INFÉRENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Opération de l'esprit qui passe de propositions assertives, comme prémisses, à des propositions assertives, comme conclusions. Au sens strict, on distingue l'inférence du raisonnement en ce qu'elle peut être soit médiate soit immédiate (passer de « Quelque a n'est pas b » à « Quelque b n'est pas a »), tandis que le raisonnement comporte nécessairement des médiations (il est discursif) ; de plus, les propositions sont posées comme vraies, elles sont assertives au sens technique du terme, et non simplement supposées ou considérées. On distingue aussi l'inférence démonstrative ou déduction, qui comporte l'idée de nécessité, et l'inférence non démonstrative, ou induction, qui comporte l'idée de probabilité ; inférer signifie donc soit déduire soit induire. L'inférence déductive est qualifiée de valide ou de non valide ; cette qualification ne se retrouve pas exactement pour l'inférence inductive. L'inférence valide s'effectue conformément à des règles qui permettent de déduire d'un ensemble de prémisses toutes les conséquences logiques et elles seulement.

—  Françoise ARMENGAUD

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  INFÉRENCE  » est également traité dans :

APPRENTISSAGE DE LA COMPRÉHENSION

  • Écrit par 
  • Maryse BIANCO
  •  • 1 943 mots

Dans le chapitre « Niveaux de représentation et mécanismes de la compréhension »  : […] Comprendre un texte suppose aussi que soit extrait le contenu sémantique de l’ensemble du texte : « la base de texte » qui constitue le deuxième niveau de représentation. Son élaboration demande d’identifier les relations existant entre les idées énoncées d’une phrase à l’autre (« cohérence locale ») et entre les idées et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-de-la-comprehension/#i_8808

BOSANQUET BERNARD (1848-1923)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 898 mots

Philosophe anglais, qui fut professeur à Saint Andrews. Bosanquet est un représentant original, avec Bradley et Royce, de l'idéalisme néo-hégélien. Il était le combattant d'une cause perdue en ce qu'il se voulait le défenseur de l'idéalisme ancien (absolu) contre les « hérésies » de l'idéalisme personnaliste en un temps où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-bosanquet/#i_8808

BRANDOM ROBERT (1950-    )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 372 mots

Brandom défend une conception inférentielle de la rationalité, par opposition à une conception référentielle, en ce qu'il fait exclusivement appel à des raisons, elles-mêmes associées à des règles. Il exclut ainsi toute vision « propositionnaliste » qui se résoudrait dans des relations mots-monde. Ce choix en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-brandom/#i_8808

CONVERSION, logique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 391 mots

Dans la logique aristotélicienne, la « conversion » est un procédé d'inférence immédiate qui consiste à transposer les termes d'une proposition de la forme sujet-prédicat de telle sorte que le prédicat devienne sujet et le sujet prédicat, et ce de façon que la proposition converse n'affirme rien de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conversion-logique/#i_8808

DÉVELOPPEMENT DU RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET
  •  • 1 346 mots

Dans le chapitre « Les approches modernes et les capacités du jeune enfant »  : […] dans un arbre »). Pour rendre compte de ces capacités précoces, certains auteurs comme Martin Braine ont supposé l’existence, chez les êtres humains, d’une logique mentale composée de schémas d’inférences s’appliquant à la forme syntaxique des énoncés et permettant d’en déduire des conclusions (par ex., lorsqu’on dispose d’informations de la forme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-du-raisonnement/#i_8808

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 316 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème central : induction et hypothèse »  : […] que Hume n'emploie pas le mot « induction » dans ses deux arguments célèbres sur l'inférence causale, alors qu'il recourt avec insistance à celui de « supposition ». Il a démontré le caractère hypothétique de l'inférence causale, et, ce faisant, il a clos le débat entre newtoniens et cartésiens pour en ouvrir un autre, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_8808

FORMALISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 5 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La démonstration formalisée »  : […] On définit une liste finie de relations R1, ..., Rn entre les formules, qu'on appelle règles d'inférence. Pour chaque règle Ri, il existe un entier j bien déterminé tel que, pour tout ensemble de j formules et toute formule A, on puisse effectivement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme/#i_8808

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 416 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heuristique générale ou la logique de la découverte »  : […] dire comme un processus de recherche essentiellement conduit selon une logique de l'induction généralisée. D'une inférence logique problématique, l'induction devient le procédé scientifique par excellence. L'intérêt de la position de Bacon ne réside pas simplement dans cette apologie de l'induction comme principe de découverte, mais dans la mise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_8808

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Logique et physique »  : […] » ou « des topiques », composé au xviie siècle par Annaṃbhaṭṭa. Il enseigne deux formes traditionnelles d'« inférence » (anumāna), où les Européens croient retrouver les uns une variante du syllogisme d'Aristote, les autres une forme canonique du raisonnement par induction de John […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_8808

INDUCTION, philosophie

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 252 mots

évoque une question obscure qui peut se formuler ainsi : existe-t-il, à côté des inférences nécessaires qui se fondent sur le principe de la déduction, des inférences qui seraient seulement probables et reposeraient sur un autre principe, celui de l'induction ? Le problème de l'existence et de la validité de ces inférences probables se trouve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/induction-philosophie/#i_8808

INTUITIONNISME

  • Écrit par 
  • Jacques-Paul DUBUCS
  •  • 1 654 mots

Dans le chapitre « L'intuitionnisme de Brouwer »  : […] capables de justifier l'un des deux énoncés A et B : dans le cas contraire, il n'y a pas de sens à dire que l'un ou l'autre est vrai. La même révision des principes classiques s'applique à l'inférence de ¬∀x¬Fx (« il est faux qu'aucun x n'est un F ») à ∃xFx (« il existe un x qui est un F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intuitionnisme/#i_8808

