EISENMAN PETER (1932-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte américain né le 12 août 1932 à Newark (New Jersey).

Peter David Eisenman passe une licence à l'université Cornell d'Ithaca (New York) en 1955, une maîtrise à l'université Columbia de New York en 1960, puis une maîtrise et un doctorat à l'université de Cambridge en 1962 et 1963. En 1967, il fonde l'Institute for Architecture and Urban Studies à New York. De 1973 à 1982, Eisenman devient le rédacteur en chef de la publication de l'Institut, Oppositions, l'une des plus importantes revues de critique architecturale. Il enseigne également dans plusieurs universités : Cambridge, Princeton, Yale, Harvard, Ohio State University et la Cooper Union de New York.

Au sein de l'Institute for Architecture and Urban Studies, Eisenman s'impose comme un théoricien de l'architecture. Il affranchit sa pensée des paramètres classiques de l'œuvre construite pour s'intéresser à une forme conceptuelle de l'architecture, privilégiant le processus de création et la représentation de l'architecture au détriment de la construction. Sa fragmentation des modèles architecturaux traditionnels s'inspire de concepts philosophiques et linguistiques, notamment des idées des philosophes Friedrich Nietzsche et Jacques Derrida et du linguiste Noam Chomsky. C'est ainsi qu'Eisenman est tour à tour qualifié de postmoderne, de déconstructiviste et de poststructuraliste.

À partir de la fin des années 1960, Eisenman concrétise ses idées en réalisant une série de maisons numérotées, dont la House I (1967-1968) à Princeton (New Jersey), la House II (1969-1970) à Hardwick (Vermont) et la House VI (1972-1975) à Cornwall (Connecticut). Ces constructions expérimentales renvoient à la géométrie rigide et aux plans rectangulaires de l'architecture moderne, mais de manière jusqu'au-boutiste dans l'emploi théorique de certains éléments, comme des escaliers qui ne mènent nulle part ou des colonnes dépourvues de toute fonction de support. Eisenman rejette ainsi le fonctionnalisme qui domine en grande partie l'architecture moderne. Ces premières réalisations, que certains critiques jugent nihilistes, lui vale [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 646 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le néo-rationalisme »  : […] compréhensibles, n'attachent pas la même importance au monument et à la continuité spatiale de la ville traditionnelle. En premier lieu, le groupe new-yorkais des Five Architects – Peter Eisenman, Charles Gwathmey, Michael Graves, John Hejduk et Richard Meier – qui entreprit vers 1966 la création d'œuvres néo-rationalistes visant à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_41759

Pour citer l’article

« EISENMAN PETER (1932-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-eisenman/