POLYGAMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La polygynie sororale

On commencera l'étude des diverses formes de polygynie par la polygynie sororale, d'abord parce quelle constitue le symétrique de la polyandrie fraternelle du Tibet, puis parce qu'elle est prise, dans l'œuvre de M. Granet, à un schéma évolutionniste qui nous fait relier cette forme de polygynie au mariage par groupes.

Coutume féodale de la Chine classique

Partant de la coutume moderne du sororat qui veut qu'à la mort de l'aînée la cadette est appelée à épouser son beau-frère, Granet montre que ce sororat est ce qui persiste d'une coutume féodale, la polygynie sororale, qui voulait que l'homme s'unît en mariage avec deux ou plusieurs sœurs. Les auteurs chinois soutenaient que cette obligation avait pour but d'éviter les querelles de gynécée, car seules des femmes unies par des liens de parenté ne pouvaient être divisées par la jalousie ; le noble certes pouvait acheter des concubines, mais il ne devait se marier qu'une fois et avec une seule famille, afin de permettre la stabilité des groupes de familles seigneuriales qui sont le fondement de toute politique féodale. Le noble recevait donc d'une unique famille le lot de femmes nécessaires pour qu'il puisse fournir une servante à ses ancêtres, dans le culte où la femme était prêtresse à côté de son mari. Toutefois une hiérarchie existait ; l'aînée était l'épouse principale, elle mangeait avec son mari, elle avait droit à une nuit complète d'amour, elle présidait au culte ancestral ; la cadette ne mangeait pas avec son seigneur, elle ne restait pas toute la nuit auprès de lui, elle aidait l'aînée dans le culte ancestral ; mais, si l'aînée mourait, la cadette acquérait aussitôt toutes ces prérogatives. La cadette, non les cadettes car toute une métaphysique des chiffres présidait au mariage plural, et le noble ordinaire n'avait droit qu'à deux épouses, alors que le grand officier avait droit à trois, le seigneur à neuf, le roi de neuf à douze ; surtout, ni un seigneur ni un roi ne pouvaient prendre, quel que fût leur prestige, plus de deux sœurs dans la même famille ; on complétait ce nombre en y adjoignant une ou plusieurs nièces.

Alliance à une seule famille ou mariage de groupe

C'est justement parce que la polygynie féodale chinoise n'est pas totalement sororale, puisqu'elle s'étend aux nièces, et que cette polygynie a évolué au cours du temps, que Granet suppose que ce système matrimonial qui, dans l'institution polygynique, engageait d'un seul coup un groupe de femmes et, primitivement, seulement un groupe de sœurs devait à l'origine engager d'un seul coup un groupe de frères : « Laissés à eux-mêmes, les époux prétendus eussent été incapables de réussir leur rapprochement matrimonial ; il fallait, à l'un et à l'autre, pour y arriver, la collaboration d'un suivant et d'une suivante [...], le suivant du mari aidait la femme, la suivante aidait le mari à opérer les lustrations préparatoires, la première disposait la natte où le mari s'asseyait [...], l'autre étendait celle de la femme [...]. Dans une société où la séparation des sexes est un principe fondamental, l'intimité particulière des rapports établis par ces pratiques entre des personnes de sexe différent ne peut se comprendre que s'il doit exister entre elles des rapports maritaux ; et, en effet, c'est grâce à ces pratiques que la suivante de la femme est rapprochée du mari et devient une épouse secondaire ; les mêmes pratiques ne donnaient-elles pas au suivant du mari des droits secondaires sur l'épouse [...]. Ensemble de rites incompréhensibles s'ils ne se rapportent point à un mariage de groupe, si le suivant et la suivante ne sont point unis d'un lien principal analogue au lien matrimonial que la communion directe crée entre les époux. » L'hypothèse est ingénieuse, mais elle n'est qu'une hypothèse. La polygynie sororale existe ailleurs qu'en Chine, particulièrement en Afrique et en Amérique du Nord. On la justifie également en disant que, mariées à un seul homme, des sœurs sont moins susceptibles de se quereller que d'autres femmes. Mais elle est pratiquée par des tribus qui ne sont pas toutes féodales, tandis que des régimes féodaux s'appuient au contraire sur la polygynie étendue au plus grand nombre possible de lignages en vue de contrôler l'ensemble des familles étendues plus sûrement. La polygynie sororale doit donc être située, comme un cas particulier, dans l'ensemble des types possibles de polygamie ent [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  POLYGAMIE  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 963 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La famille »  : […] La polygamie, normale à l'époque des patriarches, persiste à l'époque monarchique. Des tendances monogames se feront jour progressivement et l'emporteront, sans entraîner cependant une condamnation formelle de la polygamie. Il ne faut d'ailleurs pas confondre la pluralité d'épouses légitimes et égales en droit, les concubines (souvent prises parmi les esclaves et dont les enfants, dans ce cas, ne […] Lire la suite

