THONGA ou TSONGA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au nombre de 4 500 000 environ dans les années 2006-2007, les Thonga (ou Tsonga) vivent en majorité au Mozambique, au sud de la rivière Save, mais leur territoire déborde vers l'ouest au Zimbabwe et vers le sud sur l’Eswatini (ex-Swaziland) et surtout l'Afrique du Sud. Alors que les autres Bantou continuaient leur marche vers le sud, les Thonga se sont fixés dans leur habitat dès le xvie siècle. Ils formaient des sociétés à base clanique jusqu'à l'invasion des Nguni, au début du xixe siècle. Leur pays fut alors divisé en un certain nombre de petits royaumes. Quant aux Thonga de la région de Lourenço Marques (aujourd'hui Maputo), appelés parfois aussi Ronga, ils ont profondément subi l'empreinte portugaise. Malgré leur conversion au catholicisme, les Thonga restent attachés à leurs croyances traditionnelles. La polygamie est fréquente et les structures familiales et tribales subsistent, même affaiblies. Traditionnellement, les Thonga vivent en villages dispersés ; filiation, héritage et successions se font en ligne paternelle. L'élevage a un intérêt économique limité, mais conserve un prestige très supérieur à l'agriculture ; dans le cadre de cette dernière, on cultive le manioc, le maïs, le mil et le sorgho. Le manque de terres et les faibles ressources que procure le travail du sol contraignent une partie importante des hommes à l'émigration vers la Rhodésie (aujourd'hui Zimbabwe) ou l'Afrique du Sud. Quoique n'ayant pas participé très activement à la guérilla contre les Portugais, les Thonga sont un élément peu sûr pour ces derniers. Le premier dirigeant du Frelimo (Frente de Libertação de Moçambique), Eduardo Mondlane, était un Thonga (assassiné par les Portugais à Dar es-Salaam, en 1968).

—  Roger MEUNIER

Écrit par :

  • : chargé de cours à l'université de Paris-VIII, assistant de recherche à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  THONGA ou TSONGA  » est également traité dans :

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 088 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Ancêtres et esprits de la nature »  : […] Les relations avec les ancêtres ou avec les esprits de la nature – et non avec un Être suprême lointain – constituent la toile de fond des religions bantoues. Le statut des ancêtres oscille entre deux situations opposées : certaines sociétés les considèrent comme fondamentalement bienveillants, d'autres comme potentiellement maléfiques. En tout ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bantou/#i_39090

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La possession »  : […] Si le chamanisme, ou voyage mystique de l'âme qui rivalise avec les dieux, caractérise avant tout les populations mongoliques et amérindiennes, la possession est plus spécialement africaine. On peut y déceler deux types principaux. Le premier voit le sujet envahi par une puissance hostile, dangereuse, qu'il faut rejeter par exorcisme ou simplement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-societes-devant-la-mort/#i_39090

Pour citer l’article

Roger MEUNIER, « THONGA ou TSONGA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thonga-tsonga/