LYONNAIS POÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Derniers feux

L'inspiration lyonnaise n'était pas encore tarie. En 1556, Claude de Taillemont publiait sa Tricarite, et l'année suivante Philibert Bugnyon ses Erotasmes de Phidie et Gelasine. Ces recueils sont restés dans la pénombre, en attendant des éditions modernes. Taillemont est davantage connu comme l'auteur des Discours des Champs faëz et le collaborateur de Scève et de Du Choul lors de l'entrée du roi à Lyon en 1548. Bugnyon, quant à lui, est peut-être un écrivain moins varié, moins riche que Taillemont, mais il est loin d'être négligeable, et comme ce dernier il connaissait bien l'Arioste. Taillemont, qui n'a pas utilisé le sonnet, a traduit certaines parties du Roland furieux : son exemple montre que les Lyonnais étaient prêts à s'engager dans des voies nouvelles.

Les poètes lyonnais, de quelque façon qu'on cherche à les définir, ne forment peut-être pas une école proprement dite, mais ils ne laissent pas d'avoir une identité très marquée. La conjoncture des poésies néo-latine et française a été très féconde au seuil de la Pléiade (elle permit l'acclimatation de nouveaux thèmes et de genres classiques) ; de plus, si les Lyonnais ont beaucoup fait pour la pénétration du pétrarquisme en France, ils ont refusé de s'en tenir aux poncifs qu'ils ont plutôt utilisés comme tremplins, afin de faire valoir leur propre originalité. Ils ont ainsi assoupli les structures formelles de la poésie, enrichi le vocabulaire poétique et assimilé des éléments philosophiques qui ont fait leur chemin dans la poésie française. Après 1560 environ, la poésie lyonnaise a peut-être perdu un peu de son élan, en partie parce que la capitale reprenait le rôle qu'elle avait tenu au début du siècle. En comblant une lacune, Lyon a donc puissamment contribué à l'évolution de la poésie française de la Renaissance.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LYONNAIS POÈTES  » est également traité dans :

DÉLIE, Maurice Scève - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 828 mots

Délie objet de plus haute vertu parut en 1544 à Lyon. C'était le premier canzoniere, c'est-à-dire le premier recueil de poèmes amoureux à la manière de Pétrarque publié en France. […] Lire la suite

HÉROËT ANTOINE (1492 env.-1568)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 275 mots

L'un des poètes les plus importants de l'école lyonnaise. Heroët a une situation de poète officiel et, à ce titre, écrit plusieurs pièces de circonstance, en particulier l'épitaphe de Louise de Savoie et plus tard celle de Marguerite de Navarre, avant d'entrer dans la vie ecclésiastique et de devenir, en 1552, évêque de Digne. Apprécié de la Cour, estimé des écrivains et des humanistes, il est sur […] Lire la suite

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 489 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diffusion du pétrarquisme en France »  : […] Phénomène européen, le pétrarquisme fait montre en Italie, en France ou en Angleterre d'une même complexité. Il se caractérise d'un côté par un succès qui en fait une mode, et qui impose un renouvellement constant – le pétrarquisme assagi des Rime (1530) de Bembo différant par exemple des recherches sophistiquées des quattrocentistes –, et d'un autre côté par des crises d'antipétrarquisme, dont t […] Lire la suite

PONTUS DE TYARD ou THIARD (1521-1605)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 738 mots

Poète de l'école lyonnaise, ami intime de Maurice Scève, Pontus de Tyard (ou de Thiard) est né dans une riche famille bourguignonne, qui compte plusieurs hauts dignitaires royaux. Destiné dès l'enfance à l'Église — Fernand Mazade écrit « qu'il fut, presque de naissance, chanoine de la cathédrale de Mâcon » —, il commença pourtant de très bonne heure à écrire des poèmes. Ce n'est toutefois qu'en 15 […] Lire la suite

SCÈVE MAURICE (1500 env.-env.1560)

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 033 mots

Né à Lyon, Maurice Scève appartenait à une famille qui avait joué un rôle honorable dans la vie de la cité ; son existence reste mal connue. Il a dû faire de solides études ; puis, en 1533, on le trouve à Avignon où il est pour quelque chose dans la « découverte » du tombeau de Laure. Il fréquentait les cercles cultivés de Lyon et a connu les milieux néo-latins où s'épanouissait le sodalitium lug […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ian Dalrymple McFARLANE, « LYONNAIS POÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-lyonnais/