PROTOCOLAIRES ÉNONCÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Notion d'épistémologie contemporaine, d'origine anglo-saxonne, qui traduit l'anglais protocol sentences et l'allemand Protokoll Sätze. Avant toute spécialisation philosophique, le terme allemand Protokoll désignait un compte rendu, un procès-verbal, notamment des débats d'un procès.

C'est autour des années trente que les néo-positivistes (membres du cercle de Vienne), R. Carnap et O. Neurath, donnent à l'expression un sens renouvelé et lui font désigner les propositions qui, décrivant l'expérience immédiate, la perception d'un observateur, sont considérées comme les éléments premiers de la connaissance et de la science. En 1931, Carnap semble admettre parmi les énoncés protocolaires aussi bien « vert ici maintenant », « joie maintenant » que « cercle vert maintenant » ou « une boule verte roule sur la table ». Neurath y ajoute la mention du nom de l'observateur, par souci de communicabilité intersubjective : « Énoncé protocolaire d'Otto, à 3 h 17 ⇌ pensée verbale d'Otto, à 3 h 16 ⇌ dans la pièce, à 3 h 15, une table était perçue par Otto. »

Les énoncés protocolaires répondent ainsi à une triple préoccupation. En premier lieu, ils découlent de l'analyse faite par Wittgenstein du langage scientifique dans le Tractatus logico-philosophicus en 1921 : le sens et la vérité d'une proposition complexe dépendent de la vérité de ses constituants ; ces derniers peuvent être également complexes ; l'analyse se termine lorsqu'on parvient à des propositions élémentaires ultimes, c'est-à-dire, pour Wittgenstein, à des agencements de noms qui représentent les agencements possibles de choses simples, à des « tableaux logiques d'états de choses élémentaires » (les énoncés protocolaires peuvent donc être considérés, pour une part, comme de tels tableaux logiques). En deuxième lieu, ils répondent au souci de trouver un fondement de la science : tout repose en définitive sur la vérité ou la fausseté des propositions élémentaires ; en 1934, M. Schlick parle de la quête nécessaire d'une classe de propositions qui fournissent le « fondement inébranlable et indubitable de toute connaissance ». Enfin, ils répondent au souci de fonder le principe de vérifiabilité, qui fait de la capacité d'un énoncé à être vérifié le critère permettant de lui donner ou non un sens.

Il est à noter que les énoncés protocolaires représentent seulement une espèce dont le genre serait ce qu'on appelle « propositions élémentaires », ou « propositions de base » (en anglais, basic statements). Parmi ces dernières, il faudrait compter d'autres espèces, tels les « constats d'expériences » (en allemand, Konstatierungen) de Schlick, qui se caractérisent par l'usage des particuliers égocentriques (je, ici, maintenant), tandis que les énoncés protocolaires ont une expression objective (Un tel, au lieu x, à l'instant t). On trouve chez Russell (The Analysis of Mind, 1921 ; An Inquiry into Meaning and Truth, 1940) et chez Ayer (Basic Propositions, 1950) des conceptions différentes.

La question des propositions élémentaires a suscité et suscite encore de nombreuses controverses. Parmi les questions le plus souvent abordées, on peut mentionner les suivantes :

L'aspect subjectif de l'expérience perceptive, fût-elle d'observation. Les propositions élémentaires doivent-elles être les descriptions des expériences privées du locuteur, ou d'événements observables par tous ?

Ces énoncés sont-ils indubitables, irréfutables, ou falsifiables ?

Est-il même légitime d'admettre l'existence d'une classe particulière de propositions à titre de propositions élémentaires ?

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification

Autres références

«  PROTOCOLAIRES ÉNONCÉS  » est également traité dans :

CARNAP RUDOLF (1891-1970)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « La construction logique du monde et les travaux issus du Cercle »  : […] Après ses études de mathématique, de physique et de philosophie à Fribourg et à Iéna – il fut l'un des très rares auditeurs de Frege –, Carnap obtint le titre de docteur avec une thèse intitulée L'Espace : une contribution à la théorie de la science (1921). Sur l'initiative de H. Hahn et M. Schlick, il devint, en 1926, Privatdozent à l'université de Vienne et participa aux discussions du Cercle d […] Lire la suite

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 646 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le rationalisme critique »  : […] Karl Popper critique dans La Logique de la découverte scientifique le principe de vérifiabilité des Viennois. Ce principe revient à exclure du champ de la science les énoncés universels, qui, par nature, ne sont pas réductibles à un nombre fini d' énoncés protocolaires. « Soucieux d'anéantir la métaphysique, les positivistes anéantissent avec elle la science naturelle. » Popper propose de rempla […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « PROTOCOLAIRES ÉNONCÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enonces-protocolaires/