Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PROVENCE, histoire

Le nom de Provence s'est appliqué à des territoires d'étendue variable. Ce fut à l'origine la partie la plus précocement conquise et romanisée de la Gaule. Ce fut aussi, dans le langage des troubadours, toute l'aire linguistique qu'on devait appeler ensuite pays de langue d'oc, France du Midi, ou, plus récemment, Occitanie. On trouve encore parfois des tendances à donner ainsi à cette appellation une acception culturelle et, par suite, une extension géographique large. Toutefois l'histoire politique a fixé de plus en plus précisément, du haut Moyen Âge à la Révolution française, le nom de Provence au pays compris entre la Méditerranée, le cours inférieur du Rhône, les monts de Vaucluse et de Lure, le cours supérieur de la Durance et le cours du Var. Ce comté, avec Aix pour capitale, mouvant théoriquement du Saint Empire, eut à peu près trois siècles d'indépendance effective avant d'être « uni » à la France (1481), puis de devenir une province du royaume. Depuis la Révolution, ce n'était plus qu'une entité géographique, tiraillée entre la croissance de la Côte d'Azur et celle de la puissante région industrielle de Marseille, lorsqu'on la rétablit, dans les années 1960, comme « région de programme ». L'originalité du tempérament politique s'y est longtemps maintenue. Mais aujourd'hui la tradition méridionale doit composer avec une ouverture et un brassage d'exceptionnelle ampleur.

La Provence avant 1481

De l'Empire romain au Saint Empire

Le nom de Provence vient du latin provincia, la province par excellence, celle que conquirent les Romains dans la Gaule transalpine. Mais c'est sous d'autres noms ( Viennoise, Narbonnaise, etc.) que le pays compris entre le Rhône, la crête des Alpes et la mer Méditerranée participe à l'histoire de la Gaule romanisée, période décisive qu'évoquent aujourd'hui tant de vestiges, d'Arles à Cimiez et de Vaison à Fréjus. À la charnière du ve et du vie siècle, quand l'Empire romain s'est effondré sous l'invasion des Barbares, l'Église chrétienne maintient une certaine unité de la Gaule du Sud-Est, autour de l'évêque d'Arles, saint Césaire (503-543).

Vers cette époque, le nom de Provincia (Provence ) réapparaît dans la Gaule franque, comme entité géographique et même, par intermittence, politique, au hasard des guerres civiles et des révoltes dans le royaume mérovingien. Les Carolingiens réduisent ensuite à l'obéissance un pays au commerce ruiné, replié sur son agriculture. Surtout, par le traité de Verdun (843), ils font du Rhône pour la première fois une frontière politique : la rive droite sera en Francie occidentale, bientôt la France, tandis que, sur la rive gauche, la Provence sera en Lotharingie. On pourra dire « côté Royaume » et « côté Empire » après qu'en 1032 le chef du Saint Empire romain germanique aura reçu l'héritage du roi de Bourgogne-Provence et, par conséquent, la suzeraineté de l'ancienne Lotharingie.

Les dynasties

Du ixe au xve siècle, l'histoire médiévale de la Provence est, du point de vue politique, dynastique et militaire, d'une très grande complexité. On peut distinguer, en simplifiant, l'époque des dynasties proprement provençales, du ixe au xie siècle, celle des comtes catalans (xiie siècle et début du xiiie), qui s'achève par le grand règne de Raimond-Bérenger V (1209-1245), celle des Angevins enfin, branche cadette des Capétiens par Charles Ier, frère du roi de France Saint Louis.

Les premiers comtes furent contemporains des invasions arabes, avec l'établissement à la fin du ixe siècle, puis la destruction en 972-973 d'une tête de pont sarrasine dans le golfe de Saint-Tropez, au Freinet. L'histoire des seconds, les comtes catalans de Provence, fut liée à celle[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Arles (Bouches-du-Rhône)

Arles (Bouches-du-Rhône)

Baux-de-Provence, Bouches-du-Rhône

Baux-de-Provence, Bouches-du-Rhône

Gordes

Gordes

Autres références

  • AGULHON MAURICE (1926-2014)

    • Écrit par Quentin DELUERMOZ
    • 1 312 mots
    • 1 média

    Historien, professeur au Collège de France, spécialiste d’histoire de la France des xixe et xxe siècles.

    Né à Uzès (Gard) en 1926 dans une famille d’instituteurs républicains, Maurice Agulhon effectue ses études à Avignon puis à Lyon, avant d’être reçu à l’École normale supérieure en 1946....

  • AIGUES-MORTES

    • Écrit par Gabriel LLOBET
    • 310 mots
    • 1 média

    Isolée au milieu d'une plaine marécageuse ou viticole, à l'extrémité occidentale du delta du Rhône et à six kilomètres de la mer, Aigues-Mortes est cependant traversée de plusieurs canaux dont l'un débouche sur la mer. La ville, construite suivant le plan en damier des bastides médiévales,...

  • ALPHONSE II (1152-1196) roi d'Aragon (1164-1196)

    • Écrit par Jean FAVIER
    • 172 mots

    Comte de Barcelone en 1162 et roi d'Aragon en 1164 comme successeur de son père, le comte de Barcelone Raimond Bérenger IV, et de sa mère, la reine Pétronille d'Aragon. Alphonse II, dit Alphonse le Chaste, joue un rôle de premier plan des deux côtés des Pyrénées. Dès 1167, il intervient en Languedoc...

  • AVIGNON & COMTAT VENAISSIN

    • Écrit par Alain MAUREAU
    • 1 062 mots

    Autour d'Avignon, la préhistoire a laissé des traces surtout pour la période néolithique. Abris-sous-roche, stations en plein air, « fonds de cabanes » ont livré armes, outils, parures. Le dolmen de Ménerbes et les stèles anthropomorphes de l'Isle-sur-la-Sorgue et d'Avignon appartiennent à l'âge...

  • Afficher les 18 références

Voir aussi