste/#i_52275

SOCIOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 810 mots

Dans le chapitre « Sociobiologie et biologisme »  : […] Cette prise de distance avec les excès de la sociobiologie à ses débuts explique pourquoi les polémiques se sont quelque peu atténuées avec le temps, sans pour autant que cette discipline – il vaudrait mieux dire ce système d’interprétation – ait cessé de sentir le soufre. On peut conclure que la théorie sociobiologique initiale de Wilson a perdu sa valeur d’outil intellectuel global telle qu’avan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociobiologie/#i_52275

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc RICHELLE, « PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-evolutionniste/