PREUVE, épistémologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une proposition est dite prouvée si, ayant été établie par une méthode reconnue, elle fait l'objet d'une croyance. Cette formulation permet de distinguer quatre versants dans la théorie de la preuve : 1o un élément sémantico-formel, la proposition qu'il s'agit de prouver ; 2o un dispositif objectif de mise à l'épreuve de la proposition ; 3o la croyance subjective du destinataire de la preuve à l'effectivité de celle-ci ; 4o la reconnaissance intersubjective du bien-fondé des procédures de la preuve. On considérera ici le premier versant, qui pose une question préjudicielle en ce qui concerne les sciences empiriques (sur la preuve logique, cf. théorie de la démonstration), et le deuxième, qui reste l'aspect épistémologiquement décisif. Il y a pourtant une interdépendance entre le subjectif et l'objectif. La croyance en la vérité d'une proposition est supposée dériver des procédures objectives (toute preuve vise à provoquer un assentiment) et la confiance faite à ces procédures représente elle-même une autre croyance.

On examinera ces questions en rapport avec la théorie de la vérité d'Alfred Tarski, telle que Karl Popper l'a interprétée, et avec les critères néo-positivistes de la preuve. Héritant de plusieurs traditions et courants, le néo-positivisme a pour ainsi dire défini les exigences canoniques en matière de preuve, y compris dans leurs difficultés et leurs apories : la critique ultérieure a retenu, pour l'essentiel, les critères positivistes, en se limitant à ajouter que, ces derniers se révélant inaccessibles, il ne saurait y avoir de preuve ou que toute preuve serait foncièrement indéterminable. Mais il est tout au moins problématique de vouloir se dispenser des concepts de fait, de contrôle empirique ou de vérité.

La proposition et le fait

Le problème, énoncé déjà par les sceptiques au sujet de la représentation, est celui de la confrontation de deux domaines apparemment sans commune mesure. Popper le pose en ces termes : « Que pouvons-nous signifier si nous disons d'une assertion qu'elle correspond aux faits (ou à la réalité) ? Quand nous nous rendons compte que cette correspondance ne saurait reposer sur une correspondance structurelle, la tâche d'élucider une telle correspondance paraît sans espoir... » (The Logic of Scientific Discovery, 1972, p. 274). Mais il ajoute immédiatement qu'en recourant à un métalangage sémantique Tarski aurait résolu le problème et défini le principe d'une théorie de la correspondance.

Karl Popper

Photographie : Karl Popper

Le philosophe et épistémologue Karl Raimund Popper (1902-1994), né en Autriche, enseigna à la London School of Economics and Political Science de 1945 à 1969. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Le « concept de vérité » selon Tarski déplace, en effet, le problème de la correspondance dans le sens de la relation d'un langage-objet L avec un métalangage M. « Est vrai » (formule qui est synonyme de « s'accorde avec les faits ») sera un prédicat métalinguistique, prédicable des propositions de L. Il pose que, dans une certaine proposition de L, une certaine relation ou un certain prédicat se trouvent « satisfaits », au sens où des objets remplissent des fonctions propositionnelles. On dira en conséquence qu'une proposition est vraie si elle est satisfaite par tous les objets et fausse dans le cas contraire. Ainsi, si on prend le français comme M et l'anglais comme L (dans la situation la plus courante, L sera une partie de M, ce qui ne fait pas problème s'ils ne sont pas confondus, c'est-à-dire si les propositions de L sont des citations en M), la condition de vérité de la proposition the book is on the table s'énoncera « la proposition the book is on the table s'accorde avec les faits si et seulement si le livre est sur la table ». C'est en cela que consiste la « convention T » : en remplaçant une proposition quelconque de L par la lettre p, et en donnant à p le nom X (en M), « X est vraie » et « p » sont équivalents. On aura ainsi : (T) X est vraie si et seulement si p. La même convention régit récursivement les propositions complexes formées par l'intermédiaire des connecteurs logico-linguistiques et on dira : (T) X n'est pas vraie si et seulement si p n'est pas vraie ; une proposition obtenue par l'insertion de ou entre p1 et p2 est vraie si et seulement si p1 ou p2 est vraie, etc.

