MANZONI PIERO (1933-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tableaux sans peinture et lignes sans dessin

Après avoir réalisé quelques travaux traditionnels, le jeune artiste utilise les objets et mêle du goudron à ses peintures, qui semblent plus vouloir recueillir la réalité brute qu'exprimer la psyché du peintre. L'exposition dans laquelle Klein présentait onze monochromes bleus (Milan, janvier 1957) lui suggère moins de recourir, lui aussi, à la monochromie, que de profiter de l'espace de liberté ouvert par de tels tableaux.

Peu après, Manzoni réalise ses premiers Achromes. Au lieu d'employer de la peinture, il utilise du plâtre, puis du kaolin – une argile blanche, réfractaire, qui participe à la composition de la porcelaine. L'artiste en sature la toile, qu'il plisse selon ses désirs, avant de la fixer sur un châssis. Les formes qui apparaissent alors, pétrifiées dans la matière séchée, ne sont pas tracées sur la surface. Elles émanent directement du traitement imposé à la toile, qui n'est plus ici un support destiné à s'effacer derrière la peinture, mais un élément essentiel de l'œuvre. Cette technique, comme le thème des plis, opère une savoureuse conflagration entre le tableau et la tradition de la sculpture.

Les premiers Achromes pouvaient paraître blancs. Le a privatif du titre générique de ces œuvres indique que leur blancheur doit être considérée comme une absence de couleur. Par la suite, Manzoni tend de simples toiles constituées de carrés cousus, utilise du feutre, du coton tressé, des boules de coton hydrophile, du gravier, du polystyrène, de la peluche, des fibres de verre ou encore des pains plastifiés, de la paille, des peaux de lapin. Tous ces Achromes nous convient au plaisir d'une littéralité narquoise. Certains sont imprégnés de produits chimiques qui réagissent aux variations de l'hygrométrie ambiante : ils n'ont plus de couleur puisqu'ils en changent au gré du temps qu'il fait.

À partir de 1959, parallèlement à l'exécution de ces tableaux sans peinture, Manzoni trace des lignes de dimensions variables. La plus longue, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MANZONI PIERO (1933-1963)  » est également traité dans :

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'action contre l'œuvre »  : […] L'origine de cette situation réside peut-être dans l'enseignement du musicien John Cage au Black Mountain College, en Caroline du Nord. Dès 1952, il y organise simultanément des lectures de poésie, des concerts de musique, des conférences, des exercices de peinture et de danse ( concerted actions ) . En 1959, Allan Kaprow en développe la forme dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/body-art/#i_95079

HAPPENING

  • Écrit par 
  • François PLUCHART
  •  • 4 070 mots

Dans le chapitre « Le comportement de l'artiste définit l'œuvre elle-même »  : […] Depuis Marcel Duchamp qui, en 1919, avait fait tonsurer son crâne en forme d'étoile filante, l'œuvre d'art tend à se placer de plus en plus en retrait de son auteur. Occultée elle aussi derrière le surréalisme officiel (imagier par rapport au surréalisme de comportement, plus souterrain et resté méconnu), cette notion a trouvé sa véritable incarnation autour des années 1960 avec la brutale irrupt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/happening/#i_95079

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 837 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le monochrome, nouveau genre pictural »  : […] Alors que le monochrome était considéré sous les auspices d'une analytique réductionniste qui procédait par élimination, des artistes introduisent, au cours des années 1950, d'autres problématiques. Loin d'être un terme, la monochromie, table rase, peut apparaître comme un commencement. Les White Paintings et les Black […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/#i_95079

NON-ART

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 4 020 mots

Dans le chapitre « Aberrant catalogue d'un musée contradictoire »  : […] Dans Un autre monde (1844), le dessinateur Jean Isidore Grandville imagine (entre autres choses) un art différent. Il montre, dans un musée, un gigantesque pouce ; des plantes réelles que viennent manger les oiseaux ; des bras armés qui se meuvent, sortent de la toile et menacent la vie des spectateurs ; des objets non identifiables dont peut-être certains sont des dos de to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-art/#i_95079

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Depuis l’exposition What is modern sculpture ? organisée en 1970 au Museum of Modern Art de New York par Robert Goldwater, l’interrogation sur la définition de la sculpture contemporaine revient avec insistance dans le champ de la critique et de l’histoire de l’art. « Qu’est-ce que la sculpture moderne ? » s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_95079

UN TROU DANS LA VIE : ESSAIS SUR L'ART DEPUIS 1960 (J.-P. Criqui) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 850 mots

Un trou dans la vie. Essais sur l'art depuis 1960 (Desclée de Brouwer, 2002) réunit neuf textes, consacrés à huit artistes, composés par Jean-Pierre Criqui de 1987 à 1997 et, à une exception près (celui sur Jean Eustache), précédemment publiés dans divers catalogues monographiques ou revues d'art. L'auteur se définit en préambule comme un critique, c'est-à-dire « quelqu'un q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-trou-dans-la-vie-essais-sur-l-art-depuis-1960/#i_95079

Voir aussi

Pour citer l’article

Denys RIOUT, « MANZONI PIERO - (1933-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/piero-manzoni/