Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PREUVE, épistémologie

Dispositifs de la preuve

La proposition et le fait empirique semblent être sans mesure commune. Aussi le bien-fondé principiel des descriptions doit-il être cherché dans un troisième terme, par exemple les formes a priori de la sensibilité et l'armature catégoriale selon la Critique de la raison pure. Il en va de même de la certification proprement dite, l'observation et l'expérimentation jouant ce rôle de tertium dans les sciences empiriques. Elles sont censées « exhiber » (ou non) la correspondance, moyennant la vérification, dans le fait, du comportement prévu par la proposition. L'explication serait alors une implication dans le donné qu'elle décrit.

Les difficultés propres à la vérification dépendent en partie du problème plus général du rapport entre proposition et monde. Ainsi, l'exigence d'une base empirique formée par des éléments ultimes, « atomiques », des vécus immédiats (ou « protocoles », suivant la terminologie de Rudolf Carnap) et s'imposant à l'observateur sans aucun élément d'inférence témoigne du danger d'une projection des langages et des théories sur les faits. S'il en était ainsi, les dispositifs apparemment objectifs pourraient se révéler être des constructa et la preuve se trouver donnée d'avance ou, tout au moins, pré-déterminée dans toutes les modalités qu'elle revêt.

Ces questions, on le sait, sont au centre des débats du Cercle de Vienne. Dans la doctrine des énoncés protocolaires de Carnap, Otto Neurath a pu dénoncer le mythe de la tabula rasa. En réalité, les propositions scientifiques se produisent à l'intérieur d'une histoire qui en modifie continuellement le sens. Pouvant à chaque moment être révoquées ou remplacées, la validité de chacune s'évaluera non pas par son adéquation à un donné ultime introuvable, mais par sa compatibilité avec d'autres propositions (une proposition ne saurait être comparée qu'à des propositions), dans le cadre d'un langage unitaire. Aussi le critère dernier de la validité résiderait dans la cohérence de l'ensemble et, face à un protocole qui s'oppose à un ensemble de lois ou à d'autres protocoles, le scientifique devra décider s'il faut rejeter le protocole « déviant » ou le corpus des protocoles existants. Toutefois, en l'absence de règles spécifiques de l'acceptation et du rejet des propositions, cette doctrine semble condamnée à déboucher sur un conventionnalisme de fait. Telle fut l'objection de Popper (op. cit., pp. 95-97) : « Neurath évite une forme de dogmatisme, mais il prépare le chemin pour n'importe quel système arbitraire qui décide de se poser comme une science empirique. » Le scepticisme de l'épistémologie post-positiviste se profile ainsi à l'horizon.

La théorie positiviste de la preuve stricto sensu témoigne des mêmes embarras, également paradigmatiques. Les « énoncés atomiques purs » sont aussi l'assise de la certitude de la preuve. Dans son grand essai intitulé Testability and Meaning, Carnap a énoncé les principes d'une « méthodologie empirique » qui s'institue sur une règle de réductibilité des propositions à des « termes primitifs », « observables » et « réalisables » (in H. Feigl et M. Brodbeck dir., Readings in the Philosophy of Science, pp. 63-65, New York, 1953 ; la première édition est de 1936-1937). « Tous les prédicats primitifs doivent être observables » (op. cit., p. 81) et, moyennant « quelques observations », il sera toujours loisible – complètement ou partiellement, la différence est de degré – de se prononcer avec certitude sur l'existence ou la non-existence d'un état de choses extérieur à la description linguistique : « Par exemple, le prédicat rouge est observable pour une personne possédant[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en philosophie, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Fernando GIL. PREUVE, épistémologie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Karl Popper - crédits : Keystone/ Getty Images

Karl Popper

Autres références

  • ARGUMENTATION

    • Écrit par Chaïm PERELMAN
    • 1 853 mots
    C'est à cette distinction que correspondent les deux espèces de preuves étudiées par Aristote, les preuves analytiques, telles que le syllogisme, qui indiquent comment une conclusion vraie peut être tirée de prémisses vraies, grâce à un raisonnement formellement correct, et les preuves ...
  • ERREUR

    • Écrit par Bertrand SAINT-SERNIN
    • 4 874 mots
    • 2 médias
    Ces preuves de consistance, à leur tour, sont de deux ordres, indirectes ou directes. Une preuve indirecte de la consistance d'une théorie s'obtient en traduisant les axiomes et les termes primitifs de cette théorie en des propositions valides et en des termes bien formés d'une théorie dont on ne met...
  • KUHN THOMAS (1922-1996)

    • Écrit par Alexis BIENVENU
    • 2 882 mots
    • 1 média
    ...lutte. Elle donne alors au développement des sciences une dimension agonistique qui le rend peu conforme aux préceptes de la justification rationnelle. En effet, pour l'emporter, l'arsenal des « preuves scientifiques » est généralement insuffisant, puisque les preuves des uns ne sont généralement pas probantes...
  • LA PREUVE EN MATHÉMATIQUE (colloque)

    • Écrit par Jean-Michel SALANSKIS
    • 1 121 mots

    Du 24 au 28 mai 2005 s'est tenu à l'université Charles-de-Gaulle - Lille-III un colloque international intitulé « La preuve en mathématique : logique, philosophie, histoire ». Le projet de cette manifestation remonte à une préoccupation ancienne et profonde des spécialistes de philologie et d'herméneutique...

  • Afficher les 11 références

Voir aussi