On aura alors expliqué intralinguistiquement comment il faut comprendre la correspondance : dire qu'une proposition est vraie équivaut logiquement à affirmer simplement cette proposition. Cependant –  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  PREUVE, épistémologie  » est également traité dans :

ARGUMENTATION

  • Écrit par 
  • Chaïm PERELMAN
  •  • 1 856 mots

Dans le chapitre « Argumentation et démonstration »  : […] L'étude de l'argumentation analysera les techniques discursives permettant de provoquer ou d'accroître l'adhésion d'un auditoire aux thèses qu'on présente à son assentiment. Cette définition met en évidence ce qui différencie profondément l'argumentation de la démonstration. Celle-ci est une déduction visant à prouver la vérité ou la probabilité calculable de sa conclusion, à partir de prémisses a […] Lire la suite

ERREUR

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 868 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'erreur en mathématiques »  : […] L' idée de présenter les théories d'une manière axiomatique date des Grecs, et les Éléments d'Euclide ont constitué à cet égard un modèle pendant plus de deux millénaires. En fait, on s'est aperçu, au cours des siècles, que les figures jouaient un rôle équivoque dans certaines démonstrations, et on s'est efforcé de dissocier les représentations empiriques attachées aux notions de « point », de « […] Lire la suite

KUHN THOMAS (1922-1996)

  • Écrit par 
  • Alexis BIENVENU
  •  • 2 889 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Révolutions dans la science »  : […] S'il est vrai que la science, comme le dit Kuhn, se caractérise moins comme une activité d' acquisition de croyances que de changement de croyances, alors tous les paradigmes sont destinés à être remplacés un jour. Reste à déterminer leur schéma général d'évolution, c'est-à-dire, précisément, la « structure » des révolutions scientifiques. Le constat dont découlent tous les autres réside dans le […] Lire la suite

LA PREUVE EN MATHÉMATIQUE (colloque)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 1 122 mots

Du 24 au 28 mai 2005 s'est tenu à l'université Charles-de-Gaulle - Lille-III un colloque international intitulé « La preuve en mathématique : logique, philosophie, histoire ». Le projet de cette manifestation remonte à une préoccupation ancienne et profonde des spécialistes de philologie et d'herméneutique de l'école de Jean Bollack (1923-2012) : ceux-ci, convaincus que les bonnes interprétations […] Lire la suite

LOI, épistémologie

  • Écrit par 
  • Pierre JACOB
  •  • 6 839 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les lois universelles et le problème de l'induction »  : […] Plus une loi est générale, abstraite, éloignée des détails de l'observabilité, plus variés sont les phénomènes auxquels elle s'applique, plus est grand son pouvoir explicatif. Ainsi, la loi de la gravitation universelle a révélé aux hommes la parenté inattendue entre la chute des corps à la surface de la Terre, la trajectoire parabolique des projectiles à la surface de la Terre, la trajectoire el […] Lire la suite

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 011 mots

Dans le chapitre « L'hypothèse et l'expérience mentale »  : […] Les analyses des épistémologues depuis C. Bernard sont centrées autour de la méthode expérimentale et la discussion roule sur les rôles respectifs de l'hypothèse ou de l' invention et de l'expérience. Lequel est premier, le fait ou l'idée ? Peut-on se passer d'hypothèse ? L'hypothèse procède de notre tendance spéculative, du besoin de compléter mentalement les apparences ou les observations. Ell […] Lire la suite

MÉTHODE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 2 296 mots

Dans le chapitre « Du problème de l'induction au falsificationnisme de Karl Popper »  : […] Le problème de l'induction, déjà magistralement abordé au xviii e  siècle par David Hume, est à la source de la philosophie des sciences telle qu'elle s'est développée au xx e  siècle. Il a fait l'objet d'un traitement original dans l'œuvre de Karl Popper. Cette approche n'est pas la seule, et les conclusions de Karl Popper ne font pas l'unanimité. Elles se heurtent en particulier à celles des te […] Lire la suite

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 441 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La sémantique et les modèles en mathématiques »  : […] Si l'on s'en tient à une caractérisation très générale des modèles et qu'on entende par là une partie concrète de la théorie qui est directement en rapport avec certains objets, il y a lieu de rappeler que les structures abstraites des mathématiques, définies au niveau des symbolismes purs, se sont formées par abstraction à partir de tels « modèles ». Ainsi, la doctrine des opérations numériques a […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 16 219 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les expériences de preuve »  : […] Pour ce qui est des « expériences de preuve », on pourrait en éluder la discussion épistémologique sous prétexte que, mettant en œuvre les procédures hypothético-déductives du raisonnement expérimental, elles ne requièrent aucune autre justification. Que la réalisation de telles expériences soulève des problèmes assez délicats, on s'en doute. Mais il ne faudrait pas laisser croire qu'il s'agit d […] Lire la suite

RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ
  •  • 5 005 mots

Dans le chapitre « Preuve »  : […] Le raisonnement est d'abord un moyen de preuve ou de justification. La façon la plus normale d'établir une proposition qui n'est pas immédiatement évidente, c'est de montrer qu'elle se rattache, par une relation illative, à telle autre dont la vérité est reconnue : ou bien elle en est la conséquence et alors la preuve est rigoureuse (démonstration mathématique), ou inversement elle l'a comme consé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Fernando GIL, « PREUVE, épistémologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-epistemologie/