PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Origines et thèses de la psychologie évolutionniste

Les origines de la psychologie évolutionniste remontent aux années 1980. Elles sont liées aux travaux du couple américain formé par l’anthropologue John Tooby et la psychologue Leda Cosmides, alors à Stanford University. Leur article de 1989 peut apparaître comme le manifeste fondateur de ce qui allait bientôt devenir une école, consacrée par l’institution du Centre pour la psychologie évolutionniste de l’université de Californie à Santa Barbara. Les thèses principales peuvent se résumer comme suit.

Le cerveau des membres de l’espèce humaine d’aujourd’hui est l’héritage d’une évolution biologique et des adaptations de l’époque des chasseurs-cueilleurs, correspondant au Pléistocène (2 millions d’années à 12 000 ans B.P.). Compte tenu de la lenteur des processus d’évolution biologique, il est peu probable que notre cerveau ait été modifié au cours des quelque dix à douze mille ans qui se sont dernièrement écoulés et qui ont vu les transformations du milieu de vie des humains – exigeant des adaptations inédites – se multiplier et se diversifier. Le problème crucial de l’espèce humaine, qu’il incombe à la psychologie d’élucider, est de se débrouiller avec un cerveau datant du Paléolithique dans le monde du second millénaire. La psychologie évolutionniste se base sur l’hypothèse de la mise en place de structures cérébrales propres à gérer les processus psychologiques adaptatifs en cette époque lointaine, inscrits dans le patrimoine inné de l’espèce, et qui permettraient les adaptations actuelles à un milieu culturel singulièrement modifié. Sur ce point central, la psychologie évolutionniste s’aligne sur les thèses innéistes adoptées par certains représentants du courant cognitiviste tels Chomsky et Pinker. À titre d’exemple du poids des modèles ancestraux, on peut évoquer la répartition des rôles masculins et féminins dans le monde contemporain. L’origine de cette répartition remonte plausiblemen [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Liège, membre de l'Académie royale de Belgique

Classification


Autres références

«  PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE  » est également traité dans :

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Le renouveau du biologisme »  : […] En France, l’image publique des sciences de la vie connaît un renouveau important à la suite de l’attribution en 1965 du prix Nobel de physiologie ou médecine aux généticiens André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob. La biologie attire de nouveau la curiosité du monde intellectuel et du grand public. C’est sur ce terreau à la fois scientifique et culturel que se déploient de nouvelles formes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologisme/#i_52275

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Les courants contemporains : biologismes pur, mixte ou analogique »  : […] Les théories socio-anthropologiques qui se réclament aujourd'hui de Darwin invoquent généralement cette dernière acception du darwinisme. Trois grands modèles, nettement différents, se dégagent dans cet ensemble. Le premier est la sociobiologie, apparue au milieu des années 1970 sous l'impulsion de l'entomologiste spécialiste des fourmis Edward Osborne Wilson. Pour les sociobiologistes, une bonne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darwinisme/#i_52275

EXPLICATIONS PROXIMALES ET ULTIMES DES COMPORTEMENTS

  • Écrit par 
  • Patrick BONIN
  •  • 1 017 mots

Traditionnellement, les recherches en psychologie cognitive portent sur le « comment » des comportements : comment apprenons-nous ? comment parlons-nous ? La psychologie évolutionniste propose non seulement des explications – dites proximales – à ces questions mais, aussi et surtout, elle cherche à comprendre le « pourquoi » des comportements – des explications dites ultimes. Ces deux types d'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explications-proximales-et-ultimes-des-comportements/#i_52275

PSYCHOPATHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

  • Écrit par 
  • Marc RICHELLE
  •  • 361 mots

On rattache volontiers à la psychologie évolutionniste, axée sur l’anthropologie préhistorique, une psychopathologie évolutionniste. Cette dernière est cependant antérieure à la première et s’enracine dans l’éthologie plutôt que dans l’histoire biologique de l’espèce humaine. Son propos est d’identifier, dans les symptômes psychiatriques, de possibles vestiges ou résurgences de conduites adaptées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathologie-evolutionniste/#i_52275

SOCIOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 810 mots

Dans le chapitre « Sociobiologie et biologisme »  : […] Cette prise de distance avec les excès de la sociobiologie à ses débuts explique pourquoi les polémiques se sont quelque peu atténuées avec le temps, sans pour autant que cette discipline – il vaudrait mieux dire ce système d’interprétation – ait cessé de sentir le soufre. On peut conclure que la théorie sociobiologique initiale de Wilson a perdu sa valeur d’outil intellectuel global telle qu’avan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociobiologie/#i_52275

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc RICHELLE, « PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-evolutionniste/