AIGUES-MORTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Isolée au milieu d'une plaine marécageuse ou viticole, à l'extrémité occidentale du delta du Rhône et à six kilomètres de la mer, Aigues-Mortes est cependant traversée de plusieurs canaux dont l'un débouche sur la mer. La ville, construite suivant le plan en damier des bastides médiévales, est entourée par des fortifications représentant, par l'importance (545 mètres sur 300 mètres) et par l'homogénéité (seconde moitié du xiiie s.), l'un des plus beaux exemples d'architecture militaire médiévale. Son histoire est celle d'une longue décadence, la volonté des hommes, fondée sur des motifs essentiellement politiques et militaires, n'ayant pu combattre l'ensablement dû au Rhône. Créateur d'Aigues-Mortes, Saint Louis acquit au débouché des pays rhodaniens un emplacement où l'on pouvait établir un port maritime abrité (baie des Eaux-Mortes) et un port intérieur relié par les étangs à Montpellier et au Rhône. Conçus et commencés vers 1248, les travaux furent, avec l'aide d'entrepreneurs génois, activement poursuivis par Philippe le Hardi et terminés par Philippe le Bel. Pour favoriser le peuplement de la ville, Saint Louis lui accorda une charte très libérale. Pour développer le trafic du port, il obligea tout navire croisant en vue des phares à y faire relâche. Certes le souverain avait besoin d'une base de départ pour ses croisades (1248 et 1270), mais son effort comme celui de ses deux successeurs correspond à la volonté d'implanter la domination capétienne sur les rives de la Méditerranée. Malgré un accès incommode et un entretien coûteux, les rois maintinrent le privilège du port jusqu'à la création de Sète (fin du xviie s.), ruine définitive pour le trafic d'Aigues-Mortes.

Occitanie : carte administrative

Occitanie : carte administrative

carte

Carte administrative de la région Occitanie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

—  Gabriel LLOBET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, professeur au lycée Léonard-Limosin, Limoges

Classification


Autres références

«  AIGUES-MORTES  » est également traité dans :

LANGUEDOC-ROUSSILLON

  • Écrit par 
  • Laurence FABBRI, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 3 666 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Terres et mer »  : […] Le Languedoc-Roussillon serait-il un amphithéâtre ouvert sur la mer par une succession de gradins ? L'impression dominante est bien celle d'une gradation du relief depuis la ligne tendue du trait de côte jusqu'aux hauteurs cévenoles, l'alignement pyrénéen perturbant cette belle harmonie. Entre littoral et hautes terres, distinguons les Garrigues à l'est, les Soubergues (collines du Biterrois) et l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel LLOBET, « AIGUES-MORTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aigues-mortes/