CHARLEMAGNE (742-814)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 4 706 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le souverain à « la barbe fleurie » »  : […] Charlemagne nous est assez bien connu grâce à la biographie que lui consacra vers 830 Eginhard, qui avait été élevé à la cour et qui le connut fort bien, du moins pendant les dernières années de son règne. De haute taille (environ 1,90 m), le roi avait une forte carrure, le corps souple malgré une certaine tendance à l'embonpoint. Le visage était ouvert et imberbe ; c'est la légende qui l'affubla […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « La monogamie et la prohibition de l'inceste »  : […] La monogamie est habituelle dans tous les types de sociétés, et la polygamie exceptionnelle, même si elle représente l'idéal ; mais souvent, il est permis d'avoir plus d'une femme (polygamie) et parfois plus d'un mari ( polyandrie). Chaque union est un mariage en soi, parfois à vrai dire avec des cérémonies simplifiées. En régime polyandrique, les maris d'une même femme sont le plus souvent frères […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 612 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une abondante législation »  : […] À côté de ces prescriptions juridiques, les plus typiques de la vie religieuse musulmane, il en est de nombreuses autres qu'on doit se borner ici à énumérer. La législation concernant la guerre légale ( djihād , appelée aussi guerre sainte) est abondante, mais souvent théorique : sort réservé aux vaincus, règles du butin, etc. Il existe une masse de textes auxquels un musulman peut faire appel en […] Lire la suite

MARIAGE

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Catherine LABRUSSE-RIOU, 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  • , Universalis
  •  • 11 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les interdits matrimoniaux »  : […] Le rôle de la société se manifeste non seulement par l'exigence d'un rituel mais aussi par des prohibitions du mariage que, depuis le droit canonique, on dénomme «  empêchements » et entre lesquels on distingue ceux qui sont sanctionnés par la nullité (empêchements dirimants) et ceux qui, laissant subsister la validité du lien, s'opposent seulement à la célébration (empêchements prohibitifs). Ma […] Lire la suite

MORMONS

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN
  •  • 1 982 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les mormons, la polygamie et le gouvernement fédéral »  : […] Sur le plan politique, il n'en alla pas de même. Établis en Utah en 1848, ils ne purent faire admettre leur État dans l'Union qu'en 1896, pour deux raisons. D'abord, le gouvernement théocratique établi par les mormons, au moins au début, était sans précédent dans l'histoire des États-Unis. À plusieurs reprises, les autorités fédérales accusèrent les mormons d'accepter un « gouvernement clérical ». […] Lire la suite

MUNDUGUMOR

  • Écrit par 
  • François ZACOT
  •  • 904 mots

La société des Mundugumor vit dans les Highlands du nord de la Papouasie - Nouvelle-Guinée ; partagés en deux par la rivière Yuat, ses membres, bien qu'ils parlent la même langue, n'ont pas le sentiment d'appartenir à un même groupe. Les Mundugumor sont un peuple riche ; leur économie est fondée sur la culture du tabac, de la noix d'arec et de coco ; à cela s'ajoute la pêche pour les groupes river […] Lire la suite

ORGANISATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 5 285 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les formes composées de la famille »  : […] On distingue généralement deux formes principales de famille composée : la famille polygamique, qui consiste en plusieurs familles nucléaires liées par un époux commun, et la famille étendue, qui inclut une ou plusieurs familles nucléaires liées par des relations de consanguinité telles que parents-enfants ou frère-sœur (G. P. Murdock). La polygamie, ou mariage entre une pluralité d'époux, peut ê […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-23 juillet 2021 France. Installation du comité interministériel de la laïcité et adoption de la loi contre le séparatisme.

Celui-ci regroupe des dispositions relatives à la neutralité du service public, à la lutte contre la haine en ligne, à la protection des fonctionnaires et des enseignants, à l’encadrement de l’instruction en famille, au contrôle des associations, à la transparence et au financement des cultes, ainsi qu’à la lutte contre les certificats de virginité, la polygamie ou les mariages forcés. […] Lire la suite

5-29 janvier 2021 Chine. Condamnation à mort d'un homme d'affaires.

Le 5, un tribunal de la municipalité autonome de Tianjin condamne à mort Lai Xiaomin, ancien PDG du fonds d’investissement China Huarong, arrêté en janvier 2019, pour avoir touché plus de 215 millions d’euros de pots-de-vin et détourné plus de 3 millions d’euros de fonds publics, ainsi que pour polygamie. Ses aveux avaient été diffusés à la télévision. […] Lire la suite

4-29 septembre 2010 France – Union européenne. Mise en cause de la politique de Paris à l'égard des Rom

Il confirme sa volonté de la voir appliquée aux naturalisés depuis moins de dix ans ayant porté «atteinte à la vie d'une personne dépositaire d'une autorité publique», comme il l'avait annoncé dans son discours à Grenoble en juillet, mais ne retient pas la proposition du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux de l'appliquer aux faits de polygamie. […] Lire la suite

13 juillet - 1er août 2010 France. Annonce du renforcement de la politique sécuritaire à la suite de violences urbaines

Le 1er août, Brice Hortefeux annonce son intention d'étendre la déchéance de la nationalité aux auteurs d'actes de polygamie, d'excision, de traite d'êtres humains ou encore d'« actes de délinquance grave ».  […] Lire la suite

1er-29 novembre 2005 France. Poursuite des violences dans les banlieues

Le 15 également, le ministre délégué à l'Emploi Gérard Larcher déclare que la polygamie constitue l'une des causes des troubles survenus dans les banlieues. Le président du groupe U.M.P. à l'Assemblée Bernard Accoyer fait de même le lendemain. L'insuffisante maîtrise des flux migratoires est évoquée par nombre de responsables de la majorité. Le 18, le Premier ministre met en garde contre « certains amalgames » qui résultent de la recherche d'une « cause unique » à la crise des banlieues. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger BASTIDE, « POLYGAMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/polygamie/