Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PSYCHOLOGIE COGNITIVE

Psychologie cognitive et étude de la cognition

Ce qui a marqué durablement la psychologie cognitive est la reconnaissance, aujourd'hui largement partagée, d'un objectif général : établir une conception de la cognition humaine inspirée par les concepts fournis par la théorie du traitement de l'information. En l'occurrence, il s'agit de rendre compte des fonctions mentales qui s'appliquent à l'information en général, et plus spécifiquement aux informations susceptibles de se constituer en connaissances. Sont ainsi concernées toute une série d'étapes, comme la saisie initiale de l'information perceptive, sa transformation et sa conservation en mémoire, son organisation et son évolution au sein de cette mémoire, et enfin sa récupération en vue d'utilisations ultérieures, dans le contexte de situations nouvelles impliquant, par exemple, la recherche d'une solution en réponse à un problème inédit.

La notion générale de « cognition » subsume l'ensemble des fonctions qui ont occupé la psychologie depuis ses origines : sensation, perception, apprentissage, mémoire, raisonnement, sans oublier toutes les activités qui impliquent la production et la compréhension du langage. En ce sens, elle est caractérisable comme « l'ensemble des dispositifs dont la fonction est de produire et d'utiliser de la connaissance » (Jean-François Le Ny). La notion est également invoquée lorsqu'il s'agit de formuler des hypothèses sur la manière dont est organisée la connaissance dans la mémoire humaine (en termes d'entités symboliques individualisées ou bien de réseaux) et sur l'architecture qui relie tous ses composants. L'activité cognitive est ainsi conçue comme l'interfaçage entre deux ensembles d'entités : des représentations (structures informationnelles inscrites en mémoire) et des processus de traitement applicables à ces représentations (activation, comparaison, combinaison, transformation).

Une idée qui a longtemps prévalu est que la cognition aurait essentiellement à voir avec des processus de haut niveau, ce qui a parfois conduit certains à établir une coupure entre « perception » et « cognition ». Mais cette idée n'est plus guère entretenue aujourd'hui. Si bien que tout le spectre des formes de traitement de l'information, (y compris dans ses plus bas niveaux) s'est trouvé progressivement rassemblé sous le terme générique « cognition ». Aujourd'hui, même les formes les plus simples d'apprentissage discriminatif (le fait, par exemple, pour un animal d'identifier que deux stimuli sont identiques ou qu'ils sont différents) sont vues comme la préfiguration des processus de haut niveau rencontrés chez l'être humain. Par ailleurs, si la cognition est examinée sous l'angle des fonctions qu'elle instancie de manière adaptative, elle est également abordée à travers ses limitations et ses dysfonctionnements, ce qui donne aux programmes de la psychologie et de la neuropsychologie cognitive, voire de la psychiatrie cognitive, une très forte proximité.

D'une manière qui n'est sans doute pas le fait du hasard, l'expansion des concepts cognitifs dans la psychologie du dernier quart du xxe siècle coïncide avec la prise en compte du concept de cognition par d'autres disciplines, à commencer par celles concernées à cette époque par la simulation des fonctions de l'esprit humain. Cette approche s'inscrivait à l'origine dans le cadre du postulat selon lequel il est possible de fabriquer des systèmes artificiels capables de contenir de la connaissance, d'en manipuler les composants, d'appliquer à ceux-ci des mécanismes calculatoires permettant de produire des raisonnements ou de prendre des décisions. Ainsi, des mécanismes cognitifs similaires à ceux supportés par des systèmes biologiques devraient pouvoir[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • PSYCHOLOGIE COGNITIVE ET CONSCIENCE

    • Écrit par Axel CLEEREMANS
    • 1 623 mots

    La conscience, en tant qu’objet d’étude, représente un des plus grands défis scientifiques du xxie siècle. Le concept de conscience est multiple. Dans son sens premier, le mot « conscience », qui tire son origine du latin conscientia, « avec connaissance », fait référence au savoir : nous...

  • PSYCHOLOGIE CLINIQUE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE

    • Écrit par Martine BOUVARD
    • 2 580 mots

    La psychologie comportementale et cognitive est un courant de la psychologie clinique qui développe des modèles explicatifs des troubles mentaux. Au sein de ce courant, l’accent est mis sur la méthodologie expérimentale en vue de tester des hypothèses concernant l’acquisition et le maintien des troubles....

  • ANDERSON JOHN ROBERT (1947- )

    • Écrit par Denis ALAMARGOT
    • 374 mots

    John Robert Anderson est né à Vancouver (Canada) en 1947. Après des études à l’université de la Colombie-Britannique, il obtient son Ph.D. en 1972 à l’université Stanford, sous la direction de G. Bower. D’abord professeur de psychologie à Yale de 1973 à 1977, il rejoint en 1978 l’université Carnegie-Mellon...

  • ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

    • Écrit par Arnaud HALLOY
    • 5 810 mots

    L’objet de l’anthropologie cognitive est de documenter et de mieux comprendre ce que la culture fait à la cognition. Depuis ses premiers tâtonnements au milieu du xxe siècle jusqu’à ses développements les plus contemporains, cette sous-discipline de l’anthropologie occupe une position ambiguë....

  • APPRENTISSAGE, psychologie

    • Écrit par Daniel GAONAC'H, Jean-François LE NY
    • 5 939 mots
    • 2 médias
    ...l’architecture du système cognitif, notamment celles qui concernent l’organisation des connaissances en mémoire. Cette évolution tient aux apports conjoints de la psychologie cognitive, de la neuropsychologie, et des neurosciences cognitives. Elle ne rend pas obsolètes les données accumulées depuis le début du...
  • APPRENTISSAGE DES LANGUES ÉTRANGÈRES

    • Écrit par Daniel GAONAC'H
    • 1 242 mots

    Les recherches sur l’apprentissage des langues étrangères ont d’abord été liées au domaine de la psycholinguistique, puis à celui du bilinguisme. Elles prennent actuellement davantage en compte les concepts de la psychologie cognitive : modalités d’apprentissage, automatisation, coût cognitif....

  • Afficher les 73 références

Voir aussi