Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

POSTMODERNISME

Aux dires de l'historien de l'art contemporain Hal Foster, « aucune notion dans la critique d'après guerre n'est aussi discutée que le terme „postmodernisme“ » (Art since 1900, 2004), les différentes ramifications et contextes auquel celui-ci a été assimilé témoignant effectivement d'innombrables réévaluations qui n'ont cessé d'en bouleverser la portée. La difficulté qui consiste à lui conférer une assise stable est d'autant plus prononcée que cette notion désintègre, reconfigure et met en perspective certaines données propres au modernisme. Le postmodernisme ne saurait toutefois se résumer à un état et encore moins à une période se substituant à ce dernier, ni à une attitude cherchant invariablement à le mettre en échec. Partir d'une telle conception déterministe reviendrait, comme l'a parfaitement souligné Jean-François Lyotard, à épouser un canevas non pas postmoderniste mais moderniste étant donné que nous en accepterions, implicitement, l'idée d'une progression et d'une évolution. Afin de mieux saisir ce phénomène et d'en accentuer les caractéristiques, il faut d'emblée accepter le postulat selon lequel, modernisme et postmodernisme sont deux notions complémentaires dont rien n'exclut par ailleurs les possibilités de convergences. Car bien qu'il soit régulièrement taxé de réactionnaire ou de nostalgique au sens le plus péjoratif du terme, le postmodernisme peut relever d'une attitude critique cherchant à interroger des données que le modernisme aurait refoulées ou ignorées. Son mode opératoire serait dès lors, comme l'écrit Lyotard à propos de certaines options architecturales, « analogue à l'utilisation de restes diurnes issus de la vie passée dans le travail du rêve tel que Freud le décrit dans la Traumdeutung. [...] Le „post-“ de „postmoderne“ ne signifie pas un mouvement de come back, de flash back, de feed back, c'est-à-dire de répétition, mais un procès en „ana-“, un procès d'analyse, d'anamnèse, et d'anamorphose, qui élabore un „oubli initial“ ». (Jean-François Lyotard, Le Postmoderne expliqué aux enfants). Le postmodernisme relève de ce fait d'une attitude, voire d'une posture questionnant le credo moderniste, dont les racines intimement liées à un projet de société élaboré au siècle des lumières reflètent une vision progressiste et émancipatrice de l'humanité. Or comme le note sans appel Lyotard, « ni le libéralisme, économique ou politique, ni les divers marxismes ne sortent de ces deux siècles sanglants sans encourir l'accusation de crime contre l'humanité. Nous pouvons énumérer une série de noms propres, noms de lieux, de personnes, dates, capables d'illustrer et de fonder notre suspicion. À la suite de Theodor Adorno, j'ai employé le nom d'„Auschwitz“ pour signifier combien la matière de l'histoire occidentale récente paraît inconsistante au regard du projet „moderne“ d'émancipation de l'humanité » (ibid).

Arts plastiques

Le projet « moderne » a eu bien entendu des répercussions sur l'« évolution » de l'art du xxe siècle, certains critiques ayant repris à leur compte sa dimension téléologique. Le plus emblématique de ses représentants est le new-yorkais Clement Greenberg, dont les premiers écrits ont été publiés dans la Partisan Review, qui n'est autre que la tribune officielle de la gauche marxiste américaine. Aucun critique ou théoricien de l'art ne s'est autant évertué à mettre en évidence, à travers cette perspective téléologique, les paramètres constitutifs de l'œuvre d'art, à commencer par ceux de la peinture. Selon lui, « l'essence de l'esprit moderne se définit par l'utilisation de certaines méthodes propres à une discipline pour critiquer cette discipline elle-même,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur à l'université de Macerata, département de philosophie
  • : professeur agrégé à l'université de Poitiers
  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Valenciennes, critique d'art, commissaire d'expositions

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...les savoirs en jeu dans la construction de la réalité et à les replacer dans les contextes historiques, sociaux et linguistiques qui les ont déterminés. Inspirés par les philosophies remettant en cause l'espoir et la certitude d'accumuler une connaissance neutre et objective, ils problématisent l'idée...
  • EISENMAN PETER (1932- )

    • Écrit par Alexis MEIER
    • 1 148 mots
    • 1 média
    L’œuvre d’Eisenman n’est pas uniquement construite ou écrite, elle est aussi en grande partie académique et universitaire. Au-delà de l’examen minutieux des grandes figures de l’histoire de l’architecture, Peter Eisenman a élaboré sa logique créative en grande partie à partir de la pensée philosophique...
  • GÉOGRAPHIE

    • Écrit par Dominique CROZAT, Jean DRESCH, Pierre GEORGE, Philippe PINCHEMEL, Céline ROZENBLAT, Jean-Paul VOLLE
    • 20 451 mots
    • 2 médias
    ...suite aux travaux de Jean-François Lyotard, Gilles Deleuze et Félix Guattari, l'économie du désir devient centre d'intérêt de la lutte sociopolitique et du changement culturel. Ainsi se dessine une géographie culturellepostmoderne, imagée et sensorielle (Paul Rodaway, Sensuous Geographies, 1994)
  • GENRE ET HISTOIRE DE L'ART

    • Écrit par Fabienne DUMONT
    • 2 494 mots
    • 3 médias
    Les théoriciennes postmodernes refusent l’identification aux expériences corporelles développées dans les années 1970 et tentent de déconstruire le plaisir que les hommes prennent aux représentations du corps des femmes. Influencées par la psychanalyse, un certain féminisme français (Hélène Cixous, Julia...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi