Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La psychologie évolutionniste est une orientation et un courant de pensée mettant l’accent, dans l’explication de l’esprit et du comportement de l’Homme, sur les adaptations mises en place à l’époque préhistorique par la sélection naturelle, et qui constitueraient aujourd’hui le socle génétiquement inscrit de la nature humaine. La psychologie évolutionniste est une forme d’articulation entre psychologie et théorie de l’évolution. Avant d’en préciser les caractères, il convient donc de rappeler succinctement les diverses formes de relation entre psychologie et darwinisme. Elles ont été, au fil du temps, tantôt intégratives, tantôt conflictuelles.

Les relations entre biologie évolutionniste et psychologie

Darwin, le premier, avait abordé, dans le cadre de sa théorie révolutionnaire, la question des conduites et des capacités mentales de l’espèce humaine. L’hypothèse que celles-ci pouvaient également trouver explication dans les mécanismes de la sélection naturelle a été exposée, entre autres, dans son ouvrage L’Expression des émotions chez lhomme et les animaux (1872). La voie était tracée pour explorer la continuité évolutive entre espèces animales et espèce humaine en matière de comportement et de psychisme aussi bien qu’au niveau anatomique et physiologique. Au sein d’une psychologie accédant peu à peu à son autonomie, les orientations les plus proches de la biologie –  psychophysiologie, psychologie comparée – adoptèrent assez naturellement les thèses darwiniennes, pour rejoindre aujourd’hui le courant fédérateur des neurosciences. Mais le programme darwinien se développa surtout au sein même de la biologie, par l’émergence de l’ éthologie, étude du comportement des animaux dans leur milieu naturel, alliant les perspectives phylogénique et ontogénique, et dont Konrad Lorenz fut le principal fondateur. Dans la seconde moitié du xxe siècle, l’éthologie s’imposa à l’attention des sciences psychologiques. D’autres écoles relevant de ces dernières avaient aussi fait référence à l’évolutionnisme. C’est le cas, notamment, du constructivisme de Jean Piaget et, dans une orientation fort différente, du behaviorisme radical de Burrhus Frederic Skinner. Le premier, biologiste avant d’être psychologue, consacra une grande partie de sa réflexion aux théories de l’évolution, y proposant quelques retouches et y soulignant la part des comportements. Le second recourut à l’analogie de la sélection naturelle pour rendre compte de l’acquisition des comportements, une analogie à laquelle le darwinisme généralisé confère une plausibilité accrue. Par ailleurs, certains courants au sein de la psychologie cognitive, en mettent l’accent sur l’ innéité de certaines grandes fonctions humaines tel le langage, renvoient aux structures cérébrales mises en place par l’évolution biologique.

Pour autant, toutes les écoles ou orientations de la psychologie moderne n’ont pas intégré les données de l’évolution biologique dans leurs théories ou leurs pratiques. Beaucoup, tenant les humains essentiellement pour êtres de culture, soit n’ont pas jugé utile d’en débattre, soit ont entrepris de récuser le réductionnisme inhérent à leurs yeux à toute biologisation ou naturalisation de l’Homme.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite, université de Liège, membre de l'Académie royale de Belgique

Classification

Pour citer cet article

Marc RICHELLE. PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 30/05/2016

Autres références

  • BIOLOGISME

    • Écrit par et
    • 2 772 mots
    ...comportements humains de traits hérités de l’histoire naturelle de l’espèce (J. Barkow, L. Cosmides et J. Tooby, The AdaptedMind, 1992). À mi-chemin de la psychologie évolutionniste et de la mémétique, l’anthropologie cognitive de Dan Sperber s’articule autour d’un modèle épidémiologique de la diffusion...
  • DARWINISME

    • Écrit par et
    • 5 497 mots
    Un deuxième courant, esquissé à la fin des années 1980 notamment par John Tooby et Leda Cosmides, est nommé « psychologie évolutionniste ». Les psychologues évolutionnistes considèrent également que les gènes jouent un rôle très important dans le comportement social humain et dans la formation des règles...
  • EXPLICATIONS PROXIMALES ET ULTIMES DES COMPORTEMENTS

    • Écrit par
    • 1 020 mots

    Traditionnellement, les recherches en psychologie cognitive portent sur le « comment » des comportements : comment apprenons-nous ? comment parlons-nous ? La psychologie évolutionniste propose non seulement des explications – dites proximales – à ces questions mais, aussi et surtout, elle...

  • PSYCHOPATHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

    • Écrit par
    • 362 mots

    On rattache volontiers à la psychologie évolutionniste, axée sur l’anthropologie préhistorique, une psychopathologie évolutionniste. Cette dernière est cependant antérieure à la première et s’enracine dans l’éthologie plutôt que dans l’histoire biologique de l’espèce humaine. Son propos est d’identifier,...