INFÉRENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Opération de l'esprit qui passe de propositions assertives, comme prémisses, à des propositions assertives, comme conclusions. Au sens strict, on distingue l'inférence du raisonnement en ce qu'elle peut être soit médiate soit immédiate (passer de « Quelque a n'est pas b » à « Quelque b n'est pas a »), tandis que le raisonnement comporte nécessairement des médiations (il est discursif) ; de plus, les propositions sont posées comme vraies, elles sont assertives au sens technique du terme, et non simplement supposées ou considérées. On distingue aussi l'inférence démonstrative ou déduction, qui comporte l'idée de nécessité, et l'inférence non démonstrative, ou induction, qui comporte l'idée de probabilité ; inférer signifie donc soit déduire soit induire. L'inférence déductive est qualifiée de valide ou de non valide ; cette qualification ne se retrouve pas exactement pour l'inférence inductive. L'inférence valide s'effectue conformément à des règles qui permettent de déduire d'un ensemble de prémisses toutes les conséquences logiques et elles seulement.

—  Françoise ARMENGAUD

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  INFÉRENCE  » est également traité dans :

APPRENTISSAGE DE LA COMPRÉHENSION

  • Écrit par 
  • Maryse BIANCO
  •  • 1 943 mots

Dans le chapitre « Niveaux de représentation et mécanismes de la compréhension »  : […] Comprendre un texte consiste à élaborer une représentation cohérente et unifiée de la situation décrite (un modèle de situation). Cette construction est réalisée de manière progressive et dynamique au fur et à mesure de la saisie du texte. Elle sollicite, dans un temps bref et souvent simultanément, des mécanismes cognitifs nombreux et de natures différentes. On admet aujourd’hui que le texte est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-de-la-comprehension/#i_8808

BOSANQUET BERNARD (1848-1923)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 898 mots

Philosophe anglais, qui fut professeur à Saint Andrews. Bosanquet est un représentant original, avec Bradley et Royce, de l'idéalisme néo-hégélien. Il était le combattant d'une cause perdue en ce qu'il se voulait le défenseur de l'idéalisme ancien (absolu) contre les « hérésies » de l'idéalisme personnaliste en un temps où se dissociaient les deux sources traditionnelles d'inspiration de la philos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-bosanquet/#i_8808

BRANDOM ROBERT (1950- )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 372 mots

Philosophe américain, professeur à l'université de Pittsburgh, Robert Brandom est l'un des représentants les plus significatifs des voies dans lesquelles la philosophie pragmatiste s'est engagée après le « tournant linguistique », dans le contexte actuel des discussions en philosophie de l'esprit. Il est notamment l'auteur de deux livres : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-brandom/#i_8808

CONVERSION, logique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 391 mots

Dans la logique aristotélicienne, la « conversion » est un procédé d'inférence immédiate qui consiste à transposer les termes d'une proposition de la forme sujet-prédicat de telle sorte que le prédicat devienne sujet et le sujet prédicat, et ce de façon que la proposition converse n'affirme rien de plus que la proposition initiale. Exemples : Tous les chats sont des félidés — quelques félidés sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conversion-logique/#i_8808

DÉVELOPPEMENT DU RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET
  •  • 1 346 mots

Dans le chapitre « Les approches modernes et les capacités du jeune enfant »  : […] Les travaux des psychologues à partir des années 1970 du siècle dernier remettront doublement en cause cette conception. Il apparaîtra, d’une part, que les capacités des jeunes enfants d’âge préscolaire sont nettement supérieures à ce que supposait Piaget et que, d’autre part, la pensée adulte est beaucoup moins logique et rationnelle qu’on ne l’avait toujours supposé. Ainsi, la compréhension des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-du-raisonnement/#i_8808

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème central : induction et hypothèse »  : […] L'empirisme professé au xix e  siècle a certaines caractéristiques qui lui sont propres : l'importance accordée aux méthodes inductives de Stuart Mill et à la psychologie génétique. La notion d'empirisme est alors associée, d'une part, avec la thèse sensualiste qui se propose d'expliquer l'origine des idées à partir de la sensation, d'autre part, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_8808

FORMALISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 5 002 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La démonstration formalisée »  : […] 3. On définit un sous-ensemble de formules qu'on appelle les axiomes du système. Le plus souvent, on peut décider effectivement si une formule donnée est un axiome, et on parle alors de théorie axiomatique. Intuitivement, les axiomes représentent des propositions qui sont considérées comme vraies sans démonstration, mais cette référence est en toute rigueur inutile. 4. On d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme/#i_8808

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 415 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heuristique générale ou la logique de la découverte »  : […] Toute épistémologie est tenue de décider de deux problèmes : comment la certitude peut-elle être atteinte dans la connaissance scientifique – problème que l'on a coutume d'indexer sous le titre de « problème des fondements » –, et comment la découverte est-elle possible, découverte qui s'insère dans un mouvement spécifique résumé dans le terme de « progrès ». C'est la réponse à cette seconde inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_8808

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Logique et physique »  : […] La physique dans l'Inde classique se réduisait aux théories philosophiques de l'école du Vaiśeṣika sur la structure atomique des cinq éléments : terre-eau-feu-vent-éther, les atomes et la causalité. La littérature musicale contient une étude des harmoniques. Mais la physique ne semble pas s'être constituée comme science. Formulé au départ dans des textes distincts, le Vaiśeṣika […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_8808

INDUCTION, philosophie

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 253 mots

Le processus de pensée qu'on appelle induction et qui relève de la méthode reconstructive évoque une question obscure qui peut se formuler ainsi : existe-t-il, à côté des inférences nécessaires qui se fondent sur le principe de la déduction, des inférences qui seraient seulement probables et reposeraient sur un autre principe, celui de l'induction ? Le problème de l'existence et de la validité d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/induction-philosophie/#i_8808

INTUITIONNISME

  • Écrit par 
  • Jacques-Paul DUBUCS
  •  • 1 654 mots

Dans le chapitre « L'intuitionnisme de Brouwer »  : […] Compte tenu de cette accessibilité, l'idée d'une vérité mathématique inconnue est absurde : comme l'écrit en 1948 le Néerlandais Luitzen Egbertus Brouwer (1881-1966), créateur et promoteur de la doctrine, « il n'y a pas de vérité sans expérience de la vérité ». Le rôle du langage est considéré comme mineur : il est restreint à la mémorisation des résultats de l'activité mathématique individuelle d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intuitionnisme/#i_8808

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vers une « philosophie de l'esprit » »  : […] Dans les années 1990, au sein de la philosophie analytique, le paradigme dominant a ainsi été diversement abandonné, et le « tournant linguistique » a débouché sur un « tournant cognitif ». Au prix d'un renversement qui permet de se demander, comme l'a suggéré Pascal Engel, si la « philosophie de l'esprit » n'est pas un autre nom pour la « philosophie du langage » poursuivie par d'autres moyens, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_8808

ACQUISITION DE LA PRAGMATIQUE DU LANGAGE

  • Écrit par 
  • Josie BERNICOT
  •  • 1 249 mots

Dans le chapitre « Les actes de langage »  : […] Les assertifs permettent d’exprimer une croyance sur l’état du monde (« le ciel est bleu »), les directifs ou demandes de faire faire quelque chose à autrui (« ferme la porte »), les engagements ou promissifs obligent le locuteur à adopter une certaine conduite future (« je vais ranger ma chambre »), les expressifs consistent à exprimer un état psychologique à propos d’un état du monde (« j’en ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-de-la-pragmatique-du-langage/#i_8808

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La logique aristotélicienne »  : […] On s'accorde toujours à faire commencer la logique avec celles des œuvres d'Aristote qui seront ultérieurement rassemblées sous le titre commun d' Organon – mot qui marque bien le caractère instrumental et préparatoire à la philosophie qu'Aristote lui reconnaissait. Elle avait été préparée par le développement de la dialectique, qu'Aristote fait remonter à Zénon d'Élée ; ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_8808

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Logique et connaissance »  : […] Or toute inférence qui tire ι p ε s de ι p ε h est elle-même traitée comme analogue au passage d'un mot (perçu) à un objet (non perçu) que ce mot désigne. Donc la connaissance d'une fumée ( H  = qu'à l'emplacement de cette montagne il y a de la fumée) sera appelée « cause efficiente » (k […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique-indienne/#i_8808

