POLYGAMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lévirat et sororat

On a déjà rencontré deux fois le lévirat et le sororat. D'abord à propos du schéma évolutionniste des types d'alliances matrimoniales ; le lévirat, qui oblige la veuve à épouser le frère de son mari défunt, et le sororat, qui oblige un homme à épouser les sœurs cadettes de sa femme, qu'elle soit en vie ou morte, seraient pour Tylor et Frazer des survivances du mariage par groupes (pour J. F. Helennan, le lévirat serait un reste de polyandrie et le sororat la forme première de la polygynie). Ensuite, lorsqu'on s'est posé le problème de savoir comment les jeunes gens pouvaient trouver une femme dans des sociétés où les vieux et les chefs accaparent les épouses, vu que la sex ratio est en général équilibrée et qu'il n'existe pas un surplus de femmes disponibles ; le lévirat est une des solutions qui permettent alors à un célibataire d'avoir une femme avant de contracter un autre mariage ; Denise Paulme a trouvé chez les Bete de la Côte-d'Ivoire deux maris qui totalisaient quatorze épouses, mais dont cinq étaient les veuves d'un aîné.

Le cadet ou la cadette, substitut de l'aîné

Seulement, il faut bien distinguer, avec A. R. Radcliffe-Brown, un « vrai » et un « faux » lévirat. Le premier, celui qui est décrit dans la Bible (Ruth et Booz), n'a existé que chez les Hébreux et dans l'Inde ; il ne se retrouve aujourd'hui que dans quelques populations, comme les Nuer ou les Zoulous en Afrique : lorsqu'un homme meurt et que sa femme n'a pas dépassé l'âge d'enfanter, le frère du mari doit cohabiter avec la veuve afin de lui donner des enfants ; dans le vrai lévirat, la veuve reste la femme du mort, le frère n'est que son substitut, et les enfants sont tenus pour les fils du défunt ; il s'agit de perpétuer la lignée du mort et le culte des ancêtres lignagers (Genèse, xxxviii, 9). Dans le faux lévirat, qui est beaucoup plus répandu, il s'agit d'une espèce de mesure de secours mutuel entre frères et d'un moyen d'assurer la survie des veuves, trop vieilles souvent pour travailler ; le frère alors hérite bien des femmes de son frère défunt (si elles y consentent), mais, si elles sont encore en âge d'enfanter, il sera le père légitime des enfants qu'elles lui donneront.

De la même façon, il existe un « vrai » et un « faux » sororat. Si une femme est stérile, sa femme doit obligatoirement fournir une sœur au mari, et les enfants qui naîtront alors de cette sœur seront considérés comme les enfants de la première femme. Cette coutume, que l'on trouve par exemple chez les Zoulous, constitue le vrai sororat. Mais on entend généralement par sororat la coutume qui consiste, lorsqu'une femme meurt et que le mari a paru à sa belle-famille un homme travailleur et honnête, à donner au veuf une sœur pour remplacer l'épouse défunte ; on estime, dans ce cas, que la sœur peut être pour les enfants déjà nés une bien meilleure marâtre qu'une femme étrangère.

Le lévirat est très répandu ; cependant, il a perdu souvent son caractère obligatoire ; ainsi, chez les Thonga du sud de l'Afrique, la veuve peut choisir parmi les parents du défunt celui qu'elle devra épouser. Lorsqu'on dispose de données chronologiques sûres, on voit aussi qu'il peut évoluer au cours du temps. Par exemple, chez les Hébreux, tous les fils du frère cadet appartenaient au début au frère aîné décédé ; puis seul le premier-né de la nouvelle union appartenait au mort, recevant son nom, afin que ce nom ne disparaisse pas en Israël, et s'il n'y avait pas de frères, le père du défunt devait se marier avec la bru ; plus tard encore on restreignit le lévirat, l'héritage allant à la fille, quand il n'y avait pas de garçons ; enfin le lévirat fut finalement interdit. Le sororat est également très répandu chez les peuples agriculteurs. Il peut coexister avec le lévirat, comme chez les Hidatsa du nord de Dakota ou chez les Indiens Gralha. Le sororat peut être aussi restreint à une seulement des sœurs. Ainsi, chez les Andaman, chez les Thonga, les relations sexuelles entre un homme et la femme de son frère cadet sont interdites alors qu'il n'y a aucune prohibition pour la femme du frère aîné. Le lévirat peut exister sans sororat ; chez les Bariba du Nord-Dahomey, toutes les familles où des parents avaient pris déjà des femmes étaient interdites, et cela en vue d'obliger les polygames à multiplier les alliances avec les fam [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  POLYGAMIE  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 963 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La famille »  : […] La polygamie, normale à l'époque des patriarches, persiste à l'époque monarchique. Des tendances monogames se feront jour progressivement et l'emporteront, sans entraîner cependant une condamnation formelle de la polygamie. Il ne faut d'ailleurs pas confondre la pluralité d'épouses légitimes et égales en droit, les concubines (souvent prises parmi les esclaves et dont les enfants, dans ce cas, ne […] Lire la suite