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 534 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vers une « philosophie de l'esprit » »  : […] esprit, dans les travaux de Robert Brandom et l'élaboration d'une sémantique inférentielle, destinée à se substituer au modèle « représentationnaliste » dont Rorty avait entrepris la critique dans Philosophy and the Mirror of Nature. Pour Brandom en effet, la clé de ce que nous appelons « esprit » ne réside pas dans des « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_8808

ACQUISITION DE LA PRAGMATIQUE DU LANGAGE

  • Écrit par 
  • Josie BERNICOT
  •  • 1 249 mots

Dans le chapitre « Les actes de langage »  : […] Les implicatures conversationnelles sont nécessaires lorsque le locuteur transgresse en apparence le principe de coopération, en ne respectant pas l’une des quatre maximes. L’auditeur, présupposant son respect, est alors amené à réaliser une inférence (implicature) qui lui permet de comprendre l’énoncé, comme l’illustre l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-de-la-pragmatique-du-langage/#i_8808

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 996 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La logique aristotélicienne »  : […] Bien qu'Aristote traite les syllogismes comme des inférences, au sens strict, un syllogisme catégorique est une proposition conditionnelle complexe – une implication – de la forme (pq) → r. Il se compose de trois propositions (deux prémisses p et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_8808

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Logique et connaissance »  : […] Or toute inférence qui tire ιpε s de ιpε h est elle-même traitée comme analogue au passage d'un mot (perçu) à un objet (non perçu) que ce mot désigne. Donc la connaissance d'une fumée (H = qu'à l'emplacement de cette montagne il y a de la fumée) sera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique-indienne/#i_8808

LOI, épistémologie

  • Écrit par 
  • Pierre JACOB
  •  • 6 839 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les lois universelles et le problème de l'induction »  : […] e siècle, David Hume, le problème de l'induction ou de l'inférence non démonstrative. Nous n'examinons directement qu'un échantillon fini (ou petit) de cas observés ; nous « projetons » (inductivement) le résultat de nos observations sur les cas inobservés ou sur des situations hypothétiques irréalisées auxquels s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-epistemologie/#i_8808

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET THÉORIE DE L'ESPRIT

  • Écrit par 
  • Dana SAMSON
  •  • 1 321 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’inférence des états mentaux à partir d’indices contextuels »  : […] En l’absence ou en complément des indices cités ci-dessus, le contexte qui nous est décrit ou dont nous sommes directement témoins nous permet aussi de faire des inférences sur l’état mental d’une autre personne. En effet, les connaissances de la théorie de l’esprit renvoient à des principes universels selon lesquels l’esprit humain fonctionne. Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives-et-theorie-de-l-esprit/#i_8808

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET AGENTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Elisabeth PACHERIE
  •  • 1 348 mots

Dans le chapitre « L’approche de la reconstruction cognitive »  : […] de la reconstruction cognitive met, quant à elle, l'accent sur le rôle d'indices cognitifs de haut niveau et de processus généraux d'inférence causale dans la production du sens de l'agentivité. Lorsqu'il y a correspondance entre les effets d'une action et une pensée de l'agent qui l'a immédiatement précédée, et en l'absence d'autres causes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives-et-agentivite/#i_8808

NEWMAN JOHN HENRY (1801-1890)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 747 mots

Dans le chapitre « Le philosophe »  : […] Il résulte de là que l'inférence, c'est-à-dire le raisonnement verbal – par opposition au mental –, et l'assentiment sont des actes différents de l'esprit. Dans l'inférence, l'attention est dispersée sur un certain nombre de propositions et sur leurs rapports réciproques, tandis que, dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-henry-newman/#i_8808

RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ
  •  • 5 005 mots

Dans le chapitre « Conditions de validité de l'inférence »  : […] Raisonner, c'est inférer une proposition, appelée conclusion, à partir de certaines autres prises comme prémisses. Sans doute, à parler strictement, peut-on contester que tout raisonnement consiste à faire une inférence ; par exemple lorsque, au lieu d'inférer une proposition nouvelle à partir de prémisses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raisonnement/#i_8808

RUSSELL BERTRAND lord (1872-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 6 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « Principia » et le calcul des propositions »  : […] symbolisme logique cohérent permettant d'en exprimer les structures. Elle est une théorie de l'implication, distincte de l'inférence, du jugement et du concept. Cette implication privilégiée est déterminante. Elle constitue le fondement de ces derniers. Il convient de partir du rapport entre propositions et non de l'inférence, laquelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-russell/#i_8808

STATISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MORLAT
  •  • 14 017 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inférence statistique classique »  : […] Les méthodes que nous avons décrites au chapitre précédent sous le titre d'analyse des données concernent la description des tableaux d'observations statistiques et ne font intervenir aucune hypothèse sur l'origine de ces données. La statistique classique était au contraire une statistique probabiliste, fondée sur la prise en considération des lois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/statistique/#i_8808

VALIDITÉ, logique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 605 mots

Propriété de l'inférence qui la qualifie quant à sa fonction essentielle. L'inférence consiste à passer de propositions vraies assertées comme prémisses à une proposition vraie assertée comme conclusion. Si l'inférence est telle que, si je suis assuré de la vérité des prémisses, alors je le suis également de la vérité de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/validite-logique/#i_8808

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « INFÉRENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/inference/