LYONNAIS POÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du pétrarquisme à la poésie amoureuse

Les circonstances n'étaient pas propices à la survivance de ce groupe ; en outre, à Lyon, la poésie en langue maternelle allait prendre les devants, et cela grâce à des écrivains qui appartenaient à la ville ou à la région. Le premier et le plus grand est sans doute Maurice Scève. Mais, jusqu'à un certain point, les débuts de la Pléiade s'associent également à Lyon : Pontus de Tyard y publie des Erreurs amoureuses (Lyon, 1549, Continuation, 1552) et Des Autels son Amoureux Repos (1553). Puis, un an après la Délie, paraissent à titre posthume les Rymes de Pernette du Guillet (1520-1545). Lyon semble encourager la littérature féminine ; et cette tendance a modifié le pétrarquisme qui commence à se faire valoir. On sait peu de chose sur Pernette du Guillet, mais les Rymes indiquent de possibles rapports avec Scève qui y est loué pour son savoir, sa vertu et ses dons littéraires. Si elle a beaucoup appris à l'école de la poésie italienne (traductions, terza rima, genre du désespoir) et aussi à celle de Marot et de ses émules, Pernette du Guillet chante son amour sur un ton nettement plus néo-platonicien que Scève, et dans un style moins dense. Certains vers frisent la préciosité, mais c'est par son style direct et discipliné à la fois qu'elle fait preuve d'une incontestable originalité. Elle chante le plus souvent sur le mode mineur ; de temps en temps, des moments d'extase confèrent une lumière fulgurante aux grisailles de son inspiration.

Pendant une dizaine d'années, rien d'important ne sera à signaler dans notre domaine lyonnais, si ce n'est la parution chez Jean de Tournes (1547) des Marguerites de la Marguerite des princesses. Marguerite de Navarre avait des relations suivies avec certains auteurs qui connaissaient bien Lyon ; toutefois, il importe de noter que le courant de poésie religieuse se révèle ici moins vigoureux que d'autres, exception faite de quelques néo-latins et d'auteurs qui sont de passage à Lyon (Eustorg de Beaulieu) ou qui y ont publié des vers religieux ; et n'oublions pas Georgette de Montenay, dont les Emblesmes, ou Devises chrestiennes ont paru en 1571. Mais c'est surtout dans la poésie amoureuse que les Lyonnais se sont distingués.

En 1555, Louise Labé (1520 ?-1565) publie ses Euvres chez Jean de Tournes ; le volume contenait le Débat de la folie et de l'amour, trois élégies et vingt-quatre sonnets. Dans le Débat, on note la confluence d'éléments d'origine italienne (Bembo, Castiglione...) et d'Érasme. L'auteur use de toute une série de tons : on reconnaît l'importance qu'elle attache à l'amour, mais non pas aux dépens de la folie qui a ses propres qualités. Le style est dynamique, et le texte peut enrichir notre lecture des poésies. La postérité s'est penchée surtout sur les sonnets – et malheureusement aussi sur des interprétations fantaisistes de la vie de la poétesse ; or, ce qu'il importe de reconnaître, c'est l'originalité de ses vers. On a relevé, bien sûr, des sources ou des analogies : Louise Labé nous offre un basium (genre mis à la mode par Jean Second) ; on n'a aucune difficulté à signaler les thèmes d'origine pétrarquéenne (nuit, absence, solitude, etc.) ; on trouvera également chez elle quelques échos de Marot, Scève, Ronsard, Sannazaro, mais c'est peu de chose ; car, malgré les thèmes pétrarquistes qui sont d'époque, elle a créé une poésie amoureuse qui est loin de rester simplement dans la lignée du grand Italien. Tout d'abord, elle exprime sa passion du point de vue féminin, et l'identité de l'amoureux est sentie à travers la sensibilité de Louise Labé. Les élégies proclament la fatalité de son amour, et les sonnets constituent moins un sentiment qui évolue vers une fin précise qu'une série de moments qui présentent l'amour sous divers éclairages. Cet amour est à la fois fatal et pur, mais ne verse pas dans une transcendance néo-pétrarquéenne ou néo-platonicienne. Les moments d'ivresse et de souffrance se côtoient et viennent se fondre, pour ainsi dire, dans le moi tel que le chante la poétesse.

Donc, aucune fidélité à un poncif consacré. Au contraire, parce qu'elle possède un sentiment très prononcé du ryth [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LYONNAIS POÈTES  » est également traité dans :

DÉLIE, Maurice Scève - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 828 mots

Délie objet de plus haute vertu parut en 1544 à Lyon. C'était le premier canzoniere, c'est-à-dire le premier recueil de poèmes amoureux à la manière de Pétrarque publié en France. […] Lire la suite

HÉROËT ANTOINE (1492 env.-1568)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 275 mots

L'un des poètes les plus importants de l'école lyonnaise. Heroët a une situation de poète officiel et, à ce titre, écrit plusieurs pièces de circonstance, en particulier l'épitaphe de Louise de Savoie et plus tard celle de Marguerite de Navarre, avant d'entrer dans la vie ecclésiastique et de devenir, en 1552, évêque de Digne. Apprécié de la Cour, estimé des écrivains et des humanistes, il est sur […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 835 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’école lyonnaise »  : […] La seconde époque est celle de l’ école lyonnaise . Seconde ville du royaume, ou troisième en concurrence avec Rouen, Lyon abrite une importante communauté italienne. Des livres italiens y sont imprimés, de la musique italienne y est composée. Son principal représentant est Maurice Scève (1501 env.-env.1564), l’auteur de Délie, objet de plus haute vertu (1544), suite de 449 dizains de décasylla […] Lire la suite

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 490 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diffusion du pétrarquisme en France »  : […] Phénomène européen, le pétrarquisme fait montre en Italie, en France ou en Angleterre d'une même complexité. Il se caractérise d'un côté par un succès qui en fait une mode, et qui impose un renouvellement constant – le pétrarquisme assagi des Rime (1530) de Bembo différant par exemple des recherches sophistiquées des quattrocentistes –, et d'un autre côté par des crises d'antipétrarquisme, dont t […] Lire la suite

PONTUS DE TYARD ou THIARD (1521-1605)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 738 mots

Poète de l'école lyonnaise, ami intime de Maurice Scève, Pontus de Tyard (ou de Thiard) est né dans une riche famille bourguignonne, qui compte plusieurs hauts dignitaires royaux. Destiné dès l'enfance à l'Église — Fernand Mazade écrit « qu'il fut, presque de naissance, chanoine de la cathédrale de Mâcon » —, il commença pourtant de très bonne heure à écrire des poèmes. Ce n'est toutefois qu'en 15 […] Lire la suite

SCÈVE MAURICE (1500 env.-env.1560)

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 033 mots

Né à Lyon, Maurice Scève appartenait à une famille qui avait joué un rôle honorable dans la vie de la cité ; son existence reste mal connue. Il a dû faire de solides études ; puis, en 1533, on le trouve à Avignon où il est pour quelque chose dans la « découverte » du tombeau de Laure. Il fréquentait les cercles cultivés de Lyon et a connu les milieux néo-latins où s'épanouissait le sodalitium lug […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ian Dalrymple McFARLANE, « LYONNAIS POÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-lyonnais/