CHARLEMAGNE (742-814)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 4 706 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le souverain à « la barbe fleurie » »  : […] Charlemagne nous est assez bien connu grâce à la biographie que lui consacra vers 830 Eginhard, qui avait été élevé à la cour et qui le connut fort bien, du moins pendant les dernières années de son règne. De haute taille (environ 1,90 m), le roi avait une forte carrure, le corps souple malgré une certaine tendance à l'embonpoint. Le visage était ouvert et imberbe ; c'est la légende qui l'affubla […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « La monogamie et la prohibition de l'inceste »  : […] La monogamie est habituelle dans tous les types de sociétés, et la polygamie exceptionnelle, même si elle représente l'idéal ; mais souvent, il est permis d'avoir plus d'une femme (polygamie) et parfois plus d'un mari ( polyandrie). Chaque union est un mariage en soi, parfois à vrai dire avec des cérémonies simplifiées. En régime polyandrique, les maris d'une même femme sont le plus souvent frères […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 612 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une abondante législation »  : […] À côté de ces prescriptions juridiques, les plus typiques de la vie religieuse musulmane, il en est de nombreuses autres qu'on doit se borner ici à énumérer. La législation concernant la guerre légale ( djihād , appelée aussi guerre sainte) est abondante, mais souvent théorique : sort réservé aux vaincus, règles du butin, etc. Il existe une masse de textes auxquels un musulman peut faire appel en […] Lire la suite

MARIAGE

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Catherine LABRUSSE-RIOU, 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  • , Universalis
  •  • 11 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les interdits matrimoniaux »  : […] Le rôle de la société se manifeste non seulement par l'exigence d'un rituel mais aussi par des prohibitions du mariage que, depuis le droit canonique, on dénomme «  empêchements » et entre lesquels on distingue ceux qui sont sanctionnés par la nullité (empêchements dirimants) et ceux qui, laissant subsister la validité du lien, s'opposent seulement à la célébration (empêchements prohibitifs). Ma […] Lire la suite

MORMONS

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN
  •  • 1 982 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les mormons, la polygamie et le gouvernement fédéral »  : […] Sur le plan politique, il n'en alla pas de même. Établis en Utah en 1848, ils ne purent faire admettre leur État dans l'Union qu'en 1896, pour deux raisons. D'abord, le gouvernement théocratique établi par les mormons, au moins au début, était sans précédent dans l'histoire des États-Unis. À plusieurs reprises, les autorités fédérales accusèrent les mormons d'accepter un « gouvernement clérical ». […] Lire la suite

MUNDUGUMOR

  • Écrit par 
  • François ZACOT
  •  • 904 mots

La société des Mundugumor vit dans les Highlands du nord de la Papouasie - Nouvelle-Guinée ; partagés en deux par la rivière Yuat, ses membres, bien qu'ils parlent la même langue, n'ont pas le sentiment d'appartenir à un même groupe. Les Mundugumor sont un peuple riche ; leur économie est fondée sur la culture du tabac, de la noix d'arec et de coco ; à cela s'ajoute la pêche pour les groupes river […] Lire la suite

ORGANISATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 5 285 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les formes composées de la famille »  : […] On distingue généralement deux formes principales de famille composée : la famille polygamique, qui consiste en plusieurs familles nucléaires liées par un époux commun, et la famille étendue, qui inclut une ou plusieurs familles nucléaires liées par des relations de consanguinité telles que parents-enfants ou frère-sœur (G. P. Murdock). La polygamie, ou mariage entre une pluralité d'époux, peut ê […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-23 juillet 2021 France. Installation du comité interministériel de la laïcité et adoption de la loi contre le séparatisme.

Celui-ci regroupe des dispositions relatives à la neutralité du service public, à la lutte contre la haine en ligne, à la protection des fonctionnaires et des enseignants, à l’encadrement de l’instruction en famille, au contrôle des associations, à la transparence et au financement des cultes, ainsi qu’à la lutte contre les certificats de virginité, la polygamie ou les mariages forcés. […] Lire la suite

5-29 janvier 2021 Chine. Condamnation à mort d'un homme d'affaires.

Le 5, un tribunal de la municipalité autonome de Tianjin condamne à mort Lai Xiaomin, ancien PDG du fonds d’investissement China Huarong, arrêté en janvier 2019, pour avoir touché plus de 215 millions d’euros de pots-de-vin et détourné plus de 3 millions d’euros de fonds publics, ainsi que pour polygamie. Ses aveux avaient été diffusés à la télévision. […] Lire la suite

4-29 septembre 2010 France – Union européenne. Mise en cause de la politique de Paris à l'égard des Rom

Il confirme sa volonté de la voir appliquée aux naturalisés depuis moins de dix ans ayant porté «atteinte à la vie d'une personne dépositaire d'une autorité publique», comme il l'avait annoncé dans son discours à Grenoble en juillet, mais ne retient pas la proposition du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux de l'appliquer aux faits de polygamie. […] Lire la suite

13 juillet - 1er août 2010 France. Annonce du renforcement de la politique sécuritaire à la suite de violences urbaines

Le 1er août, Brice Hortefeux annonce son intention d'étendre la déchéance de la nationalité aux auteurs d'actes de polygamie, d'excision, de traite d'êtres humains ou encore d'« actes de délinquance grave ».  […] Lire la suite

1er-29 novembre 2005 France. Poursuite des violences dans les banlieues

Le 15 également, le ministre délégué à l'Emploi Gérard Larcher déclare que la polygamie constitue l'une des causes des troubles survenus dans les banlieues. Le président du groupe U.M.P. à l'Assemblée Bernard Accoyer fait de même le lendemain. L'insuffisante maîtrise des flux migratoires est évoquée par nombre de responsables de la majorité. Le 18, le Premier ministre met en garde contre « certains amalgames » qui résultent de la recherche d'une « cause unique » à la crise des banlieues. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger BASTIDE, « POLYGAMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/polygamie/