LOI, épistémologie

  • Écrit par 
  • Pierre JACOB
  •  • 6 839 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les lois universelles et le problème de l'induction »  : […] Plus une loi est générale, abstraite, éloignée des détails de l'observabilité, plus variés sont les phénomènes auxquels elle s'applique, plus est grand son pouvoir explicatif. Ainsi, la loi de la gravitation universelle a révélé aux hommes la parenté inattendue entre la chute des corps à la surface de la Terre, la trajectoire parabolique des projectiles à la surface de la Terre, la trajectoire el […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-epistemologie/#i_8808

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET THÉORIE DE L'ESPRIT

  • Écrit par 
  • Dana SAMSON
  •  • 1 321 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’inférence des états mentaux à partir d’indices contextuels »  : […] En l’absence ou en complément des indices cités ci-dessus, le contexte qui nous est décrit ou dont nous sommes directement témoins nous permet aussi de faire des inférences sur l’état mental d’une autre personne. En effet, les connaissances de la théorie de l’esprit renvoient à des principes universels selon lesquels l’esprit humain fonctionne. Par exemple, toute personne qui a vu un objet localis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives-et-theorie-de-l-esprit/#i_8808

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET AGENTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Elisabeth PACHERIE
  •  • 1 348 mots

Dans le chapitre « L’approche de la reconstruction cognitive »  : […] L'approche de la reconstruction cognitive met, quant à elle, l'accent sur le rôle d'indices cognitifs de haut niveau et de processus généraux d'inférence causale dans la production du sens de l'agentivité. Lorsqu'il y a correspondance entre les effets d'une action et une pensée de l'agent qui l'a immédiatement précédée, et en l'absence d'autres causes potentielles évidentes de cette action, l'age […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives-et-agentivite/#i_8808

NEWMAN JOHN HENRY (1801-1890)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 747 mots

Dans le chapitre « Le philosophe »  : […] On pourrait douter que dans cet homme complet – à la fois poète, romancier, historien, essayiste, prédicateur, polémiste, théologien – il y eût encore place pour le philosophe. L'œuvre philosophique de Newman n'est d'ailleurs pas considérable et est demeurée jusqu'à ces derniers temps inédite ; cependant, elle se répartit sur toute sa vie. Ses premiers écrits sont une discussion avec les « noétiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-henry-newman/#i_8808

RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ
  •  • 5 005 mots

Dans le chapitre « Conditions de validité de l'inférence »  : […] Raisonner, c'est inférer une proposition, appelée conclusion , à partir de certaines autres prises comme prémisses. Sans doute, à parler strictement, peut-on contester que tout raisonnement consiste à faire une inférence ; par exemple lorsque, au lieu d'inférer une proposition nouvelle à partir de prémisses connues, on s'efforce, une proposition étant do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raisonnement/#i_8808

RUSSELL BERTRAND lord (1872-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 6 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « Principia » et le calcul des propositions »  : […] Avant la parution des Principia , la problématique philosophique de la logique s'exprimait généralement en termes qualitatifs de jugements et d'inférences. De plus, les néo-hégéliens britanniques avaient privilégié une dialectique au moyen de laquelle ils prétendaient que toute prise de position conceptuelle, étant partielle et partiale, devait renvoyer automatiquement à une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-russell/#i_8808

STATISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MORLAT
  •  • 14 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inférence statistique classique »  : […] Les méthodes que nous avons décrites au chapitre précédent sous le titre d'analyse des données concernent la description des tableaux d'observations statistiques et ne font intervenir aucune hypothèse sur l'origine de ces données. La statistique classique était au contraire une statistique probabiliste, fondée sur la prise en considération des lois de probabilité auxquelles obéissent les phénomène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/statistique/#i_8808

VALIDITÉ, logique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 605 mots

Propriété de l'inférence qui la qualifie quant à sa fonction essentielle. L'inférence consiste à passer de propositions vraies assertées comme prémisses à une proposition vraie assertée comme conclusion. Si l'inférence est telle que, si je suis assuré de la vérité des prémisses, alors je le suis également de la vérité de la conclusion, l'inférence est dite valide ; dans le cas contraire, elle est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/validite-logique/#i_8808

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « INFÉRENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/inference/