PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La psychologie évolutionniste est une orientation et un courant de pensée mettant l’accent, dans l’explication de l’esprit et du comportement de l’Homme, sur les adaptations mises en place à l’époque préhistorique par la sélection naturelle, et qui constitueraient aujourd’hui le socle génétiquement inscrit de la nature humaine. La psychologie évolutionniste est une forme d’articulation entre psychologie et théorie de l’évolution. Avant d’en préciser les caractères, il convient donc de rappeler succinctement les diverses formes de relation entre psychologie et darwinisme. Elles ont été, au fil du temps, tantôt intégratives, tantôt conflictuelles.

Les relations entre biologie évolutionniste et psychologie

Darwin, le premier, avait abordé, dans le cadre de sa théorie révolutionnaire, la question des conduites et des capacités mentales de l’espèce humaine. L’hypothèse que celles-ci pouvaient également trouver explication dans les mécanismes de la sélection naturelle a été exposée, entre autres, dans son ouvrage L’Expression des émotions chez lhomme et les animaux (1872). La voie était tracée pour explorer la continuité évolutive entre espèces animales et espèce humaine en matière de comportement et de psychisme aussi bien qu’au niveau anatomique et physiologique. Au sein d’une psychologie accédant peu à peu à son autonomie, les orientations les plus proches de la biologie – psychophysiologie, psychologie comparée – adoptèrent assez naturellement les thèses darwiniennes, pour rejoindre aujourd’hui le courant fédérateur des neurosciences. Mais le programme darwinien se développa surtout au sein même de la biologie, par l’émergence de l’éthologie, étude du comportement des animaux dans leur milieu naturel, alliant les perspectives phylogénique et ontogénique, et dont Konrad Lorenz fut le principal fondateur. Dans la seconde moitié du

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Liège, membre de l'Académie royale de Belgique

Classification


Autres références

«  PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE  » est également traité dans :

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Le renouveau du biologisme »  : […] Adapted Mind, 1992). À mi-chemin de la psychologie évolutionniste et de la mémétique, l’anthropologie cognitive de Dan Sperber s’articule autour d’un modèle épidémiologique de la diffusion culturelle et d’une conception du fonctionnement de l’esprit sous la forme de « modules » de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologisme/#i_52275

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Les courants contemporains : biologismes pur, mixte ou analogique »  : […] Un deuxième courant, esquissé à la fin des années 1980 notamment par John Tooby et Leda Cosmides, est nommé « psychologie évolutionniste ». Les psychologues évolutionnistes considèrent également que les gènes jouent un rôle très important dans le comportement social humain et dans la formation des règles culturelles. Mais ils soutiennent que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darwinisme/#i_52275

PSYCHOPATHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

  • Écrit par 
  • Marc RICHELLE
  •  • 361 mots

On rattache volontiers à la psychologie évolutionniste, axée sur l’anthropologie préhistorique, une psychopathologie évolutionniste. Cette dernière est cependant antérieure à la première et s’enracine dans l’éthologie plutôt que dans l’histoire biologique de l’espèce humaine. Son propos est d’identifier, dans les symptômes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathologie-evolutionniste/#i_52275

SOCIOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 810 mots

Dans le chapitre « Sociobiologie et biologisme »  : […] convaincus, la pensée reste proche de celle de Wilson, voire d’un mécanicisme (déterminisme) inspiré de La Mettrie. La psychologie évolutionniste, discipline peu répandue en France, étudie dans une optique sociobiologique les mécanismes neurobiologiques humains sélectionnés dans un environnement différent du nôtre, et qui seraient à l’origine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociobiologie/#i_52275

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc RICHELLE, « PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-evolutionniste/